04 juin 2018

Eparse

"J'ai toujours l'amère sensation de ne pas suffisamment chérir les gens que j'aime, de trop peu leur dire que je pense à eux, qu'ils me manquent et que j'aimerais les voir plus souvent. Je ne me donne pas suffisamment de mal dans mes relations amicales. Je peux rester des semaines dans le silence. Par la suite, j'ai des bouffées d'angoisse et j'envoie des salves de messages pour combler mes absences. Sur le moment, cela me rassure, même si le procédé est médiocre. Personnellement, je ne sais pas si je me serais choisie comme... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:19 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2018

Cette nuit

"Je me demande où Sarah se trouverait en ce moment. Sans doute en train de marcher discrètement dans la pièce, essayant de se préparer sans me réveiller. Ses pieds effleuraient les lattes du parquet, ils caressaient le sol sans fausse note. Je me demande, mais je sais que Sarah est partout. Sarah. J'aime murmurer son nom, j'aime la murer dans mes pensées pour empêcher l'oubli d'effectuer ses rondes. J'enroule ma femme dans nos tapis, dans nos rideaux, je démembre son image pour qu'aucun nazi ne puisse la rafler tout entière. Je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:07 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2018

Tant bien que mal

"Je suis en partie mort ce soir-là". Une voiture s'arrête devant un petit garçon de 7 ans. Le conducteur a perdu son chat, il demande au petit garçon de l'aider à le chercher. Il y va. Quatre-vingt-dix pages d'une incroyable délicatesse sur un sujet on ne peut plus difficile. Pas de pathos, pas de voyeurisme, des phrases courtes qui en disent beaucoup. Vingt-trois ans après, le petit garçon devenu un homme reconnaît son agresseur. Que va-t'il faire ? Je découvre l'auteur avec ce texte ; il m'a touchée et remuée par ses mots... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2018

Je suis le genre de fille

"Tous les ans, je me jure que c'est la dernière fois, et tous les ans ça recommence. "Tu fais quoi pour le Nouvel An ?" Ça mobilise. Les poils se hérissent sur la peau. Tiens, c'est vrai, qu'est-ce que je fais pour le Nouvel An ? Et de là l'urgence d'être quelque part, d'être invitée, que quelqu'un ait pensé à vous, que quelqu'un se dise : Et si on invitait Juliette ? L'idée que je puisse participer à égayer une soirée me touche tellement que je dis oui oui oui dans un élan reconnaissant. Quand j'étudie la proposition, il... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:21 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2018

Les yeux au ciel

"Stella sentit la boule d'angoisse grossir dans sa poitrine. Elle avait du mal à respirer. Si elle prenait plaisir à nager dans la mer, à marcher sur les sentiers côtiers, à courir sur le sable, c'était auprès de ses parents qu'elle se rechargeait de son stress. Quoi qu'elle en dise, leur avis comptait beaucoup. Elle se mordilla les ongles, son vernis violet n'avait pas très bon goût. Elle était arrivée confiante, mais en franchissant le seuil de la villa, toute sa nouvelle assurance avait volé en éclats, ses peurs était revenues au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:20 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2018

Maria

"De longs soupirs s'échappent d'elle, qui ne disent rien de bon. Tant de choses, dans cette maison et au-delà, lui sont incompréhensibles. Sa fille est partie d'elle. Sans que Maria sache pourquoi ni depuis combien de temps, elles se tiennent à des kilomètres l'une de l'autre. A des kilomètres et à des années. De quoi les mères sont-elles donc coupables ?" Maria est la grand-mère de Markus, petit garçon de 3 ans qu'elle couve de son amour et avec qui elle observe les oiseaux et collectionne les plumes. Elle a un lien étroit avec... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:58 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2018

Une verrière sous le ciel

"Contre un mur il y avait des étagères jusqu'au plafond, toutes garnies de livres, tous sens dessus dessous, on les aurait crus en grande discussion si ce n'est en pleine dispute. Ma mère en aurait été morte d'indignation et de colère. Elle aurait tout rangé, nettoyé, ordonné, clarifié. La vision de ma mère astiquant la pièce, avec torchon et serpillière, m'amusait. J'ai souri. En réalité, pas trace d'une main de femme ici. Pourtant tout respire, transpire la femme, ça exhale le suave et le sauvage, jusqu'à la moindre poussière. A... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:01 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2018

Pays provisoire

"Elle se rappelait l'arrivée dans la capitale comme si c'était hier : la soirée était avancée et malgré cela, il faisait très clair. Elle s'était arrêtée, interdite, ne sachant comment définir l'atmosphère créée par cette lumière pâle, irréelle, d'un gris perle, éclairant les constructions de tous les côtés à la fois, sans ombre aucune. La ville de Saint-Pétersbourg lui offrait le meilleur d'elle-même, sa magie de l'été comme nulle part ailleurs. Elle prit cela comme un cadeau de bienvenue et en fut heureuse." Premier roman,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags :
18 décembre 2017

Vernon Subutex 2

"Il existe une différence de taille entre sa génération et celle de Laurent. La sienne n'adulait pas les bourgeois. Quoi qu'ils en disent, les prolos d'aujourd'hui voudraient tous être nés du bon côté du manche. A Lessines, où il a grandi, les sirènes des carrières rythmaient le temps. On méprisait les bourgeois du haut de la ville. On ne buvait pas avec le patron. C'était la loi. Dans les bistrots, ça ne parlait que de politique, la haine de classe nourrissait une véritable aristocratie prolétaire. On savait mépriser le chef. Tout... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:41 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :
28 novembre 2017

Un goût de terre dans la bouche

"Lundi ! A cette heure, je devrais ... Tout s'affole en moi, ça défile à toute vitesse. Ma femme, ma famille, mon patron, mes collègues, mes clients ! Non ! je ne dois plus, je ne veux plus devoir. Je ne veux plus être l'autre que je ne connais pas. Reste à savoir qui je suis, après tant d'années d'absence. Je dois continuer d'avancer, aller au bout de ce qui ne fait que commencer, peu importe le prix à payer". Le narrateur est un cadre d'une trentaine d'années, dynamique, intégré, bien formaté pour vendre et augmenter toujours... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:57 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :