13 août 2015

Immortel, enfin

"Au milieu des trente convives, un petit nouveau qui a l'air hagard ; Jean Denoël le pilote dans cette assemblée beaucoup plus âgée que lui. Il s'appelle Patrick Modiano. Beau visage fiévreux juché sur un corps inexistant, on dirait une tour Eiffel qui aurait des cheveux longs et un regard intelligent. Ce grand garçon maigre de vingt-trois ans vient de publier un court roman, La place de l'Etoile, qui a obtenu le prix Roger-Nimier. Ce gamin est incollable sur des années qu'il n'a pas vécues ; Paul a compris qu'ils étaient hantés par... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:33 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2015

Ce sont des choses qui arrivent

"En ce printemps 1943, le plus grand plaisir des Sorrente consiste à se rendre à Groussay, ou Charles de Beistegui, protégé par son statut d'attaché à l'ambassade d'Espagne, reçoit dans un luxe digne de l'avant-guerre. Hormis l'angoisse que procure à Natalie la nécessité de se munir à l'avance de suffisamment de morphine pour ne pas en manquer une fois installée à Montfort-L'Amaury, ces séjours sont un délice. Personne ne sait comment sa table est toujours si bien garnie ni comment son enthousiasme pour les travaux d'embellissement du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:50 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,
22 juillet 2015

Lola Bensky

"Oui, les enfants des victimes et ceux des coupables partageaient ce legs. Ils avaient tellement de choses en commun, ayant grandi avec un passé aussi omniprésent qu'incompréhensible. Un passé qui ne semblait souvent avoir aucun sens, parce qu'il était en grande partie dissimulé, ou à demi formulé, ou suggéré par des vagues allusions. Un passé qui était fait d'articles, de particules, de pronoms sortis de la bouche des adultes en dépit de leur volonté, de bribes de phrases étranglées, brouillées, disséminées." Nous faisons la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juillet 2015

La dernière neige

"Un soir, mon père a voulu savoir si j'avais réuni l'argent du milan, et ensuite si je savais déjà comment j'allais le nourrir. Les bruits d'eau ont illustré à merveille ma réponse à propos de l'argent, parce que c'était justement toute cette pluie qui m'empêchait de réunir la somme que Di Gasso demandait. Quant à la nourriture, j'avais prévu de continuer à travailler à l'hospice afin d'acheter chaque jour un peu de viande". Comme toujours avec cet auteur, l'histoire tient autant dans ce qui est tu que dans ce qui est dit. L'émotion... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:14 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :
08 juillet 2015

Refaire le monde

"Quand elle était au lycée, un couple d'amis de ses parents s'était séparé, le mari ayant quitté sa femme pour une autre. Quelques mois plus tard, il était revenu. Greenie avait alors observé que la femme devait être contente qu'il soit revenu, mais Olivia avait haussé les sourcils et répondu "oui et non". Un couple qui survivait à une liaison était comme une tasse de porcelaine dont l'anse avait été cassée. On pouvait la recoller, mais on verrait toujours la trace de la cassure, et quand on la tiendrait entre ses mains, on ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:13 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
09 juin 2015

Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquête

"Siiri se rendit à la cuisine et trouva près de l'évier un cubi de vin rouge, bien en sécurité à côté d'une bouteille de liquide vaisselle. Irma avait pour principe de ne boire que du vin rouge. Elle considérait l'eau comme destinée au lavage, et le lait comme une boisson pour enfants en pleine croissance. Elle buvait souvent deux verres de vin dès le déjeuner, et au dîner c'était au tour du whisky, sur ordonnance. Parfois elle ne savait plus si on était midi, le soir ou l'après-midi, ce qui l'empêchait de s'y retrouver entre son... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:47 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2015

Apnée

"Aurélia et moi nous baladons sur l'île de Ratonneau, en pleine lumière, à chaque pas des papillons jaunes surgissent des buissons. La blondeur d'Aurélia reflète le soleil. Nous ne nous sommes pas vues depuis un an, peut-être deux. Nous nous retrouvons sur cette île, dans l'empreinte laissée par ses photos, comme quand on ferme les yeux après avoir regardé le soleil. Une tache. Comment mémoriser une tache ? Comment décrire un éblouissement ? Comment garder l'empreinte d'un éblouissement ?(On arrête de respirer)" Des mots et des... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mai 2015

Corps variables

"Patient Q. Interné pour évaluation le mois dernier. Admis à l'UMD avec une psychose paranoïde et de graves troubles conceptuels. Nom et identité inconnus. Soutient être un universitaire du nom de Nicolas Slopen, mort l'an dernier dans un accident de la route. Hospitalisé par procédure d'urgence suite à des faits de harcèlement et de menaces dirigés contre l'épouse du défunt". Le narrateur, Nicolas Slopen, est un universitaire spécialiste des écrits de Samuel Johnson, marié à Léonora et père de deux enfants. Il est contacté par... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2015

Le jour des corneilles

"Nombre de soleils coulèrent. Rien ne survenait plus des folies de père : ses gens semblaient avoir déserté son casque. Je le trouvais quasiment chaque jour de fort bon poil, accomplissant nos tâches le plus paisiblement du monde, tout pénétré de son silence coutumier, vaquant à toutes choses de son geste rustre mais judicieux, ce qui me paraissait le signe assuré de son retour à la santé. Rares étaient les fois où je devais endurer ses foudres. Et à la vérité, à part quelques broutils, pas une seule fois en ces jours-là ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 15:11 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
15 mai 2015

D'argile et de feu

"Lorsque mes yeux distinguent à nouveau le tesson brun et gris, je me lève en titubant, avec la certitude que je ne prendrai pas la route. Je le sais, exactement de la même manière que j'ai su qu'il fallait fuir l'appartement blanc. A ce moment-là, je ne sais rien encore de Marie Prat. Je ne connais pas encore le géomètre. Il y a juste cette argile noire qui a guéri mon pied, et ce tesson qui fait revenir la garrigue. Pourtant mes pieds parlent, une fois encore. Ils disent que la terre noire est devenue une partie de moi, et que... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:42 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,