CVT_Cette-Nuit_9775

"Je me demande où Sarah se trouverait en ce moment. Sans doute en train de marcher discrètement dans la pièce, essayant de se préparer sans me réveiller. Ses pieds effleuraient les lattes du parquet, ils caressaient le sol sans fausse note. Je me demande, mais je sais que Sarah est partout. Sarah. J'aime murmurer son nom, j'aime la murer dans mes pensées pour empêcher l'oubli d'effectuer ses rondes. J'enroule ma femme dans nos tapis, dans nos rideaux, je démembre son image pour qu'aucun nazi ne puisse la rafler tout entière. Je remplace les abat-jour par ses prunelles bleutées, les oreillers par ses mains accueillantes."

Coup de coeur pour ce roman tendre et sensible qui commence un matin de Pessah, la Pâque juive. C'est une fête spéciale, puisque pour la première fois, Sarah, la femme de Salomon, ne sera pas là. Elle est morte récemment. Le vieil homme se prépare en se souvenant des années passées. Une de ses filles ne va pas tarder à arriver pour l'aider, comme d'habitude.

Salomon est un rescapé de la Shoah, incapable d'en parler, mais se livrant à des blagues "concentrationnaires" douteuses, qui mettent tout le monde mal à l'aise. Ses deux filles, Michelle et Denise, ne s'entendent pas, Michelle la cadette a un caractère exécrable et méprise Denise. Sarah et Salomon n'ont jamais compris d'où venait cette hostilité et en sont désolés. En réaction Denise boit un peu trop.

Les repas de famille sont toujours un peu tendus, malgré l'attention de Sarah pour les siens, sa patience et sa bienveillance. L'amour de Salomon pour sa femme n'a cessé de grandir au fil des années, sa disparition laisse un vide béant qui le rend inconsolable.

L'évocation des fêtes précédentes est l'occasion de revenir sur la déroulement de la soirée du séder, le rituel à suivre scrupuleusement. Salomon le fait avec un humour désespéré qui provoque souvent le rire et l'émotion. Le portrait de chaque membre de la famille est finement dressé, permettant de les imaginer tous ensemble, agités, bruyants, mais soudés aussi et s'aimant tendrement. Salomon passe en revue les étapes de la soirée et imagine comment elle va se passer sans Sarah.

Ce n'est pas un roman triste, la vie y est bien présente et ce que nous percevons de Sarah et Salomon est infiniment touchant.

Je suis étonnée de ne pas avoir vu davantage ce roman sur les blogs. Il est pourtant bourré de qualités et c'est un vrai bonheur de lecture. Alors, à vous de voir ...

Joachim Schnerf - Cette nuit - 160 pages
Zulma - 2018