9782882504715"Ils demeurèrent le reste de la soirée et toute la nuit dans le grand salon, devant l'âtre vide, froid, sombre. Il ne fallu guère de temps au cadet puis à l'aîné des deux petits frères pour s'endormir et poser leur tête sur chacune des cuisses de la mère. Lorsque la fille demanda à une unique occasion la permission d'aller aux toilettes, le beau-père introduisit la clé dans la serrure et déverrouilla la porte, non sans indiquer à la mère que si elle aussi voulait y aller c'était maintenant, mais celle-ci secouant la tête pour seule réponse, il reverrouilla la porte et suivit sa belle-fille jusqu'à la plus proche des seize salles de bains munies de toilettes où il fit le planton devant la porte, d'ailleurs davantage avec l'allure d'un factionnaire armé ou du portier d'une discothèque post-soviétique, et, lorsqu'elle en ressortit il la laissa le précéder jusqu'au grand salon dont à nouveau il déverrouilla et reverrouilla la porte pour ensuite glisser la clé dans sa poche."

"L'été infini" est un roman qui ne se laisse pas facilement apprivoiser. Il y a d'abord la narration éclatée entre différentes époques, différents personnages,  et ensuite l'écriture, de longues phrases avec peu de ponctuation et des répétitions fréquentes. Les personnages sont désignés avec une certaine neutralité : la mère, le beau-père, la fille, le jeune garçon qui est peut-être une fille, Lars le bien bâti ..

L'histoire se déroule au Danemark, parmi un groupe d'adolescents, désirant tous devenir artistes, faire quelque chose de grand de leur vie. Mais le personnage central est celui de la mère, lumineuse et si naturelle. Les jeunes sont subjugués par sa liberté, sa beauté et son aisance ; cet été-là, elle va tomber amoureuse d'un des jeunes hommes et le suivre jusqu'à son pays, le Portugal.

Je n'aurai sans doute pas poursuivi ma lecture s'il n'y avait pas un charme mystérieux qui se dégage de l'histoire dès le départ ; une poésie, des éclairs de beauté, des fulgurances et les jeunes gens sont décrits chacun leur tour avec tendresse et compréhension, dans leurs errances et leurs tatonnements sexuels. Le doute qui est entretenu sur la réalité, les changements de lieu et d'époque donnent une impression de rêverie permanente où j'ai dérivé sans résister.

Une lecture atypique, à tenter sans trop chercher à comprendre.

L'auteure : Madame Nielsen est une auteure et dramaturge danoise née homme en 1963. Jusqu'en 2001, il était Claus Beck-Nielsen, puis est mort sous cette identité pour renaître sous les traits de Madame Nielsen en 2011. Nommée deux fois au Prix de littérature du Conseil nordique, en 2006 et 2014, elle fait régulièrement des performances à travers l'Europe et a créé un groupe de musique.

Merci à Masse Critique et aux Editions Noir sur Blanc

C'est par ailleurs ma première participation au challenge nordique de Margotte

Challenge nordique

Madame Nielsen - L'été infini - 169 pages
Traduit du danois par Jean-Baptiste Coursaud
Notabilia - Avril 2017