Les trois lumières"Au début, je n'arrivais pas à déchiffrer certains mots compliqués mais Kinsella plaçait son doigt sous chacun d'eux, patiemment, jusqu'à ce que je les devine, puis je l'ai fait toute seule jusqu'au jour où je n'ai plus eu besoin de deviner, et où j'ai continué ma lecture. C'était comme apprendre à faire du vélo : j'ai senti le mouvement, la liberté d'aller à des endroits où je n'aurais pas pu aller avant, et c'était facile".

L'histoire est ténue.  Dans l'Irlande rurale, une fillette quitte sa famille où la mère attend un enfant de plus et ne peut pas s'occuper d'elle. Son père la conduit dans une famille amie, au bord de la mer, les Kinsella, couple de fermiers sans enfant.

La fillette, habituée à l'indifférence de ses parents va découvrir là une douceur qu'elle ne connaît pas, de la bienveillance, une attention de tous les instants. Farouche au début, elle se laissera apprivoiser petit à petit, se dépliant délicatement.

Lu il y a trois mois, les détails s'estompent, par contre l'impression qu'il m'a laissée reste forte. La fillette à qui l'on n'explique quasiment pas la situation s'accroche à des détails et des sensations, elle comprend qu'il y a des secrets dans cette maison et c'est son adaptation à cet univers si différent du sien qui nous est contée presque dans un chuchotement.

J'ai aimé, beaucoup, jusqu'à la dernière ligne. Ce qui lui a été donné là, la petite fille ne l'oubliera pas, l'horizon s'est élargi et sa vie ne sera plus la même. Tendre, un peu nostalgique, impalpable, un peu évanescent, je me suis sentie bien dans cet entre-deux. Le ton de l'auteur m'a séduite et je n'en resterai pas là.

De très nombreux avis sur Babelio, pour la plupart positifs.

Claire Keegan - Les trois lumières - 100 pages
Sabine Wespieser - 2011