02 août 2017

Trois saisons d'orage

"Les hommes, pourtant, estiment pouvoir dominer la nature, discipliner ses turbulences, ils pensent la connaître. Ils s'y engouffrent pour la combler de leur présence, en oubliant, dans un terrible accès d'orgueil, qu'elle était là avant eux, qu'elle ne leur appartient pas, mais qu'ils lui appartiennent. Elle peut les broyer à la seule force de sa respiration, elle n'a qu'à frémir pour qu'ils disparaissent". Après avoir vu passer de nombreux billets élogieux sur cette jeune auteure, je me suis enfin décidée à la lire en choisissant... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:14 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2017

D'accord

"Curieusement, depuis notre départ de Paris, cette visite à mon père n'avait cessé de m'apparaître de plus en plus facultative. Simple prétexte pour passer quelques heures en compagnie de Vlad ou geste dérisoire d'une indulgence trouble, même pas coupable ? Les deux, sûrement, entre faiblesse et mansuétude, pitié et action généreuse. Car enfin, qu'allions-nous trouver une fois à Vierville-sur-Mer, dans cette maison de retraite où je l'avais fait placer quelques mois auparavant, à la suite des premières et foudroyantes atteintes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:32 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
18 juillet 2017

Les larmes noires sur la terre

"Qui a eu un jour l'idée de cette étonnante et terrifiante filière de recyclage, donner une deuxième vie - et quelle vie ! - à ces vieilles guimbardes, personne ne s'en souvient. Quelle société ruinée a oublié qu'elle s'était bâtie sur des générations d'entraide et de solidarité, quelles églises ont baissé les bras, quels hommes sont nés, pour qu'un tel projet voie le jour ? Les pauvres, ils n'en veulent plus. Ont assez de leurs problèmes de chaque jour. Quelque chose s'est forgé en eux, la vague conviction que tout est justifié et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
18 mai 2017

Le saut oblique de la truite

"Moi qui croyais que la période de la post adolescence avait été la pire de mon existence (après avoir d'abord cru que mon adolescence serait ce que j'aurai à vivre de plus terrible), je constate que je me suis un peu avancé. A force d'efforts, de privations et d'orgueil, je n'ai réussi qu'à atteindre l'authentique statut de raté. Je n'ai pas trente ans ; j''ai fait vite." La narrateur a une vingtaine d'années et est sur le point d'obtenir son diplôme d'architecte, quand il part en Corse rejoindre son ami Olivier dans le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2017

La Daronne

"On dit de moi que j'ai mauvais caractère, mais j'estime cette analyse hâtive. C'est vrai que les gens m'énervent vite parce que je les trouve lents et souvent inintéressants. Lorsque par exemple ils essayent de me raconter laborieusement un truc dont en général je me fous, j'ai tendance à les regarder avec une impatience que j'ai peine à dissimuler et ça les vexe. Du coup, ils me trouvent antipathiques. Je n'ai donc pas d'amis ; seulement des connaissances". Autant le dire d'emblée, c'est un coup de coeur. Et pourtant, les thèmes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:35 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,
12 avril 2017

Alice ou le choix des armes

"Elle aimerait pouvoir comprendre comment une personne peut un jour désirer en détruire une autre. Comment une personne peut avec son cerveau et son corps, avec sa bouche, ses mains, son dos, ses avant-bras, avec tout ce qu'elle a  de vivant et d'humain en elle. Comment une personne peut, avec tout ça, grâce à tout ça, orchestrer une destruction, désirer mettre en oeuvre une destruction". Alice Delcourt est suspectée du meurtre de son ancien responsable hiérarchique, Samuel Tison. Dénoncée par lettre anonyme, elle se retrouve... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:07 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2017

Défaite des maîtres et possesseurs

"Je m'étonne de choses banales, mais c'est pour expliquer de quelle manière je me suis retrouvé embarqué. A certaines heures de ma jeunesse, j'ai cru, glorieusement, naïvement (je ne sais plus trop ce que j'avais bu), avoir l'énergie qu'il fallait pour changer le système, et le système en un tournemain m'a porté là où il voulait, pour me faire faire ce qu'il voulait". J'étais prévenue que c'était un roman qui cognait fort. Heureusement j'avais oublié les billets de blogs lus ça et là et je l'ai ouvert sans trop savoir où j'allais. ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:33 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mars 2017

Les harmoniques

"Pour Keila, ce mot résonne toujours étrangement. la mort a ses professionnels, comme ceux qui ont enlevé Nayla, leur oncle et leur tante. Extraites des décombres, les victimes du jour avaient des corps et des blessures. On les identifiait, on prévenait les familles. Les victimes qu'elle porte en elle n'ont ni blessures ni corps, ce sont, sans statut et sans substance, des victimes de l'air, des victimes absentes, des disparus". Le roman commence à Venise, un homme attend sous la pluie. Une femme descend du vaporetto et il va... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:12 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2017

Les républicains

"Ecoute, je vais te dire un truc dont je suis convaincu : même si je me trompe, même si ce n'est pas pour demain, ce changement arrivera après-demain ou encore plus tard mais il arrivera. Regarde autour de toi, tout craque de partout, notre modèle est obsolète et l'aspiration à davantage de démocratie directe est en marche, on ne l'arrêtera plus, le divorce entre le monde politicien et la société civile est consommé, le roi est archi nu, ce qui suffit à juger complètement déphasé le bal hors-sol des prétendants à l'Elysée qui... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2017

Léger fracas du monde

"Evidemment, dit Evariste, je comprends. Moi aussi, les échecs, ça m'a, comment dire, sorti d'affaire à cette époque. Bon, c'est vrai. C'est facile de s'y perdre, dans tout ça, enfin je veux dire, dans le labyrinthe des cases, les noires, les blanches. Il y en a même qui disent que c'est ça qui rend fou, que c'est juste ça. Tu parles. Moi, je crois plutôt que ça permet d'oublier tout le reste, n'est-ce-pas". Evariste Galois quitte sa maison pour se rendre au bord du lac du Bourget, à Aix-les-Bains, avec l'intention de peindre son... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:50 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,