12 août 2012

Jours de juin

"Il y a dix ans elle serait tombée amoureuse de ce garçon, et quoi que c'eût été une erreur grossière, dont elle serait sortie le coeur meurtri sinon brisé, ses raisons de l'aimer n'en auraient pas moins été justes. Comme elle, c'est un anxieux. Comme elle, il perçoit l'atmosphère qui l'entoure avec trop d'acuité : il est sensible aux plus imperceptibles changements dans la direction du vent, la teneur en ozone, la pression barométrique. Parfois c'est presque insupportable". Paul, Fenno, David, Dennis, Mal, Fern et les autres ...... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:38 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

08 août 2012

Forêt noire

"Un homme qui aimait se parfumer à l'essence de figuier avait un jour écrit que le plus beau jour de sa vie était peut-être passé. La notion du plus beau jour était pour la femme de bientôt quarante sept ans un grand mystère. Cette réussite mémorable et exceptionnelle confinant au chef d'oeuvre et qui était censée se dérouler dans la grâce du matin au soir pour illuminer par la suite des périodes plus maussades, est-ce que cela arrivait réellement ?" Ce petit roman est totalement inclassable. Si vous avez lu "L'agrume" et "Eau... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:07 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2012

Meurtres entre soeurs

Olivia et Amélie sont devenues soeurs à leur corps défendant, le père de l'une ayant épousé la mère de l'autre. Elles se détestent cordiablement et ne sont jamais à court d'un tour pendable, pleines d'invention l'une et l'autre quand il s'agit de se nuire. Ces deux horribles pestes  vont être surpassées haut la main par une troisième, en l'occurrence leur demi-soeur Rosie, huitième merveille du monde, objet d'adoration du nouveau couple. Je m'attendais à un règlement de compte sanglant se déroulant dans l'enfance, or le roman... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:00 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juillet 2012

Belle et sombre

"J'ai été témoin d'horreurs au delà des mots. J'ai vu des boiteux lapidés parce qu'ils étaient boiteux, des noirs brûlés vifs parce qu'ils étaient noirs, des vieillards affamés par leurs enfants, des filles violées par leurs propres pères. J'ai vu égorger pour un paquet de cigarettes et éventrer au nom de Dieu. Il y a des gens qui se délectent de cet enfer et je les connais bien, parce que je me suis souvent vue obligée de cohabiter avec eux. Avec les sadiques. Je soupçonne que les naines attirent les types cruels, comme les lumières... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:17 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2012

Ru

"Ma première enseignante au Canada nous a accompagnés, les sept plus jeunes vietnamiens du groupe, pour traverser le pont qui nous emmenait vers notre présent. Elle veillait sur notre transplantation avec la délicatesse d'une mère envers son nouveau-né prématuré. Nous étions hypnotisés par le balancement lent et rassurant de ses hanches rondes et de ses fesses bombées, pleines. Telle une maman cane, elle marchait devant nous, nous invitant à la suivre jusqu'à ce havre où nous redeviendrions des enfants, de simples enfants, entourés de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:50 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 mai 2012

La voie Marion

Marion a réussi à réaliser son rêve, acheter une librairie à Chamonix, la station où elle passait ses vacances étant enfant. Elle s'y sent bien et lorsqu'elle rencontre Pierre, guide de montagne, elle se laisse bercer par la promesse d'un avenir heureux. Pierre l'initie aux courses en montagne, il n'est pas très expansif, mais il est solide et rassurant. Après une période d'hésitation, ils vont s'installer ensemble et se marier. Si les premiers temps de vie commune comblent Marion, les surprises de l'existence la rendront plus... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:50 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2012

L'affinité des traces

"Claquemurée entre les caisses de munitions, les palettes de corned-beef et les inévitables sacs postaux, elle sent, à travers les vapeurs de kérosène, la qualité de l'air changer. Comme si, à plusieurs centaines de mètres d'altitude, la terre desséchée lui lançait un appel. Tu marcheras ici, oui, c'est ici, sur ce sol étranger, que tes pas laisseront leurs traces. Car les traces, comme les hommes, ont leurs dispositions secrètes, tu verras, sur le sable même, sur le sable surtout, une trace peut en rejoindre une autre. C'est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :
30 avril 2012

Room

A priori, je n'étais pas partante pour lire l'histoire d'une femme séquestrée avec son enfant dans une chambre minuscule, a fortiori en sachant que c'est l'enfant qui s'exprime. Puis, billet après billet, vous avez su me convaincre de me lancer à mon tour dans cette lecture et je ne le regrette pas du tout. A moins d'avoir été séquestrée vous-même ces derniers mois, vous connaissez forcément l'histoire, donc je ne vais pas m'y attarder, et puis mieux vaut en savoir le moins possible au départ pour entrer dans l'univers particulier de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:00 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2012

La liste de mes envies

"Vous l'avez annoncé à vos proches ? Non, réponds-je. C'est parfait, dit-elle ; nous pouvons vous aider à le leur dire, trouver les mots pour minimiser le choc, vous verrez. Vous avez des enfants ? J'opine. Eh bien, ils ne vous verront plus seulement comme une mère, mais comme une mère riche et ils voudront leur part. Et votre mari ; peut-être a-t'il un travail modeste, eh bien il va vouloir arrêter de travailler, s'occuper de votre fortune, je dis bien votre fortune parce que désormais elle sera à lui comme à vous puisqu'il vous... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:00 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2012

Opéra sérieux

"Mourir sur scène, surinée comme Carmen, plombé comme le marquis de Posa dans Don Carlos, ou partie de la caisse comme la vieille princesse de la Dame de pique, exerce sur Elina une fascination macabre. Sa pensée va se forger ainsi, alimentée par cette rage et ces transports de folie, tributaire d'images poétiques aveuglantes. Aux propos mesurés, elle préfère les métaphores roussies au feu du Diable, les symboles ou les paradoxes rebelles. Et Mélisande surtout, l'extase dans la lamentation, une petite fille qui pleure au bord de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:15 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,