Le goût des livres

29 septembre 2016

Âme graphique

Après une pause estivale, Âme graphique revient aujourd'hui avec pour thème "la sève". Là, je suis embarrassée, non par le manque de photos, mais par leur abondance .. J'ai fini par me décider pour celle-ci, prise à Giverny, ce qui ne vous surprendra pas. J'aime le côté "jungle" du jardin en septembre, on dirait une explosion avant le déclin automnal.

A1

Allons voir ce qu'ont fait mes petites camarades, ici

Atelier Ame Graphique

Posté par aifelle1 à 07:17 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :


28 septembre 2016

Indian Creek

Indian Creek"En acceptant de venir ici, j'avais dans la tête une vague idée de liberté : n'obéir à personne, ne faire que ce que je voulais. Il me semblait maintenant avoir négligé le fait tout simple que, même si je pouvais faire tout ce qui me chantait, et à n'importe quel moment, il n'y avait rien à faire. Cette impression était aussi angoissante que cette bûche sur ma poitrine qui m'avait coupé le souffle. Et si la claustrophobie me gagnait ? Et si je perdais la raison à force d'ennui" ?.

Voilà un récit que je devais lire depuis longtemps, sous la pression de blogueuses enthousiastes qui se reconnaîtront. Le hasard a fait qu'en allant au dernier festival America, la première personne que j'ai aperçue est Pete Fromm lui-même, souriant, disponible, accueillant et tout et tout. Je lui ai sauté dessus et hop, cinq minutes après mon arrivée j'avais déjà acheté un livre. Ne soyez pas mauvaises langues, j'en suis restée là, ce qui n'est pas un petit exploit dans ce lieu de perdition, mais je m'égare. Revenons au livre.

Le jeune Pete Fromm s'engage sur un coup de tête à partir 7 mois en solitaire dans les montagnes rocheuses, entre l'Idaho et le Montana, en plein hiver, pour s'occuper d'un bassin de saumons. La tête farcie de récits de trappeurs, il n'a aucune idée de ce qui l'attend, son expérience est égale à zéro, il ne sait rien faire et ses études en biologie animale ne lui seront d'aucun secours. Pas plus que son niveau de compétition en natation.

Il part avec un chiot, Boone, qui le suivra comme son ombre et deviendra une belle chienne à l'aise dans la nature. Les gardes forestiers qui l'accueillent se rendent compte de l'étendue de son ignorance, mais le laissent là en lui expliquant le principal. Le voilà seul dans une tente avec un poële à bois et la perspective d'un hiver solitaire dans une région où la température descend à - 40 la nuit, où l'on ne voit que la neige pendant des mois. Son lien avec l'extérieur est un téléphone qui se trouve à plusieurs miles. On peut dire qu'il n'en mène pas large.

J'ai eu grand plaisir à lire ce récit d'apprentissage, avant tout grâce à son humour. L'auteur ne se prive pas de se moquer de lui-même. Il se conduit souvent comme un jeune chien fou, il prend des risques inutiles, il passe d'intenses moments de découragement au bonheur de longues marches dans la neige. Il s'adapte plutôt bien, il est débrouillard et s'il accumule les bêtises, heureusement pour lui tout se termine bien.

Les conditions sont rudes, la forêt est remplie d'animaux, la rivière bruissante et certaines scènes font frémir ; la longue marche à la rencontre de son père et de son frère, le lutte d'un lynx et d'un cerf, le face-à-face avec un puma, les traces d'ours. Il s'occupe consciencieusement des saumons, lis beaucoup et finalement se rend compte qu'il n'est pas si heureux que cela de retrouver la "civilisation".

Dans une postface, l'auteur explique comment sa vocation d'écrivain est née là-bas, en prenant des notes quotidiennes.

Si vous avez d'autres titres à me proposer, je suis preneuse.

L'avis de Cathulu Clara ClaudiaLucia Gwenaëlle Hélène Jérôme Keisha Papillon

A1

Pete Fromm - Indian Creek - 238 pages
Traduit de l'américain par Denis Lagae-Devoldère
Gallmeister (Totem)

Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2016

Bon dimanche

Le site de Laura Mvula

mvulatwitter

Posté par aifelle1 à 06:04 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

23 septembre 2016

Deux remords de Claude Monet

Deux-remords-de-Claude-Monet"Il aidait Camille quand il le pouvait, elle donnait son apaisante tendresse au révolté, sa main fraîche sur son front. Deux ou trois toiles vendues, une rentrée d'argent, et c'était quelques jours de joie qu'ils partagaient dans une auberge à la campagne, encore aux portes de Paris. Dix minutes de voyage, le temps que la chaudière de la machine s'échauffe et le gris se délayait dans les transparences d'un ciel propre. Le vert et le bleu filaient aux vitres qui grelottaient gaiement dans leurs cadres de bois. Ils n'allaient pas très loin, mais toujours  vers l'ouest, en direction de la Normandie. Aux premières boucles de la Seine, mêmes les gros nuages semblaient s'alléger".

Trois parties composent ce roman : Frédéric (Bazille) Camille et enfin Claude. Ce n'est pas une biographie romancée, mais plutôt des moments de la vie du peintre articulés autour de quatre tableaux. Si la vie intime de Monet est largement présente, le contexte social et politique n'est pas négligé, à travers l'évocation de deux guerres avec l'Allemagne (1870 et 1914-18) et de la Commune.

Première lecture de l'auteur en ce qui me concerne, j'ai été charmée tout de suite par son écriture élégante et discrète. La narration est très vivante, le lecteur a l'impression d'être à côté de Monet et de le suivre tout au long de sa vie. L'amitié est importante, d'abord celle de Bazille bien sûr, le jeune peintre mort devant Beaune-la-Rolande à 28 ans. C'était le temps des vaches maigres pour Monet. Bazille qui était d'une famille bourgeoise l'aidait en achetant ses toiles. Renoir, Manet, Pissaro et bien d'autres traversent également le livre, tous manquant régulièrement du nécessaire. Ils s'entraidaient et se soutenaient.

La rencontre avec Camille, d'abord modèle, puis compagne et mère de ses deux fils a été déterminante. Monet est passionnément amoureux de la jeune femme qui va l'accompagner partout désormais, présence aimante et patiente. C'est que l'homme n'est pas facile à vivre.

Je connais la vie de Monet dans les grandes lignes, mais là, j'ai été passionnée par la génèse de certains tableaux. La sobriété de l'écriture n'empêche pas l'émotion qui saisit souvent. La première partie montrant le père de Frédéric Bazille venant chercher le corps de son fils est poignante. La maladie et l'agonie de Camille montrent un Monet déchiré et écrasé par le chagrin.

Il y a un monde entre le jeune homme des débuts, bouillonnant, désargenté, obsédé de peinture et le patriarche de la dernière partie, riche et célèbre, recevant son ami Clémenceau à Giverny. Toute une vie, traversée d'amours, d'amitiés, de maisons, de jardins, d'épreuves et de joies.

Au terme de son existence, il n'oublie pas ses chers disparus et nous comprenons pourquoi il a demandé à l'Etat d'acheter et d'exposer au Louvre "Femmes au jardin" (actuellement au musée d'Orsay).

Une belle surprise de la rentrée littéraire.

"Le couple rajeunissait lorsqu'il recevait les amis de Paris. Renoir, bohème endurci, s'invitait sans prévenir. Sa face plaquée sur l'os, ses yeux brillants, sa barbe et ses cheveux aux mèches rebelles terrorisaient le petit Jean. Puis, la gouaille du vieux Parisien, qui se souvenait de ses jeux d'enfants avec les gamins du Louvre et des quais de la Seine, sa patience et ses poches toujours garnies de menues surprises avaient apprivoisé l'enfant. Il guettait ses visites et l'arrivée du peintre lui faisait dégringoler l'escalier et crier la bonne. De tous les amis de Monet, Renoir était le préféré de Camille".

L'avis de Luocine Sandrine

5femmesjardin

Femmes au jardin

Michel Bernard - Deux remords de Claude Monet - 211 pages
La Table Ronde - Août 2016

Posté par aifelle1 à 06:59 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2016

Pourtant que la montagne est belle ...

Aujourd'hui, changement de décor, je vous emmène en montagne. La Vallée d'Abondance en Savoie.

