Chemin_des__mes            Lectures_communes_Theoma

"1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille indienne, attend sur un quai de gare le retour d'Elijah, un soldat qui a survécu à la guerre. A sa grand surprise, l'homme qui descend du train est son neveu Xavier qu'elle croyait mort, ou plutôt son ombre, méconnaissable. Pendant trois jours, à bord du canoë qui les ramène chez eux, et tandis que sa tante essaie de le maintenir en vie, Xavier revit les heures sombres de son passé : l'engagement dans l'armée canadienne avec Elijah, son meilleur ami, et l'enfer des champs de bataille en France .." 4e de couverture.

Quel choc ce roman ! j'ai eu du mal à m'en extraire tellement le récit est fort et les personnages passionnants. Je comprends que la blogosphère soit quasi-unanime. Le livre est construit en alternance autour du récit du parcours de Niska depuis son enfance jusqu'à sa vieillesse et de celui de Xavier, revenu avec une jambe en moins, hanté par les évènements vécus dans les tranchées, morphinomane et détaché de la vie. Niska qui le voit à un fil de rejoindre le "chemin des âmes" espère le faire revenir en le nourrissant de l'histoire de son peuple et de ses ancêtres.

Xavier et Elijah ont fait partie des indiens Cree engagés aux côtés des Canadiens pour aller faire la guerre de l'autre côté de la mer. Leur grande habileté à la chasse leur a permis de devenir tireurs d'élite et d'effectuer des missions particulières. Si Xavier n'aime pas la guerre et répugne à tuer, Elijah par contre y prend rapidement goût et y laissera sa raison.

"Nous courons à un cratère plus petit où nous nous jetons ; nous attendons un moment avant d'en essayer un autre, dans l'espoir qu'il sera plus profond. Les miaules déboulent et pètent l'une après l'autre : des volées d'éclats me poursuivent comme des nuées de gros insectes. Ce cratère-ci est plus profond, mais inondé. La puanteur est horrible. Une nouvelle explosion illumine la nuit : on voit des bras surgir de l'eau, les doigts crispés comme pour saisir un objet invisible. Il y a aussi quelques pieds nus qui dépassent ; je me demande où sont passés les souliers."

L'auteur s'est manifestement beaucoup documenté, les descriptions des tranchées, des assauts, des jours d'attente, des corps qui volent en éclats, des poilus qui tombent par milliers sont hyper-réalistes et souvent difficiles à supporter. La boue, les rats, les poux, la saleté, l'incurie des chefs, Xavier se sent de plus en plus mal et a la nostalgie du pays. Il voit Elijah devenir de plus en plus téméraire, imprudent et ne comprend plus son ami.

A travers le récit de Niska un parallèle se fait entre la violence aveugle subie par les hommes à la guerre et la violence subie par le peuple indien, dépossédé de ses valeurs par les blancs. Niska enfant est emmenée de force dans une pension dirigée par les religieuses pour l'éduquer selon la religion catholique et lui faire oublier ses traditions. Elle s'enfuira et retrouvera la vie d'avant toute seule dans la forêt. Et elle exercera le don hérité de son père, celui de lire les présages et de tuer les "windigos".

"Durant ces années où je devenais une jeune femme, ma mère m'enseigna tout ce qu'elle savait du kosapachikan, la tente tremblante, et du matatosowin, la loge à sudation. Elle m'enseigna les herbes et les racines qui peuvent guérir et celles qui tuent ; les parties de la mouffette qui soignent la cécité des neiges ; celles de la chouette qui permettent de voir la nuit. Elle considérait mes crises occasionnelles de la même façon que moi : comme un don encombrant, qu'il fallait néanmoins cultiver."

C'est un roman foisonnant, oppressant, prenant et au final porteur d'espoir. Il me tarde de lire la suite "les saisons de la solitude".

J'ai lu "le chemin des âmes" dans le cadre du challenge des coups de coeur de Theoma. Il a été proposé par Neph

C'est une lecture commune avec Kali Keisha Marie L. Theoma

De nombreux avis chez B.O.B.

Coups_de_coeur_blogosph_re     Objectif_PAL

Joseph Boyden - Le chemin des âmes - 471 pages
Le livre de poche - 2008