Le goût des livres

19 novembre 2017

Bon dimanche

King-Krule

Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :


15 novembre 2017

La femme de l'ombre - Tome 2

CVT_La-femme-de-lombre_1466"Il était tard. Endormi dans son fauteuil, il fut réveillé en sursaut par des bruits de pas et des craquements. Il entendit quelqu'un se cogner à une table et vit en un éclair le sac que son assaillant lui lançait sur la tête. Brusquement, tout devint noir et les coups se mirent à pleuvoir. Il essaya d'appeler à l'aide et se débattit, mais les coups redoublèrent d'intensité et il abandonna la lutte".

Dans ce deuxième volume de la trilogie, nous retrouvons les enquêteurs du premier tome, Flovent et Thorson. Ils se connaissent maintenant assez bien et sont appelés à intervenir pour deux meurtres n'ayant apparemment rien à voir l'un avec l'autre.

Un jeune homme a trouvé la mort non loin d'un bar à soldats. Il a été sauvagement battu. Par ailleurs, la mer a rejeté le corps d'un homme sur la côte. Tout laisse supposer qu'il s'agit d'un suicide ou d'un accident, mais l'autopsie dévoilera un détail troublant.

Nos enquêteurs ne vont donc pas manquer de travail et les deux affaires finiront par converger  à travers le personnage d'une femme. Le contexte est le même, l'Islande occupée par les troupes alliés dans les années 40, les Islandaises tournant autour des soldats pour transformer leur vie, du moins le croient-elles et les inévitables profiteurs et magouilleurs.

Comme dans la première enquête, ce qui a surtout retenu mon intérêt c'est le fond historique. Ici, tout démarre avec un bateau qui ramène au pays des Islandais vivant dans les pays nordiques maintenant occupés par les Allemands. Une jeune femme attend son fiancé à Petsamo, en Finlande. Il devait la rejoindre pour prendre le bateau, mais il n'est pas là. Un de ses amis lui apprend qu'il a été arrêté par les Allemands. Elle n'aura de cesse de comprendre ce qui s'est passé et où est maintenant le jeune homme.

Quant au jeune battu à mort devant un bar, il montre la mauvaise volonté de l'Armée à enquêter lorsqu'un de ses hommes est mis en cause. Le pente naturelle de la hiérarchie militaire est de nier le problème et de refuser la moindre collaboration. Thorson n'est pas toujours à l'aise dans sa position d'appui à la police islandaise, même si son amitié pour Flovent arrondi souvent les angles. Les occupants, fussent-ils des alliés, considèrent la population locale comme inférieure et primaire.

J'ai trouvé le rythme plus nerveux que dans le premier tome, nous entrons un peu plus dans l'histoire personnelle des enquêteurs et la situation complexe des Islandais à cette période. Je me suis davantage attachée aux personnages et me suis demandée longtemps de quelle manière les deux affaires se recouperaient.

J'attends maintenant avec impatience le troisième et dernier tome (au printemps 2018).

Merci aux Editions Métailié

Challenge nordique

Arnaldur Indridason - La femme de l'ombre - Tome 2 - 331 pages
Traduit par Eric Boury
Editions Métailié - 2017

Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 novembre 2017

Bon dimanche

Le site de Chet Nenuta

56-181323-chet-nuneta

Posté par aifelle1 à 06:27 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2017

Dans l'ombre - Tome 1

CVT_Dans-lombre_3973

"Ceux que j'ai vus ? Il y avait un Anglais, répondit le voisin, sûr de lui. Un soldat britannique ... mais il n'était pas le seul ... je ... je n'en sais pas plus, vous savez. Ma voisine du dessus, celle qui a vu Vera se sauver comme une voleuse dans la nuit, eh bien, elle nous a dit qu'elle était partie avec un Anglais. Un soldat britannique. Enfin, un de ces militaires. Bref, elle s'est trouvé un soldat."

Premier volume d'une trilogie, "Dans l'ombre" se déroule en Islande, en 1941. L'île est occupée par les Britanniques et les Américains, ce qui amène des changements considérables dans le quotidien des habitants. Tous ces jeunes hommes ont besoin de distraction et un certain nombre d'Islandaises ne demandent qu'à les séduire pour améliorer leur niveau de vie.

C'est dans ce contexte qu'Eyvindur, un représentant de commerce assez falot revient de tournée, prêt à s'expliquer avec sa copine, Vera, avec qui il s'est disputé avant de partir. Il ne peut que constater qu'Eva s'est fait la malle, avec un soldat disent les voisins. Les jours suivants, son corps est retrouvé dans l'appartement d'un autre représentant, Félix Lunden. Il a été assassiné et les lettres SS ont  été tracées sur son front.

L'Inspecteur Flovent est chargé de l'enquête. Son expérience professionnelle est assez mince, il est jeune et il n'y a pas beaucoup de crimes à Reykjavik. On lui adjoint Thorson, interprète pour l'Armée américaine. C'est un Canadien d'origine Islandaise, peu préparé lui aussi à ce type d'enquête.