A1

Abondance et son ancienne Abbaye 

A2

A3

A4

Les peintures murales du XVe 

A5

A6

A7

A8

C'était jour de marché au village 

A9

Le produit local par excellence (goûté et approuvé) 

A10

A11

A12

Pique-nique au lac des Plagnes 

A13

A14

A15

A16

A17

A18

A19

A20

A21

A22

Passage en Suisse, à Morgins, vieux souvenir d'un premier séjour au ski

A23

A24

A25

A26

Les vieux chalets ont été mieux préservés de ce coté-ci de la frontière.

A27

A28

A29

A30

A31

A32

A33

A34

A35

Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :


18 septembre 2016

Bon dimanche

Le site d'Elina Duni, chanteuse helvético-albanaise 

elinaduni_quartet1

Posté par aifelle1 à 06:11 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2016

Mankell (par) Mankell

Mankell"Le jour où je mourrai, je veux pouvoir non seulement comprendre pourquoi j'ai vécu, mais sentir que ma présence sur terre a eu un sens, même modeste. Je considère les artistes comme faisant partie d'une sorte de mouvement de résistance. C'est nécessaire, car je crois que nous pouvons tomber d'accord sur le fait que nous vivons dans un monde absolument épouvantable. Ce n'est pas vrai pour tous, certains possèdent tout, mais la plupart des gens sont encore pauvres et opprimés".

Si vous regardez l'index des auteurs sur mon blog, Henning Mankell est de loin le plus représenté. Il n'était donc pas question que je rate ce livre d'entretiens accordés à Kirsten Jacobsen. Elle l'a suivi partout pendant un an, en Suède, en Afrique, à Antibes, où il possède une maison, sur ses lieux de conférence.

L'homme n'est pas d'un abord facile, il n'aime pas se confier, mais il lui accorde sa confiance et elle pourra aborder pratiquement tous les sujets. Nous passons d'une époque à l'autre et d'un pays à l'autre, avec toujours suffisamment de clarté pour savoir exactement pourquoi et de quelle manière. Sa passion de toujours pour le théâtre, sa découverte de l'Afrique, la génèse de son célèbre enquêteur Wallander, sa vision de la politique, sa relation aux femmes, sachant qu'il a été abandonné par sa mère, de nombreux thèmes sont abordés et c'est passionnant.

Henning Mankell a des opinions assez tranchées, mais ce qui ressort le plus c'est son intégrité, ce n'est pas un homme qui triche ou qui dissimule. Toute sa vie il s'est efforcé de mettre en accord ses actes et ses pensées. J'ai eu un pincement au coeur lorsqu'il dit qu'il a la chance d'être en bonne santé et de pouvoir faire ce qu'il veut. Nous savons qu'un cancer l'a touché peu de temps après.

C'est amusant de l'entendre affirmer qu'il n'aimerait pas Wallander dans la vie et que d'ailleurs il ne voterait sûrement pas comme lui. J'avais oublié qu'Ingmar Bergman était son beau-père, le tableau qu'il dresse de leur conversations et du personnage est franc et éclairant. Il évoque également le mode de vie adopté avec sa troisième femme Eva Bergman, où chacun a trouvé un équilibre, respectueux de la créativité de l'autre.  

C'est un livre indispensable pour ceux qui ont lu et aimé les romans de Mankell et une excellente introduction pour ceux qui ne le connaissent pas encore. La description du contexte de nombre de ses romans est un plus. Je vais continuer avec le suivant "Sable mouvant" écrit quand il était malade.

"J'ai un drôle de souvenir par rapport à ça. En 1988 ou 1989, j'étais à Maputo en train de fignoler ma déclaration d'impôts, et c'est là que j'ai découvert tout-à-coup que j'étais millionnaire. J'ai pensé : bon sang, j'ai un million de couronnes ! et je suis allé le dire à Kari. C'était écrit là, noir sur blanc : j'avais plus d'un million de couronnes sur mon compte. Et je me souviens de cela comme d'une sensation glaçante, car jusque là je n'en avais eu aucune idée ..".

L'avis de Cathulu Ptit Lapin

Kirsten Jacobsen - Mankell par Mankell  - 297 pages
Traduit du danois et du suédois par Anna Gibson
Editions Points - 2015

Posté par aifelle1 à 07:15 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2016

Aux petits mots les grands remèdes

Aux petits mots"Je ne souhaite posséder que des livres. Il me faudrait un bout de terre où je pourrais les disposer tout autour de moi. Des centaines de livres. Des milliers de livres à gauche, à droite, devant, derrière, au-dessus, en-dessous. Et moi au centre. Ce serait une belle maison. Sans câbles. Sans interrupteurs. Sans faïence. Une maison faite de mots".

