Le goût des livres

20 novembre 2018

Le poids de la neige

51B5fQaPuIL

"J'ai toujours su que tu finirais par céder, recommence Matthias. Si on ne peut pas changer les choses, on finit par changer les mots. Je ne suis pas ton médecin, je ne suis pas ton ami, je ne suis pas ton père, tu m'entends ? On passe l'hiver ensemble, on le traverse, puis c'est fini. Je prends soin de toi, on partage tout, mais, dès que je pourrai partir, tu m'oublies. Tu te débrouilles. Moi, je repars en ville. Tu m'entends ? Ma femme m'attend. Elle a besoin de moi et j'ai besoin d'elle. C'est ça mon aventure, c'est ça ma vie, je n'ai rien à faire ici, tout ça est un concours de circonstances, un coup du sort, un grossière erreur".

Deux hommes qui n'ont a priori aucune raison de se rencontrer se retrouvent obligés de cohabiter dans une maison à l'abandon, à l'écart d'un village où la neige tombe sans discontinuer.

L'hiver a commencé, il se passe quelque chose en ville, nous ne saurons jamais très bien quoi. Il n'y a plus d'électricité, les vivres manquent, des milices se forment, il devient dangereux de voyager. Au village, le narrateur a eu un accident de voiture et a les deux jambes brisées. Personne n'a trop envie de le prendre en charge. Un deal est passé avec Matthias, un vieil homme qui est coincé ici alors qu'il veut retourner en ville, où sa femme est malade.

Il accepte de s'occuper du blessé, à condition de faire partie du premier convoi qui partira en ville au printemps. L'accord est passé, Maria, la vétérinaire viendra régulièrement voir le jeune homme et Joseph amènera des vivres.

Le huis-clos est chargé de tension, chacun s'observant. Au début le blessé ne parle pas, il ne sait pas s'il pourra marcher à nouveau, il n'a pas de force. Matthias est un curieux personnage, entièrement tendu vers le désir de retrouver sa femme afin qu'elle ne meure pas seule.

L'alchimie est parfaitement réussie entre l'évocation de la nature, tantôt dangereuse, tantôt somptueuse et l'aspect angoissant de la relation entre les deux hommes. On s'attend à un drame à chaque page. Le blessé (dont nous ne connaîtrons pas le nom) se méfie de Matthias, le soupçonnant de vouloir partir en douce. Les visiteurs ne viennent plus, les vivres se raréfient, la neige monte de jour en jour, atteignant des hauteurs jamais atteintes.

J'ai été captivée par ce face-à-face contraint, ou perce malgré tout de la solidarité et où on ne sait qui est le plus dangereux, de la nature ou des hommes. Les descriptions poétiques du paysage et des éléments apportent une touche apaisante à l'histoire, que j'ai lue presque d'un seul jet. Un auteur québécois de plus à suivre ..

L'avis de Hélène Karine Kathel Maryline

Québec en novembre

Christian Guay-Poliquin - Le poids de la neige - 256 pages
Editions de l'Observatoire - 2018

 

Posté par aifelle1 à 13:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


18 novembre 2018

Bon dimanche

Le site de Silas Bassa

index

Posté par aifelle1 à 07:11 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2018

Une maison parmi les arbres

51qEeethArL

"J'aime Morty. Et sa vie, qui est la sienne, pas la mienne, est une vie que ... qu'il me plaît de partager. Pas exactement de partager, mais ... j'aime vivre à ses côtés".

Voilà un roman qu'il est difficile de résumer tant les personnages et les époques se mélangent. J'ai d'ailleurs eu du mal à y entrer au début, un peu embrouillée par la narration. Heureusement, cette impression n'a pas duré et une fois familiarisée avec les principaux protagonistes, j'ai pris plaisir à remonter dans le temps et la trame de différentes histoires.

Le personnage central de ce roman est Morty Lear, un auteur jeunesse à succès. Il meurt bêtement en tombant d'un arbre, laissant son assistante Tommy seule et désemparée, d'autant plus perdue qu'il lui laisse non seulement sa maison, mais la gestion de toute son oeuvre. Elle ne se sent pas du tout prête à porter un tel fardeau.

