Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le goût des livres
Derniers commentaires
Archives
3 mars 2021

La sainte famille

41sPuv4pEfL

"Elle ne supporte pas d'avoir eu le pouvoir de lui faire prononcer ces mots. Elle donnerait n'importe quoi pour revenir dix minutes en arrière, dans un monde où son père est fautif, où elle a le droit de lui en vouloir et où les décisions des adultes ne peuvent être questionnées, car s'adapter à ces décisions est une gymnastique à la fois si ardue et si exaltante que l'idée de l'avoir fait en vain serait intolérable".

J'ai sorti de mes piles ce roman qui dormait depuis un moment. Je l'ai trouvé d'occasion à une foire aux livres et j'avais lu de bons billets sur lui.

Je l'ai lu sans déplaisir, sans enthousiasme non plus, à cause de la narration un peu brouillonne, qui passe d'une époque à l'autre, d'un narrateur à l'autre, dans le désordre.

Deux voix d'enfants s'expriment, le frère et la soeur, Suzanne et Thomas. Ils passent toutes les vacances d'été chez leur grand-mère Marthe et leur grand-tante Odette, très dévouée à sa soeur, personnalité plutôt tyrannique. Dans cette maison gravitent d'autres personnages, comme l'oncle assez pervers et l'arrière-grand-mère grabataire.

Les enfants captent des paroles, des scènes, qu'ils interprètent à leur manière. Le reste de l'année il y a la mère, qui frappe un peu trop, l'instituteur sadique, le père, et puis le divorce des parents, qui ne trouvent rien de mieux que de prendre chacun un enfant avec eux, leur imposant de fait une séparation supplémentaire.

Nous sommes dans les années 60, on ne s'embarrassait pas d'explications avec les enfants, ils en sont réduits à se faire leur propre idée et à se débrouiller avec. Comment passe-t'on à l'âge adulte sur de telles bases ? Sur la fin du roman, les deux enfants sont devenus des trentenaires un peu paumés, mal préparés à affronter la vie.

J'ai aimé toutes les évocations de l'enfance, faites de sensations, d'émotions, d'interrogations, avec sensibilité et délicatesse. J'ai trouvé que l'auteure s'égarait un peu lorsqu'elle aborde l'âge adulte et ses incertitudes, je n'ai pas senti où elle voulait en venir.

En résumé, un livre qui m'a laissée sur ma faim, mais dont le style m'a suffisamment intéressée pour que je me penche sur le roman suivant.

L'avis de Clara

Objectif PAL 2

Florence Seyvos - La sainte famille - 176 pages
Editions de l'Olivier - 2016

Publicité
Commentaires
Le goût des livres
Publicité
Le goût des livres
Newsletter
Publicité