"Je n'avais encore jamais vu l'été ici. Il paraît que certains jours, dans les prés qui surplombent la plage d'Ecalgrain, on pouvait apercevoir des chevaux. Morgane disait que cette plage était à elle, qu'elle lui appartenait. Quand elle voyait des randonneurs, elle les caillassait du haut des rochers. J'ai continué sur le sentier en direction du Nez de Jobourg. Des colonies d'oiseaux venaient se reproduire là, en toute liberté".
(Les déferlantes)             

Je n'ai pas rencontré Morgane, personne ne m'a caillassée et j'ai arpenté le GR imprégnée de l'atmosphère du roman de Claudie Gallay. Le soleil brillait, nulle trace de tempête, seulement le grand bleu légèrement embrumé le matin.

W5

W1 W2 W3

Le phare de Goury

W4

La réserve ornithologique

W11

W29

Où que le regard porte, c'est magnifique

W8

W9

W10

W12

W13 W14

W15

Pause sandwich et crème solaire ..

W16

W17

Au loin, l'île d'Aurigny dans la brume

W18

W19 W21

W20

L'anse du Moulinet

W22

W23

W24

Il est temps de faire demi-tour dans la lumière d'une fin d'après-midi

W25

W26

W27 W31

Les voilà les chevaux ...

W28

A l'horizon, l'anse de Vauville

W30

W6

Vers la baie d'Ecalgrain

W32

W33

A suivre ..