41oemJ7dzmL

"Une femme de ménage irréprochable, une lavandière (comme me surnomme parfois Hervé) scrupuleuse, une repasseuse confirmée, une sportive accomplie (trois étages, oui la maison est grande, à monter et descendre à longueur de journée, ça fait les mollets) une standardiste professionnelle, une bonne petite secrétaire (il y a des contrats de location à envoyer, des papiers à gérer, des factures à établir) une gestionnaire de planning efficace (attention aux doublons sur les différents sites de réservation) une comptable mais aussi une boulangère, pâtissière, confiturière, cuisinière (pouce : en cas de table d'hôtes c'est mon mari le chef) une serveuse et encore une guide touristique, une conseillère sur les sujets les plus divers, une spécialiste de la vallée, une animatrice, une oreille attentive voire une psychologue ... voilà c'est TOUT ce qu'il faut être à la fois !"

Véronique n'est pas une inconnue pour moi, puisqu'elle tient de longue date un blog pour sa maison d'hôtes et un autre pour ses lectures, car c'est une grande dévoreuse de romans. Elle a d'ailleurs été à l'origine (avec quelques autres) de mon propre blog.

C'est donc avec curiosité que je me suis plongée dans ses chroniques ; étant moi-même utilisatrice de chambres d'hôtes depuis longtemps, je sais comment elles fonctionnent, mais l'envers du décor est loin d'être une sinécure. Vous avez une petite idée des tâches courantes en lisant l'extrait ci-dessus.

On ne peut pas dire que Véronique était préparée à son nouveau métier, puisqu'elle était à l'origine publicitaire sur les Champs-Elysées. Se retrouver dans les Pyrénées, dans un village de 300 habitants, on peut dire que le contraste est grand. Notre hôtesse s'est lancée vaillament dans l'aventure, fraîche et innnocente, la pauvre ..

Je dois dire que j'ai bien ri à la lecture de ses aventures en tout genre. Véronique raconte avec beaucoup de drôlerie les bons moments, mais aussi les plus mauvais. On dirait que les vacanciers ont une imagination sans limite quand il s'agit de faire n'importe quoi, sans respect pour personne.

Il y a les hôtes adorables, dont certains deviennent des amis, des gens de bonne compagnie et puis il y a la cohorte de ceux qui se croient tout permis, qui ont des exigences ahurissantes, ou qui laisse les lieux dans un état lamentable sans s'excuser le moins du monde.

Le rythme est enlevé, j'ai eu l'impression d'un large éventail de sujets évoqués, finalement Véronique a affaire chez elle à un concentré de société pas toujours évident à gérer. Son livre est sous-titré "j'ai tenu une maison d'hôtes 12 ans et j'ai survécu", la fin laisse supposer que les limites sont peut-être atteintes. Il faut dire que la dernière histoire racontée fait froid dans le dos. Il y a des grands malades.

J'ai fréquenté un certain nombre de maison d'hôtes et je peux affirmer que Véronique fait sûrement partie du haut du panier. L'énumération de ce qu'elle sert au petit-déjeuner est très loin du minimum syndical auquel j'ai eu droit trop souvent. C'est amusant de constater que je pourrais en raconter des vertes et des pas mûres aussi, du côté des clients.

Un livre pour tous ceux qui tiennent des maisons d'hôtes, ceux qui les fréquentent ou qui ont l'intention de le faire .. et tous les autres pour passer un bon moment de lecture.

A-zP1020459

Crédit photo l'Arrajou

L'avis de Alex Brize Kathel

Le site de l'Arrajou - Les livres de l'Arrajou

Véronique Cambier - Petites chroniques d'une maison d'hôtes - 151 pages
Librinova - 2018