31MUAH8uazL

"Lorsque ma omma s'est décidée à mourir, le vent a tourné. Ce soir d'hiver où elle serrait les lèvres et clignait les yeux pour refuser la cuiller de purée, une brume glaciale venue du nord s'insinua dans les champs. Un frimas blanc, plein de secrets, dévorait les chaumes et mâchouillait les branches des arbres pendant qu'omma s'affamait. Plus elle se faisait légère, plus le temps s'alourdissait".

Siri, la narratrice, est danoise par son père et féroïenne par sa mère. C'est sa omma, Marita qui la première a quitté son île pour suivre son mari au Danemark. Après la mort de Marita, Siri éprouve le besoin de retrouver ses racines féroïennes et de mieux connaître la vie de sa branche maternelle. Toute sa vie son papé a eu la nostalgie de son île. C'est lui qui a transmis à Siri les légendes et les traditions féroïennes.

Etonnant premier roman qui fait la part belle aux sensations liées à la nature, aux éléments, à des moments fugitifs dans une langue très poétique. Siri n'a pas beaucoup d'indications pour retracer la vie de ses grands-parents. Son imagination et son intuition comblent les silences familiaux.

Elle évoque les dilemnes de la troisième génération d'immigrés, qui ne se sent ni vraiment d'ici, ni d'ailleurs, entre deux langues, deux histoires, deux cultures. Elle mêle harmonieusement évènements personnels et drames historiques, le Danemark occupé par les Allemands, l'indépendance des îles Féroé. Les caractères sont rudes et bien trempés, ce qui n'empêche pas les fortes têtes de respecter les éventuels trolls qui se trouvent sur leur route ..

Un beau roman, constitué plutôt de fragments de vie saisis au hasard des souvenirs qui remontent. Un bémol cependant à cause de la narration éclatée. Au début d'un chapitre on ne sait pas vraiment quelle génération prend la parole, dans quel lieu. Si on se repère vite, j'ai quand même été gênée par ces changements rapides.

Je n'ai pas été complètement emportée par cette lecture, c'est cependant une auteure à suivre de près.

L'avis de Cathulu

Siri Ranva Hjelm Jacobsen - Île - 240 pages
Traduit du danois par Andreas Saint Bonnet
Editions Grasset - 2020