L'héritage du grand homme attise quelques convoitises, ses dessins valent une fortune et un film sur sa vie est en cours de réalisation. Nick, l'acteur qui doit l'interpréter était sur le point de le rencontrer. Il va insister pour venir quand même, mettant Tommy dans tous ses états.

Tommy quant à elle, a sans le vouloir oublié de vivre sa vie, tout occupée au service de Morty. Elle veillait à tout et a fini par emménager dans la même maison pour être plus efficace. Morty était quelqu'un d'exigeant et de difficile à suivre. Elle croit tout connaître de celui qui était son patron, mais avec la visite de l'acteur, elle va se rendre compte que ce n'était peut-être pas le cas.

Ce sont les grandes lignes, mais le roman est bien plus complexe, avec des personnages en nombre développés et fouillés. La famille de Tommy, celle de Morty, de l'acteur, les péripéties au fil des années, Soren, l'amant infernal de Morty, Dany, le frère de Tommy, Meredith, responsable de musée prête à tout pour récupérer les premiers dessins de Morty etc ..

Les époques et les histoires s'entrecroisent, esquissant peu à peu le portrait d'un Morty pas forcément sympathique, mais qui visiblement séduisait son entourage. Il cachait des secrets pas très reluisants, bien enfouis sous sa notoriété. Le ton est souvent humoristique, moqueur sans avoir l'air d'y toucher.

Une lecture qui demande une certaine attention, captivante par ses ramifications et l'évolution de Tommy.

L'avis de Cathulu

Julia Glass - Une maison parmi les arbres - 464 pages
Traduit par Josette Chicheportiche
Gallmeister - 2018

Posté par aifelle1 à 07:06 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags :

11 novembre 2018

Bon dimanche

1491303_poilu1copie

Posté par aifelle1 à 06:06 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2018

La photo du jour

P1210577

P1210618

Couleurs d'automne au Bois des Moutiers

Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,


07 novembre 2018

Mon voisin Raymond

61mDqjUmlmL

C'est Jérôme qui m'a donné envie de lire cette BD en commençant par dire qu'il n'y avait pas d'histoire. Pas d'histoire certes, mais tous les petits riens qui font la vie quotidienne lorsque l'on est vieux et que l'on habite un hameau isolé, quelque part en Dordogne.

Le dessinateur est le voisin le plus proche de Raymond et il va régulièrement le voir, pour rendre service ou pour prendre des nouvelles. Raymond a vécu là toute sa vie, il connaît la campagne comme sa poche et chaque saison amène des occupations différentes. Tailler la vigne, aller aux champignons, fendre du bois, observer des palombes.

planchea_326116

Troubs prend souvent un café avec Raymond, les conversations se prolongent, surtout à l'automne lorsque le moral baisse. C'est dur la campagne lorsque l'on vieillit et que l'on perd de l'autonomie. Mais cela ne dure pas et Raymond repart de plus belle, toujours occupé à quelque chose.

Le graphisme accompagne bien le propos, les traits sont simples et chaleureux, les couleurs épousent les changements de saison et la maison de Raymond respire la France rurale. Je n'oublie pas Odette qui amène une jolie touche de tendresse avec la déclaration d'amour à son Raymond.

voisin-raymond-bois

Un beau moment de lecture, qui donne un peu la nostalgie d'une vie plus en phase avec les rythmes naturels, une parenthèse bienvenue dans l'agitation citadine.

L'avis de Brize Le Petit Carré Jaune Moka

Troubs - Mon voisin Raymond - 92 pages
Futuropolis - 2018

Posté par aifelle1 à 13:20 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2018

Bon dimanche

images

Posté par aifelle1 à 06:08 - - Commentaires [40] - Permalien [#]

03 novembre 2018

La photo du jour

P1210479

P1210477
Giverny - Octobre 2018

Posté par aifelle1 à 07:24 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 octobre 2018

Les challenges

Je n'ai pas fait le point sur les challenges depuis un bon moment. J'ai laissé tomber ceux qui durent longtemps, au profit de mois thématiques. Sur la durée, je participe quand même au challenge Portugal chez Cristie. Pour l'instant, je n'ai lu qu'une BD, je peine à trouver un roman qui me retienne.

challenge portugal

J'ai réussi haut la main le challenge nordique de Margotte qui s'est terminé en Août (Margotte, où es-tu passée ?). 11 titres sur une année, je suis satisfaite.