Histoire de brouiller un peu plus les pistes, Félix Lunden est introuvable. Il a pris la fuite et est fortement soupçonné d'être le meurtrier, d'autant plus que sa famille a des sympathies néo-nazis incontestables. Rien ne dit que des espions allemands ne traînent pas encore sur l'île.

Je ne vais pas vous raconter l'intrigue, d'autant plus qu'elle ne se dénoue pas à la fin du livre, je suppose que les volumes suivants vont éclairer ce qui se passe dans ce premier tome. Le contexte historique est passionnant, j'ignorais en grande partie ce qui s'est passé en Islande pendant la deuxième guerre mondiale, encore que l'auteur y fait souvent allusion dans ses romans précédents, surtout Opération Napoléon.

La complicité s'installe assez vite entre les deux enquêteurs. Flovent n'est pas fâché d'avoir de l'aide et Thorson fait tout ce qu'il peut, malgré le poids de la hiérarchie militaire qui ne poursuit pas nécessairement le même but que la police islandaise. Sans être spectaculaires, les révélations se succèdent, des situations s'éclaircissent, les rôles des uns et des autres se précisent.

J'ai regretté quelques longueurs, des interrogatoires qui tournent en rond et donnent une impression d'amateurisme côté enquêteurs, des personnages moins fouillés que dans la série d'Erlandur, mais j'ai suivi l'ensemble avec plaisir. Le deuxième tome m'attend déjà.

L'avis de ClaudiaLucia Cryssilda Dasola Valérie Zazy

 

Challenge nordique

 

Arnaldur Indridason - Dans l'ombre - 352 pages
Traduit de l'islandais par Eric Boury
Editions Métailié - 2017

Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 novembre 2017

Bon dimanche

Novembre est le mois québécois chez Karine et Yueyin. Aujourd'hui, c'est donc un chanteur canadien qui est à l'honneur, Pierre Lapointe. Il vient de sortir un nouvel album "La science du coeur".

Le site de Pierre Lapointe

Challenge Québec en Novembre

Posté par aifelle1 à 06:06 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :


03 novembre 2017

La Grande Arche

La Grande Arche"Spreckelsen est inquiet : ces Français se fichent bien de la belle ouvrage. Belmont et Andreu-Chevallier sont inquiets : les retards sont terribles, il faut cravacher. Le maître d'ouvrage est inquiet : les clients ne se bousculent pas ; le Carrefour ne ressemble toujours à rien. Dauge est inquiet : Miterrand le fait venir tous les trois mois pour lui dire : J'ai vu Monsieur Spreckelsen, il est malheureux. Les socialistes sont inquiets : le vent a tourné, la crise économique est rude, nous allons être obligés de compter ; ce n'est pas pour cela que nous avons été élus. Miterrand est inquiet : les élections de 86 se présentent mal".

Si l'on m'avait dit un jour que je me passionnerais pour  la construction d'un monument, j'aurais eu du mal à le croire et j'aurais eu tort puisque c'est ce qui est arrivé avec ce livre qui retrace l'épopée de la Grande Arche.

François Miterrand vient d'arriver au pouvoir, il lance sans tarder un programme de grands travaux. L'argent n'est pas un problème, un concours ouvert est lancé et c'est un architecte danois inconnu qui l'emporte, Johan Otto von Spreckelsen. Ses dessins sont magnifiques, un cube d'une remarquable sobriété et parfaitement intégré à la perspective des Champs-Elysées. Mais il y a loin du rêve sur papier de l'architecte à la réalisation et c'est ce qui est raconté avec talent tout au long du récit.

Dès le départ le ver est dans le fruit si je puis m'exprimer ainsi, l'architecte danois n'ayant rien construit de grande dimension jusqu'à présent et les méandres de la mentalité française lui échappant complètement. Dès le démarrage du chantier, les problèmes surgissent et iront de mal en pis. Les délais sont courts, puisque Miterrand exige que tout soit terminé pour les fêtes du bi-centenaire de la Révolution, en 1989.

Un certain nombre d'acteurs de cette interminable saga peuvent encore témoigner et c'est ce qui fait la richesse de l'histoire. On voit clairement que ce qui n'était pas bien défini au début a continué à peser et pèse encore de nos jours, sur la pérennité de l'Arche et son occupation. Pour que la Grande Arche sorte de terre, certains acteurs ont dû prendre des risques énormes, sans filet de sécurité. Miterrand suivait personnellement le chantier et la première cohabitation de 1986 a sérieusement compliqué la donne, le nouveau gouvernement n'ayant de cesse de détruire ce que les prédécesseurs avaient construit (rien n'a changé ..).

