9782264067845ORI

"Si seulement il parlait ! Si seulement il dansait ! Si seulement il avait envie de faire des choses avec elle - aller au musée ou au théâtre ou dans des bars à karaoké ou se promener à pied, à vélo, ou aller nager ou patiner. Il le faisait mais jamais de bon coeur. Il ne faisait jamais rien de bon coeur sauf lire, faire l'amour et aller au cinéma. Pour le reste, c'était un "franchement, chérie, non, je ne ferai pas ça" dit en souriant. C'était drôle, mais, parfois, ça lui donnait envie de lui réduire le crâne en bouillie".

Ne vous arrêtez pas à la couverture peu attrayante, c'est un phénomène Florence Gordon ! 75 ans, intellectuelle new-yorkaise, féministe pionnière, elle regarde le monde de haut et ne s'embarrasse pas de formules polies pour dire ce qu'elle pense. Elle est brutale dans ses relations sociales et professionnelles. Dans sa vie, elle fait passer son travail avant tout, la seule chose qui l'intéresse vraiment.

Elle a écrit des essais, donné des conférences, participé à des colloques, le tout dans un cercle assez restreint et voilà qu'à son âge, un critique met ses écrits en avant et la transforme en icône. Dans quelle mesure ce changement tardif affectera-t'il sa vie ?

Côté famille, c'est moins brillant. Son fils, Paul, a choisi le métier de policier, Florence ne comprend pas pourquoi. Sa belle-fille l'énerve et sa petite-fille Emily, l'indiffère. Aussi n'accueille-t'elle pas avec un grand enthousiasme l'annonce qu'ils vont habiter à New-York tous les trois pour un moment. Elle n'a pas envie de les voir.

Les seules qu'elle a plaisir à retrouver sont ses vieilles amies de 40 ans, habituées à son caractère abrupt et ne s'en formalisant pas. Ils faut les entendre échanger sur la vieillesse, la maladie, la mort. Ce ne sont pas des mauviettes et elles savent en rire férocement.

Ce roman bourré d'humour brasse un certain nombre de thèmes, le féminisme, la vieillesse, la maladie, la difficulté des relations intra-familiales. Florence entreprend d'écrire ses mémoires et les évènements prenant une tournure inattendue, se révèlera peut-être différente de ce qu'elle a montré toute sa vie.  Emilie, sa petite-fille, à la fois admirative de cette grand'mère atypique, mais aussi mal à l'aise devant sa rudesse, va essayer d'établir une relation suivie avec elle, devinant confusément ce que cache la carapace.

Une lecture qui m'a réjouie, amusée, mais pas que .. Pourquoi ne l'a-t'on pas vu davantage sur les blogs ce roman ? C'est dommage.

L'avis de Cathulu Cuné Kathel

Brian Morton - La vie selon Florence Gordon - 360 pages
Traduit de l'anglais par Michèle Hechter
10/18 - 2017