Challenge nordique

Je rempile côté nordique, mais seulement en décembre, chez Cryssilda. En vue la lecture d'un polar et d'une dystopie.

112917241_o

En novembre, bien sûr, c'est le retour de la littérature québécoise, chez Karine et Yueyin, que je ne manquerais pour rien au monde. Deux lectures sont déjà faites et deux sont à venir.

qen2018_350x200-300x171

Je n'oublie pas l'objectif PAL d'Antigone, où bon an, mal an, j'essaie de lire au moins un titre par mois. Je ferme pudiquement les yeux sur le fait qu'elle se remplit plus vite qu'elle ne se vide. Je ne sais pas si c'est une maladie qui se soigne ..

Objectif PAL 2

Au printemps, reviendra le mois belge chez Anne et Mina

mois-belge-logo-khnopff

Oups, je n'ai pas mentionné le sacro-saint "Pavé de l'été" de Brize, que j'espère bien retrouver en 2019

pavc3a92018moyred

Et vous ?

Posté par aifelle1 à 06:13 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2018

Trois fois la fin du monde

41Kwt+IFvWL

"Et le miracle s'accomplit. La chatte grimpe sur ses genoux et s'assoit. Ce petit corps roux reste là, encore vibrant de crainte. Doucement, Joseph la caresse du plat de la main. Joseph sent alors une chaleur douce et profonde se répandre dans tout son corps. C'est un animal qui a dû souffrir de la vie sauvage, car il n'aura pas fallu longtemps pour qu'il prenne place sur les genoux d'un homme. Un animal affectueux. Ce dont il avait tellement besoin sans le savoir".

Joseph Kamal, jeune homme plutôt gentil et naïf, se laisse entraîner dans un braquage par son frère, pour lui rendre service. Résultat, son frère est tué et lui arrêté. Il se retrouve en prison, sans avoir la moindre idée de ce qui l'attend.

L'univers carcéral le broie à toute vitesse et c'est la partie du livre la plus pénible. Gardiens corrompus, truands aguerris et violents, manipulations en tout genre, transforment Joseph en bloc de haine, vomissant le genre humain.

Survient une catastrophe dont nous ne saurons rien de précis. Une explosion, une zone contaminée, les gros durs d'hier tombent comme des mouches. Joseph survit, il semblerait qu'il soit immunisé. Il commence par errer, pensant rejoindre la zone non touchée. Une rencontre le dissuade de le faire, l'humain est mauvais, il devrait le savoir, il fuit donc en s'enfonçant dans la zone interdite.

A partir de là commence sa vie d'ermite. Il se retrouve sur un causse, d'abord dans une cabane, puis dans une ferme. Il ne connaît pas grand chose à la campagne, il doit tout réinventer. Au début il a la peur au ventre, peur d'être retrouvé et éliminé. Nous sommes constamment dans les pensées de Joseph, à suivre ses changements d'humeur. Il passe par tous les états, appréciant la solitude qui lui est offerte, mais peut-on vivre indéfiniment coupé de ses semblables ?

J'ai dû lire trop de dystopies, je suis moins emballée que la plupart des blogueuses. Peut-être parce que le personnage de Joseph ne m'a jamais paru très sympathique et que j'ai eu du mal à m'intéresser à ce qui lui arrive.

Le style est cependant efficace, je l'ai lu très rapidement, curieuse de voir comment l'histoire allait se terminer.

L'avis d'Alex Antigone Cathulu Eimelle Jérôme Kathel Keisha Les livres de George

Sophie Divry - Trois fois la fin du monde - 235 pages
Notabilia - 2018

Posté par aifelle1 à 06:04 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :