41D0J41NP2L

"On nous apprend à contrôler nos émotions et à ne pas réagir. Et même à pardonner. Pourquoi ? Pourquoi accepter un comportement qui n'est pas acceptable ? Aurais-je dû, de son vivant, absoudre Zofia Lass de ses péchés ?..."

Iréna Golebiowska vit heureuse entre ses parents polonais Marysia et Stanislaw Golebiowski. Son enfance a été calme et choyée. Pour ses 18 ans, ses parents décident de lui révéler la vérité, à savoir qu'elle a été adoptée. Sa mère naturelle l'a confiée à ce couple de braves gens pendant la guerre. C'était une juive du ghetto de Versovie, Klara Sternschuss. Son père a été fusillé en tant que résistant.

Bouleversée, Iréna se retrouve en possession d'un petit sac laissé par sa mère, jamais ouvert jusqu'à présent. Elle y trouve un manuscrit qui va transformer sa vie. Il relate l'histoire de Klara qui la supplie de lui pardonner de l'avoir abandonnée. La garder aurait été la vouer à la mort.

Seulement, Iréna a déjà lu cette histoire. Une vague tante, Zofia Lass, vue de rares fois pendant son enfance, a écrit un livre semblable point par point au récit de Klara. Il s'avère que c'était sa meilleure amie et qu'elle s'est appropriée son manuscrit, qui est devenu un best-seller.

Dès lors, Iréna ne pensera plus qu'à se venger de cette femme qui a trahi sa mère. La vie passe, elle est dentiste et a émigré au Canada, mais elle ne perd jamais de vue son objectif.

J'ai lu ce court roman d'une traite, curieuse de savoir si Iréna allait atteindre son but et comment. Ce n'est pas une personne sympathique, sa vie est terne, elle est passive, se contente de peu, mais elle est dévorée par la rancoeur contre Zofia et le désir de rendre justice à sa mère.

69 pages élégantes, subtiles, à l'écriture ciselée, sans un mot de trop. Un coup de coeur.

Tecia Werbowski a écrit une dizaine de romans, des nouvelles et un essai. Née à Lwów, en Pologne, pragoise dans l’âme, elle habite au Canada depuis 1968 et partage son temps entre Montréal et Prague. C’est la découverte de l’oeuvre de Nina Berberova qui a incité Tecia Werbowski à écrire. Exaltée par la lecture de L’accompagnatrice, elle a proposé à Hubert Nyssen d’écrire une biographie de l’écrivain russe, puis, sans attendre la réponse de l’éditeur, elle est partie à la rencontre de Berberova. Autour d’une tasse de thé russe, elle fit la connaissance d’une grande dame qui lui conseilla, entre autres choses, de ne pas trop manger si elle voulait devenir écrivaine. Depuis, en digne héritière de Berberova, Tecia Werbowski compose d’une plume délicate et acérée des romans miniatures qui explorent la mécanique des secrets et des mensonges et qui déclinent, en toile de fond, les nuances de la mystérieuse beauté de Prague et les séquelles des violences qui ont lacéré la région. (Présentation des Editions les Allusifs)

Tecia Werbowski - Le mur entre nous - 69 pages
Traduit du polonais par Jacques Parmentier
Actes Sud - 1995