Premier été"Tous les crève-coeurs de l'enfance sont des douleurs saignantes qui se referment et laissent des cicatrices. La sagesse n'est rien d'autre qu'un réseau de stigmates".

Ce roman tourne tellement sur les blogs depuis sa parution que je ne vais pas m'attarder sur le résumé. Je pense que vous avez tous compris qu'il s'agit d'une histoire d'adolescence où l'on croit qu'il ne se passe pas grand chose, jusqu'à l'irruption d'un drame, cruel mélange de sensualité, de beauté, de culpabilité et de honte.

Catherine, la narratrice revient sur les lieux pour vider la maison de ses grands-parents décédés, avec sa soeur aînée Angélique et c'est enfin l'occasion pour elle de revenir sur le secret enfoui de ses 16 ans.

Elle revient sur l'été où elles passaient une nouvelle fois les vacances à la campagne, chez leurs grands-parents. L'auteur excelle à décrire l'ennui qui suinte à chaque instant, le manque de distractions, la chaleur écrasante qui colle à la peau, les rêveries propres à l'adolescence. Seuls les jeunes de la colo voisine apportent un peu d'animation dans ce morne quotidien. Angélique se fait très vite un copain à la piscine, sous le regard agacé de Catherine, la jeune soeur toujours à la traîne.

Et puis viendra l'évènement qui va faire basculer Catherine dans l'inconnu, à l'insu d'Angélique qui cette fois-ci ne lui servira pas de repère. Cruauté de l'adolescence, cruauté des microscomes campagnards, elle se heurte à tout cela de plein fouet, dans une solitude absolue. Sous la plume à la fois sensible et précise de l'auteur, c'est poignant et magnifique.

Un récit ténu et pourtant si dense, qui continuera à vous imprégner la dernière page tournée.

Merci Véro.

Quelques avis : Cathe Cathulu Clara Cuné In Cold Blog Sylire Un autre endroit pour lire

Anne Percin - Le premier été - 163 pages
Editions du Rouergue - Août 2011