51ai4S1bEmL

"Konrad emmena la photo dans le salon et s'installa sur la chaise devant le bureau du vieil homme. Il regardait à tour de rôle les articles de presse qu'il avait à la main, le livre ouvert sur le bureau et le cliché posé devant lui en pensant à son père, à la jeune fille assassinée, à l'ocupation militaire, aux séances de spiritisme, aux âmes torturées des défunts et à ce vieux célibataire allongé dans sa chambre, qui semblait endormi alors qu'on l'avait étouffé."

Dernier volet de la trilogie des ombres, cette nouvelle enquête nous permet de retrouver l'Inspecteur Flovent et Thorson, devenu Stephan Thordarson. L'histoire commence de nos jours, avec la découverte du corps d'un vieil homme, seul dans son appartement. L'autopsie révèle qu'il a été étranglé. Ce vieil homme n'est autre que Stephan Thordarson.

Konrad, policier retraité qui donne des coups de main à Marta, chargée de l'enquête, est intrigué par des coupures de presse retrouvée chez Thordarson, qui datent de 1944. Elles relatent le meurtre d'une jeune fille, Rosamunda, retrouvée étranglée derrière le théâtre national de Reykjavik. Konrad est troublé de s'apercevoir que son défunt père a été mêlé à cette affaire, même de manière détournée. Il a d'autant plus envie de découvrir la vérité.

Il est à nouveau question de "la situation", le mot utilisé pour parler des jeunes Islandaises qui acceptent des relations avec les soldats, par naïveté ou par intérêt. En avançant dans ses investigations, Konrad s'aperçoit qu'une deuxième jeune fille a disparu à l'époque, Hrund. Le point commun avec Rosamunda est qu'elles ont été violées par un homme qui leur conseille de dire que "c'était les elfes".

Konrad met ses pas dans ceux de Flovent et Thorson et s'efforce avec difficulté de retrouver les écrits relatifs à l'enquête de 1944, ils sont curieusement absents.

J'ai apprécié ce troisième opus, après un pincement au coeur en réalisant que Thorson est devenu un vieil homme, assassiné de surcroît ! Le croisement de deux époques permet de mesurer le bond en avant de l'Islande depuis la deuxième guerre mondiale. En 1944, les croyances dans les vieilles légendes étaient encore fortes dans les campagnes, expliquant la phrase sur les elfes qui peut paraître très simpliste aujourd'hui.

On approfondit encore un peu plus le quartier des Ombres où a grandi Konrad et où on a retrouvé Rosamunda. Les personnages secondaires ont toute leur importance, l'intrigue progresse habilement.

Un trilogie réussie qui se clôt en beauté.

Lectures précédentes : Dans l'ombre - La femme de l'ombre

L'avis de Dasola Zazy

Challenge nordique

Arnaldur Indridason - Passage des ombres - 304 pages
Traduit de l'islandais par Eric Boury
Editions Métailié - 2018