Inauguration-de-l-ennui

"Inauguration de l'ennui" quel beau titre n'est-ce-pas, tout un programme déjà. On imagine un temps retrouvé, des interstices de liberté où l'on peut flâner, regarder, dériver, sentir.

"La poésie est partout. Elle ne se cache pas. Je pense qu'elle se cueille plutôt comme un fruit. Elle ne connaît ni rareté, ni pénurie. Elle est accessible à tous, il n'y a qu'à se servir" dit la quatrième de couverture et c'est tellement vrai. Nul besoin de chercher la sophistication, la poésie est dans les choses les plus simples et les plus banales. Encore faut-il avoir le regard du poète pour les débusquer et Guillaume Siaudeau en est un assurément.

A combien vous la faites ?

Dommage qu'ils n'indiquent
pas les prix sur
les petites attentions
on n'ose
jamais demander

Les poèmes, toujours courts, balaient la palette des émotions humaines, tantôt légères, tantôt plus sombres, ce qui est suggéré est plus explicite que si le trait était appuyé.

Roulement

Elle ferme
ses yeux
dès qu'il ouvre
sa gueule

J'ai bien sûr pensé aux romans de l'auteur, si pleins de tendresse et d'attention aux autres, où les personnages essaient de tracer leur chemin tant bien que mal, dans une société qui n'est pas toujours à échelle humaine. J'ai retrouvé ici le ton si attachant de Guillaume Siaudeau, teinté d'un humour un peu mélancolique.

Au pied des falaises

La pluie érode
peu à peu
le courage
De temps à autre
un projet
tombe à l'eau

Un recueil qui est un excellent compagnon au quotidien. Laissez vos écrans dans un tiroir et retrouvez votre rythme intérieur.

D'autres poèmes Ici
Lectures précédentes : La dictature des ronces - Tartes aux pommes et fin du monde - Pas trop saignant

L'avis de Leiloona Le Petit Carré Jaune

Le blog de l'auteur

Guillaume Siaudeau - Inauguration de l'ennui - 140 pages
Alma Editeur - 2018