9782413017509FS

"J'essayais de mettre de l'ordre dans les mots qui se bousculaient dans ma tête, mais ils sautillaient comme un troupeau de moutons affolés et aucun n'avait le courage de passer en premier. J'ai lorgné la bouteille de Bushmills sur l'étagère en me demandant si ce serait grossier d'en commander un si tôt dans la journée, puis je me suis ravisé. J'entendais mes doigts tambouriner sur la table et les casseroles s'entrechoquer dans la cuisine. De temps à autre, une silhouette passait derrière la vitre dépolie. J'ai glissé un dernier coup d'oeil vers Emily. Mal à l'aise sur son siège, le menton dans ses mains croisées, elle attendait que je crache le morceau".

Nous faisons la connaissance de Maurice Hannigan, 84 ans, au bar du Rainsford House Hôtel, un soir particulier. Il a vendu sa ferme, réglé jusqu'au moindre détail la répartition de ses biens et s'apprête à porter cinq toasts aux personnes qui ont le plus compté dans sa vie : Tony, son frère aîné, pour qui il avait une admiration sans bornes, Molly, sa petite fille qui n'a jamais vu le jour, sa belle-soeur un peu dérangée Noreen, son fils Kevin parti travailler aux Etats-Unis, et enfin Sadie sa femme, morte depuis deux ans, le laissant inconsolable.

L'hôtel a une certaine importance dans sa vie, nous découvrirons laquelle au fil de l'histoire. Maurice est un vieux bonhomme loin d'être exemplaire et il le sait. Il s'est souvent mal comporté, a fait passer l'argent et l'acquisition de terres avant tout, au détriment de la présence qu'il aurait dû avoir auprès de sa famille.

Il tente de s'en expliquer auprès de son fils, en remontant le temps et en racontant ce qui a pu justifier ses comportements, qu'ils soient bons ou mauvais. Maurice est drôlement attachant, malgré ses défauts. Il évoque l'enfant qu'il était, rétif à l'apprentissage de la lecture et contraint d'aller travailler presque comme un homme à 10 ans. Nous sommes en Irlande, pendant et juste après la guerre. La pauvreté est là, les relations avec les patrons d'une dureté totale et Maurice grandit dans les injustices et la brutalité.

Chaque toast porté est l'occasion d'évoquer une période différente de son existence, la plus lumineuse étant sa rencontre avec Sadie. Il a compris tout de suite que c'était la femme de sa vie. Elle l'a aidé et soutenu, sans se laisser non plus intimider par lui. Quand elle l'apostrophe par son nom et son prénom, il sait qu'il a intérêt à faire profil bas.

L'histoire progresse avec subtilité, découvrant des méandres insoupçonnés au départ. Je me suis autant intéressée aux membres de la famille, qu'aux propriétaires de l'hôtel, au coeur d'une vengeance au long cours dont Maurice n'est au final pas très fier.

Quelques billets m'avaient mis la puce à l'oreille à propos de ce premier roman et j'ai passé un excellent moment. Il est attendrissant sans être mièvre, grâce à la lucidité de Maurice. On voit très vite où il veut en venir, ce qui ne donne que plus de prix à ce qu'il raconte. Une jeune auteure à suivre ..

L'avis de Kathel Krol Jérôme

Anne Griffin - Toute une vie et un soir - 264 pages
Traduit de l'anglais (Irlande) par Claire Desserrey
Editions Delcourt - 2019