Alex est un vrai passionné des livres. Il en a d'ailleurs fait son métier en suivant une formation de bibliothérapeute au Canada. Il est persuadé que les livres peuvent soigner, pourtant dans sa propre vie, ils ont fait fuir sa compagne Mélanie, lassée de cet envahissement littéraire permanent.

Se retrouvant tout seul et plutôt désargenté, Alex a grand besoin de ses trois clients du moment. Yann, un adolescent défiguré par un accident de voiture, reclus chez sa mère qui le surprotège. Anthony Polstra, un as du football, adulé par les supporters mais profondément insatisfait. Et enfin, Robert Chapman, un obsédé du travail, soucieux de retrouver une vie plus normale où il prendrait son temps.

J'ai retrouvé avec plaisir l'humour léger de l'auteur, son regard ironique sur pas mal de nos travers et lorsque l'on aime les livres, on ne peut que vibrer à un certain nombre de passages. C'est le genre de roman où il faut avoir un carnet et un crayon à portée de main pour noter d'autres titres. J'ai suivi Alex avec curiosité, me demandant qu'elle serait ses suggestions de lecture à ses clients, bien que je sois sceptique sur ce genre de thérapie. Je crois que les livres aident, sans aucun doute, mais je pense aussi que la lectrice est la mieux placée pour aller d'instinct vers ce qu'il lui faut, à un moment précis.

Le petit bémol que je mettrais à ma lecture, c'est qu'Alex se cache un peu trop derrière l'humour et la légèreté. Finalement il ne se dévoile jamais complètement, même si en filigrane on devine sa peine d'avoir perdu Mélanie et son désir de la reconquérir.

Le personnage qui m'a le plus touchée est sans conteste Yann, enfermé dans l'appartement de sa mère et étouffé sous sa maladroite sollicitude. Les figures de mère ne sont pas gâtées d'ailleurs dans l'histoire, celle d'Alex est redoutable.

En résumé, un roman plaisant qui fait passer un bon moment, sur un thème qui nous concerne de près.

L'avis de Cathulu Gwen Leiloona Stéphie Yv Zazy

Michaël Uras - Aux petits mots les grands remèdes - 384 pages
Préludes - 2016

Posté par aifelle1 à 08:33 - - Commentaires [64] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2016

Bon dimanche

Le site de Claude Capeo 

claudio-capeo

Posté par aifelle1 à 06:33 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2016

Je reste

"Seul pendant la tempête, un homme refuse de fuir le désastre qui a englouti sa maison. Réfugié dans son propre grenier, il se recompose une existence à fleur d'eau avec les quelques effets qu'il a pu sauver. La tempête passe, mais l'eau demeure et l'homme doit imaginer des solutions de plus en plus inventives pour survivre dans cet environnement amphibie. Il se construit un radeau, comme extension de son nouvel habitat avec tous les matériaux encore disponibles et ceux qu'il retrouve à la surface de l'eau. Ce sera son jardin flottant, véritable plateforme d'expérimentation pour une culture vivrière et poétique hors du sol.

A1

A2

A3

A4

A5

Ce jardin s'incarne dans une nature sauvage qui a pris le pas sur la civilisation. C'est une ode à l'inventivité humaine dans sa capacité d'adaptation et de création. Il raconte l'histoire d'un homme qui, malgré la violence de son environnement, cherche des solutions concrètes pour continuer à vivre dans ce monde devenu inhabitable.

A6

A7

A8

A9

A10Les visiteurs son invités à une immersion dans l'univers de cet habitant imaginaire. Ils découvrent d'abord une mystérieuse pièce où s'entasse un grand nombre d'objets divers, autant d'indices semés qui témoignent de ses activités quotidiennes. C'est en sortant du grenier qu'ils pénètrent dans son véritable jardin et comprennent sa vraie nature." (extrait catalogue)

A11

A12

A13

A14

A15

A21

A16

A17

A18

A19

A20

Lélia Demoisy, Julie Mahieu, Adèle Hopquin et Maud Negron, paysagistes DPLG - France
PRIX SPECIAL DU JURY

La visite de Florence

Festival International des jardins - Chaumont-sur-Loire

Affiche-Festival-2016

Posté par aifelle1 à 07:09 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,