Je ne vais pas entrer dans les détails, seulement vous dire que j'ai dévoré ce texte comme un polar. L'auteure a l'art de raconter et de camper les protagonistes et leur personnalité. Elle a fait un énorme travail documentaire et nous rend compréhensibles des arcanes politico-architecturales d'une extrême complexité. On se décompose en même temps que l'architecte, on tremble plus d'une fois en pensant que tout est fichu et pourtant on sait qu'elle est là cette Arche ! Mais loin de ce qu'aurait imaginé Spreckelsen, puisqu'il a même refusé de signer son ouvrage.

Inutile de préciser que le monde politique n'en sort pas grandi. Les manoeuvres, les coups bas, les requins affairistes bien en cour, les tractations troubles, rien ne nous est épargné. Un certain écoeurement m'a gagné en pensant aux leçons de morale et d'économie que tout ce petit monde croit utile de nous infliger à la moindre occasion.

Une lecture passionnante, dans un style enlevé et plein d'esprit.

"La littérature fait courir des risques dont l'auteur n'avait pas idée avant de s'y lancer, sans quoi il aurait préféré l'ethnographie ou le saut à la perche. Les efforts de documentation auxquels j'ai dû m'astreindre pour écrire sans trop d'inepties les paragraphes précédents ont réduit en poussière un des piliers de mon équilibre psychique. Je savais que l'approximation et la précarité gouvernent les amours humaines, les relations sociales, les pouvoirs quels qu'ils soient, les entreprises artistiques, la préparation des entremets, les illuminations religieuses, mais je croyais qu'il existait dans l'univers un ordre de réalité ferme, immuable, en un mot sûr, qui précisément était la technique. Tout ce qui est béton marbre ou acier me semblait être du solide. Et je découvre en travaillant la différence entre précontrainte et postmodernité que l'incertain règne là comme ailleurs."

Merci aux Editions Folio

L'avis de Delphine-Olympe Keisha Zazy

Laurence Cossé - La Grande Arche - 397 pages
Editions Folio - 2017

Posté par aifelle1 à 06:39 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2017

La photo du jeudi

 

P1170490

Othoniel - Versailles

P1170470

Posté par aifelle1 à 07:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2017

Bon dimanche

Le site de Barbara Hanningan

sans-titre

Posté par aifelle1 à 05:34 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2017

Automne

 

P1170312

Si jamais vous voulez en savoir (un peu) plus sur moi, ta d loi du cine m'a posé quelques questions à l'occasion du 750e commentaire laissé chez Dasola (ta d loi du cine est un squatteur ...). L'exercice n'est pas si facile qu'il en a l'air, mais je l'ai fait avec plaisir. C'est ici :

http://dasola.canalblog.com/archives/2017/10/25/35671534.html

 

P1170402-001

 

Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2017

Sable mouvant

9782757861875"De même que tout le reste s'est modifié dans mon existence, chaque matin représente désormais pour moi un nouveau défi. Je dois réussir à tourner mes pensées ailleurs que vers la maladie pour éviter de passer des heures à me demander comment je vais, si de nouveaux effets secondaires se sont déclarés, ou si c'est plutôt un bon jour. Car si je ne réussis pas à dévier rapidement ces pensées d'un vigoureux tacle de hockeyeur, la partie est perdue pour un long moment. Et le risque est grand que la résignation, la répugnance et la peur ne prennent le dessus. Que reste-t'il alors ? Se recoucher, se tourner contre le mur ?"

Henning Mankell a commencé ce récit après avoir appris qu'il était atteint d'un cancer. Ce n'est pas une autobiographie à proprement parler, mais le sous-titre est explicite "Fragments de ma vie".

L'auteur livre des moments qui l'ont marqué pour différentes raisons et soulève les grands problèmes de société. Cela va des déchets nucléaires à l'art pariétal, en passant par des souvenirs d'enfance auprès de son père, juge, son premier séjour à Paris, ses voyages en Afrique, le théâtre, la pauvreté etc ...

On reconnaît des constantes dans sa vie : c'est toujours un homme curieux de tout et cherchant à approfondir les sujets dont il a connaissance. Il transparaît à travers ces fragments une belle humanité et une intelligence à l'oeuvre. Il s'appesantit peu sur le diagnostic et ses séjours à l'hôpital, son propos n'est pas là, il préfère partager des moments forts ou fugitifs, sans chronologie. Il y a bien sûr un questionnement sur la maladie et la mort, mais jamais pesant.

Je suis triste à l'idée qu'il n'y aura plus de nouveau roman de cet auteur que j'apprécie beaucoup et ai aimé cet ultime partage de l'homme, qui éclaire un peu plus son intimité et ce qui sous-tend ses romans.

L'avis de Cathulu Sandrine Tania Valou

 

Challenge nordique                   Objectif PAL 3

 

Henning Mankell - Sable mouvant - 384 pages
Traduit du suédois par Anna Gibson
Editions Points - 2017

Posté par aifelle1 à 18:11 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :