16 janvier 2019

Le vestibule des causes perdues

"A Espeyrac le temps avait passé, mais les trois filles étaient toujours là où on les avaient laissées, à la terrasse du Café de la place. Le frais du soir tombait sur les épaules. Mara aida Clotilde à porter son sac, une anse chacune, Clotilde dit : voilà, c'est ainsi qu'il faudrait marcher, partager les poids des sacs, les porter à deux. Elles frissonnaient et n'avancaient pas droit, mais ce n'était pas très grave. Ses victuailles à bout de bras dans des sacs plastique, Marie Thé traînait derrière, regardait ces deux-là, leur... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:26 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2019

Les vérités provisoires

"Sa carrière de menteur a commencé tôt. Passons sur les fabulations et les cachotteries de la petite enfance, ces parcelles de fantaisie qui sont surtout des terrains d'apprentissage. Plaçons l'aiguille du curseur sur l'année du CM1. Regardons le garçon maladroit avancer dans la cour de récréation de sa nouvelle école primaire, tête basse. Multiplions les microviolences, de la banale insulte à la colle dans les cahiers. Secouons. Attendons que les mécanismes de défense se mettent en place. Première étape : les terribles maux de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:39 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2018

Vernon Subutex 3

"Et la place de la République permet à tous les Patrice de la région parisienne de dire, on n'est pas d'accord avec cette fiction. C'est dérisoire, et c'est pourtant crucial. Les puissants le savent, qui font ceux qui n'entendent pas. Ils disent casseurs ils disent antisémites ils disent irréalistes. Mais il reste un peuple, de France, d'Espagne, de Grèce, du Portugal, d'Islande, et même d'Allemagne puisqu'on n'en parle jamais - il reste un peuple qui ne croit pas que laisser le pouvoir aux mains de psychopathes ignares mais bien... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:57 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2018

Point de gravité

"J'ai l'impression de rêver. Tout est si soudain, paraît si irréel : ma sortie, ces retrouvailles, sans compter ces vagues de souvenirs qui resurgissent, se télescopent, me submergent. Je monte dans sa voiture. A l'intérieur, ça sent le tabac froid et quelque chose qui ressemble à de l'eucalyptus. Le cendrier déborde de mégots de cigarettes, de boules de chewing-gum collées dans leurs emballages. Sur la banquette arrière traînent quelques magazines people, une cartouche de News entamée et un sac à main en cuir blanc". Loïc sort de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2018

Trois fois la fin du monde

"Et le miracle s'accomplit. La chatte grimpe sur ses genoux et s'assoit. Ce petit corps roux reste là, encore vibrant de crainte. Doucement, Joseph la caresse du plat de la main. Joseph sent alors une chaleur douce et profonde se répandre dans tout son corps. C'est un animal qui a dû souffrir de la vie sauvage, car il n'aura pas fallu longtemps pour qu'il prenne place sur les genoux d'un homme. Un animal affectueux. Ce dont il avait tellement besoin sans le savoir". Joseph Kamal, jeune homme plutôt gentil et naïf, se laisse... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:04 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2018

La gouvernante suédoise

"On prépare Noël. La maison n'a jamais été aussi lumineuse, aussi joyeuse, car on allume à plaisir lampes et bougies, on en met partout, jusque sur l'appui des fenêtres, et c'est beau dans la nuit toutes ces fenêtres éclairées. Les enfants, les bonnes sont tout excités à l'idée de la fête. Hulda elle-même se laisse gagner par cette gaieté. Avec Livia, elle parle de décoration de table, de sapin de Noël, de cadeaux. Comme tout semble harmonieux dans la musique des airs de Noël qu'elles jouent au piano à quatre mains, la gouvernante... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2018

Eparse

"J'ai toujours l'amère sensation de ne pas suffisamment chérir les gens que j'aime, de trop peu leur dire que je pense à eux, qu'ils me manquent et que j'aimerais les voir plus souvent. Je ne me donne pas suffisamment de mal dans mes relations amicales. Je peux rester des semaines dans le silence. Par la suite, j'ai des bouffées d'angoisse et j'envoie des salves de messages pour combler mes absences. Sur le moment, cela me rassure, même si le procédé est médiocre. Personnellement, je ne sais pas si je me serais choisie comme... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:19 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2018

Cette nuit

"Je me demande où Sarah se trouverait en ce moment. Sans doute en train de marcher discrètement dans la pièce, essayant de se préparer sans me réveiller. Ses pieds effleuraient les lattes du parquet, ils caressaient le sol sans fausse note. Je me demande, mais je sais que Sarah est partout. Sarah. J'aime murmurer son nom, j'aime la murer dans mes pensées pour empêcher l'oubli d'effectuer ses rondes. J'enroule ma femme dans nos tapis, dans nos rideaux, je démembre son image pour qu'aucun nazi ne puisse la rafler tout entière. Je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:07 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2018

Tant bien que mal

"Je suis en partie mort ce soir-là". Une voiture s'arrête devant un petit garçon de 7 ans. Le conducteur a perdu son chat, il demande au petit garçon de l'aider à le chercher. Il y va. Quatre-vingt-dix pages d'une incroyable délicatesse sur un sujet on ne peut plus difficile. Pas de pathos, pas de voyeurisme, des phrases courtes qui en disent beaucoup. Vingt-trois ans après, le petit garçon devenu un homme reconnaît son agresseur. Que va-t'il faire ? Je découvre l'auteur avec ce texte ; il m'a touchée et remuée par ses mots... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2018

Je suis le genre de fille

"Tous les ans, je me jure que c'est la dernière fois, et tous les ans ça recommence. "Tu fais quoi pour le Nouvel An ?" Ça mobilise. Les poils se hérissent sur la peau. Tiens, c'est vrai, qu'est-ce que je fais pour le Nouvel An ? Et de là l'urgence d'être quelque part, d'être invitée, que quelqu'un ait pensé à vous, que quelqu'un se dise : Et si on invitait Juliette ? L'idée que je puisse participer à égayer une soirée me touche tellement que je dis oui oui oui dans un élan reconnaissant. Quand j'étudie la proposition, il... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:21 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :