51q2po57+4L

"C'est spectaculaire, la France : dès que tu portes une cravate, y a plus un flic qui te demande tes fafiots"

Nos chers vieux atrabilaires sont de retour, pas calmés le moins du monde et toujours prêts à bousculer l'ordre établi. Le gang "Ni yeux ni maître" réclame l'asile fiscal devant l'Ambassade de Suisse et bien sûr, tout le monde est embarqué au commissariat. Manque de chance pour Pierrot qui s'était engagé à assister à un match de rugby avec Mimile et Antoine.

De son côté, Antoine s'est fait coincer par sa petite fille, Sophie, qui lui confie la garde de Juliette, conjointement avec son fils. Le but est de réconcilier ces deux-là qui sont fâchés depuis longtemps. Donc, tout part de travers.

Si l'on ajoute Fanfan, la nonagénaire qui gère de main de maître un curieux asile de réfugiés, tout est en place pour que les répliques fusent dans tous les sens, fustigeant tous les bien-pensants, les profiteurs et les hypocrites, voulant réveiller les consciences.

Déjà le cinquième tome de cette série et pas de lassitude pour la lectrice. Les vieux compères passent à la moulinette les travers de la société, ne s'en laissent conter par personne et se débrouillent comme ils peuvent avec leur entourage direct. Sophie fulmine souvent et la petite Juliette semble comme un poisson dans l'eau avec ses vieux gardiens atypiques. Seule Fanfan nous fait de la peine à la fin de l'album, bien malgré elle.

Je ne sais pas si les auteurs ont prévu une fin à leur série, mais j'attends le sixième de pied ferme.

vieux_Fourneaux_T5H3

L'avis de Dasola Alex Choupynette Kroll Violette

Lupano et Caauet - Les vieux fourneaux - Tome 5 - 56 pages
Dargaud - 2018