Olivier Truc"Même après plusieurs mois de service au sein de la police des rennes, Nina vivait difficilement ces nuits presque blanches du Grand Nord. Au fil de ces missions où ces longues patrouilles de plusieurs jours s'enchaînaient et les obligeaient à cohabiter dans la promiscuité, les deux policiers avaient établi une sorte de modus opératoire. Les regards de Klemet s'attardaient parfois sur elle et elle pensait à autre chose. La tente-garçonnière de son collègue avait attiré plus d'une conquête. Mais depuis l'épisode de la gifle, il se tenait à distance respectable et elle s'amusait à en jouer".

Après ma lecture enthousiaste du "Dernier lapon", je ne pouvais que continuer cette série et le festival "Les Boréales" a été l'occasion de passer à l'acte et de retrouver la police des rennes pour une nouvelle enquête.

Cette fois-ci, c'est Nina qui prend le devant de la scène. Nous en apprendrons un peu plus sur elle et sur ses parents ; sa redoutable mère et son père, ancien pêcheur, reconverti en plongeur quand la Norvège découvre du pétrole en mer du Nord.

Mais n'allons pas trop vite. L'histoire commence par la noyade apparemment accidentelle d'Erik Steggo, éleveur de rennes sami, au moment de la transhumance. Puis, c'est le maire de la petite ville d'Hammerfest qui est découvert mort, au pied d'un rocher sacré. Ce n'est pas n'importe quelle ville, elle est située au bord de la mer de Barents, gisement énorme de pétrole. Largement de quoi attiser les passions autour de profits monumentaux.

Que pèsent le peuple sami et ses traditions ancestrales d'éleveur de rennes, face aux multinationales avides de bénéfices rapides ? Nina et Klemet, bien que les homicides ne soient pas de leur ressort, vont se retrouver mêlés à l'enquête.

La première partie du roman prend le temps d'installer les personnages qui sont assez nombreux. C'est une lecture où il ne faut pas se disperser, sous peine d'avoir du mal à se repérer, mais rien d'insurmontable. Les évènements s'emballent dans la deuxième partie et j'avais hâte de voir se dénouer tous les fils de l'enquête.

Comme dans le précédent opus, la description du grand nord est passionnante, et l'histoire de l'exploitation du pétrole aussi. La belle image des pays du Nord en prend un sérieux coup, ici la Norvège et son utilisation scandaleuse des plongeurs, à une époque où rien n'était encore réglementé. La protection du peuple sami mise en avant par les autorités est d'un cynisme et d'une hypocrisie sans nom.

Mais l'histoire collective ne prend pas le pas sur l'histoire individuelle. Ce qui fait le sel du roman, c'est la relation entre Klemet et Nina et leur trajectoire qui n'est simple ni pour l'un, ni pour l'autre. Ils apprennent à se connaître et à s'entraider. Nina a beaucoup de mal à s'habituer aux jours sans fin, elle est constamment en manque de sommeil. De plus, les retrouvailles avec un père brisé et méconnaissable la bouleversent.

Je sens que je ne vais pas quitter trop longtemps Nina et Klemet et me procurer la nouvelle enquête du duo "La montagne rouge" qui vient de sortir.

L'avis de Dasola Hélène Sylire Yv

C'est ma participation à "Décembre nordique" de Cryssilda

113920256_o

Olivier Truc - Le détroit du Loup - 522 pages
Points - 2015