28 novembre 2018

L'habitude des bêtes

"J'ai pris par chez Mina, mais j'ai laissé Dan au chalet. Il passait son temps couché. Visiblement, ça n'allait pas fort. L'assistante d'Odette m'avait dit que je n'aurais pas de nouvelles avant une semaine. La veille, avant de me coucher, j'avais commencé des recherches sur Internet à propos des lymphomes canins. J'ai arrêté très vite. Je ne supportais pas les images et j'avais du mal à lire tellement je tremblais. J'ai fermé ma tablette, attrapé mes écouteurs et je me suis endormi sur la voix de Kiri Te Kanawa. Ça m'arrivait... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2018

Enterrez vos morts

"Emile Comeau hocha la tête. Il était soulagé de voir son ami montrer un tel intérêt pour quelque chose. Quand Gamache était arrivé avec Reine-Marie une semaine auparavant, il lui avait fallu une journée pour s'habituer aux changements survenus chez lui. Pas seulement à la barbe et aux cicatrices, mais aussi à son air accablé, car il semblait porter un lourd fardeau sur les épaules, tout le poids des évènements qui s'étaient produits dernièrement. Maintenant, Gamache pensait encore au passé, mais à celui d'une autre personne, pas au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 novembre 2018

Le poids de la neige

"J'ai toujours su que tu finirais par céder, recommence Matthias. Si on ne peut pas changer les choses, on finit par changer les mots. Je ne suis pas ton médecin, je ne suis pas ton ami, je ne suis pas ton père, tu m'entends ? On passe l'hiver ensemble, on le traverse, puis c'est fini. Je prends soin de toi, on partage tout, mais, dès que je pourrai partir, tu m'oublies. Tu te débrouilles. Moi, je repars en ville. Tu m'entends ? Ma femme m'attend. Elle a besoin de moi et j'ai besoin d'elle. C'est ça mon aventure, c'est ça ma vie, je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:45 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,
19 septembre 2018

Nirliit *

"Je me sens coupable de mon pays riche, de ma famille unie, de mon éducation, j'ai besoin d'éteindre des feux et de sauver des enfants, j'ai besoin de faire quelque chose dans ce monde pourri, j'ai besoin de courir d'une bande de laissés-pour-compte à une autre, j'ai besoin sinon je pourrais m'asseoir et pleurer ou lancer des bombes. Quand ce n'est pas la misère du Nord, c'est celle du Sud, les visages des enfants inuits me suivent jusqu'en Haïti et tout se mélange, le créole et l'inutittut, la peau chocolat et les yeux bridés, le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:39 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,
06 septembre 2018

Révélation brutale

"Il l'avait crue quand elle avait affirmé qu'ils l'aimaient. Mais cet homme qu'ils aimaient n'existait pas. C'était un être imaginaire. S'ils connaissaient le vrai Olivier, ils le chasseraient de leur vie et probablement du village". Retour à Three Pines pour la 4e enquête de l'Inspecteur-Chef de la Sûreté du Québec, Armand Gamache, accompagné de son fidèle second, Beauvoir et de toute son équipe. Cette fois-ci, c'est le coeur du village qui est touché avec la découverte d'un corps chez Olivier, propriétaire de l'auberge où l'on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:35 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,
30 novembre 2017

La petite et le vieux

"Nous étions des enfants serviables, certes, mais également polies et bien élevées, comme il ne s'en faisait déjà plus. Les parents de nos amis et ceux que la rumeur alertait se bousculaient à notre porte pour venir cueillir le Graal de l'enfant parfait que ma mère semblait posséder. Elle ouvrait la porte à des femmes affolées qui tenaient le collet de leur petite laine bien serré pour empêcher que leur tête n'aille rouler du palier où ma mère les retenait jusqu'à la rue. Elle se faisait plutôt laconique dans ses enseignements,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:26 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,

04 septembre 2017

Bondrée

"Ces filles l'avaient cherché, voilà ce que la plupart des gens ne pouvaient s'empêcher de penser, et ces pensées soulevaient en eux une espèce de repentir gluant qui leur donnait envie de se battre à coups de poing, de se gifler jusqu'au sang, car ces filles étaient mortes, bon dieu, dead, fort Christ's sake, et personne, pas plus elles que les autres, ne méritait la fin qu'on leur avait réservée". Une forêt, un lac, des chalets de vacances, deux filles un peu trop libres, un tueur : voilà tous les ingrédients qui font de ce roman... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:01 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,
21 novembre 2016

Volkswagen Blues

"Il ne faut pas juger les livres un par un. Je veux dire : il ne faut pas les voir comme des choses indépendantes. Un livre n'est jamais complet en lui-même ; si on veut le comprendre, il faut le mettre en rapport avec d'autres livres, non seulement avec les livres du même auteur, mais aussi avec des livres écrits par d'autres personnes. Ce que l'on croit être un livre n'est la plupart du temps qu'une partie d'un autre livre plus vaste auquel plusieurs auteurs ont collaboré sans le savoir. C'est tout ce que je voulais dire au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:59 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : ,
11 août 2016

Le goût du bonheur - Gabrielle

"Elle a la triste impression d'être revenue aux temps de la Bible où on devait réparation jusqu'à la septième génération. Sa soeur peut bien la traiter de non évoluée ! Encore heureux qu'elle n'ait pas décidé de réparer l'affront fait à Jules-Albert en lui promettant Adélaïde. A cette seule pensée, un frisson la traverse. Ses enfants, et Isabelle en est maintenant, ses enfants ne seront jamais du bétail à mariage. Jamais. Ils seront éduqués et ils auront le choix. Pas question de traiter les filles différemment parce que c'est du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:19 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,
19 mai 2015

Le jour des corneilles

"Nombre de soleils coulèrent. Rien ne survenait plus des folies de père : ses gens semblaient avoir déserté son casque. Je le trouvais quasiment chaque jour de fort bon poil, accomplissant nos tâches le plus paisiblement du monde, tout pénétré de son silence coutumier, vaquant à toutes choses de son geste rustre mais judicieux, ce qui me paraissait le signe assuré de son retour à la santé. Rares étaient les fois où je devais endurer ses foudres. Et à la vérité, à part quelques broutils, pas une seule fois en ces jours-là ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 15:11 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :