20 octobre 2017

L'archipel d'une autre vie

"En marchant vers le nord, murmura Vassine, on atteindrait le littoral en trois jours, peut-être quatre ..." Il inspira profondément, les paupières fermées, et je crus voir ce qu'il était en train d'imaginer - la taïga s'éclaircit, s'emplit de lumière et, soudain, s'écarte devant un infini brumeux où disparaissent nos peines et nos peurs. Surtout cette peur-là : Ratinsky avait surpris notre conversation, la nuit passée, ce mot imprudent sur le prisonnier politique, et il nous avait dénoncés à Louskass. Nos paroles pouvaient être... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:47 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

17 octobre 2017

Le jour d'avant

"Je n'avais pas honte. Moi aussi, j'étais un ouvrier. Pour toujours. Paris ne changerait rien, je le savais. Mais il fallait que je quitte le bassin. Je ne voulais pas d'un horizon de terrils. De l'air âcre des cheminées. Je ne pouvais plus passer devant les grilles de la mine, croiser les gars sur leurs mobylettes. Baisser les yeux face aux survivants. Entendre le souffle des chevalements que seul mon Jojo avait le droit d'imiter. J'étais épuisé des hommes à gueules de charbon. Je ne supportais plus de voir leurs mains balafrées,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:17 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2017

Police

"On a confié la sale besogne à des employés sous-payés de quelque administration d'Etat qui devront dormir avec. La responsabilité est dispersée entre la Préfecture, les gardiens, les escorteurs, la Police aux Frontières, les pilotes, les hôtesses, les stewards, pour que chacun ait le confort de penser : ce n'est pas moi, c'est l'autre." Trois gardiens de la paix se retrouvent à devoir reconduire un réfugié Tadjik à l'aéroport. Ce n'est pas leur travail, mais ce jour-là il n'y a qu'eux pour le faire. Deux hommes, une femme.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:13 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2017

Le camp des autres

"Ils ont continué à parler à l'aplomb cru du soleil de mai. Ils ont continué à jongler leurs méfiances, leurs silences, leurs regards, sans jamais être certains de savoir s'ils jouaient finalement dans la même équipe ou l'un contre l'autre. Jean-le-Blanc a respecté les distances de sécurité le temps qu'il fallait pour que l'enfant se rende compte qu'ils étaient déjà ensemble à parler la même langue. Mais rien ne put et ne pourrait jamais faire disparaître les deux pas de recul au fond des yeux de Gaspard, cet arrière-goût dans la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:49 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2017

Marcher droit, tourner en rond

"Quand j'ai fait part à ma tante de ma surprise à la voir fréquenter autant de mythomanes et de malades mentaux, elle m'a répondu qu'elle me fréquentait bien, moi : preuve qu'elle me prend pour un psychotique au mépris des explications fournies par le professeur Urs Weiss soi-même, qui définit le syndrome d'Asperger comme un variant humain non pathologique voire avantageux, puisqu'il garantit, au prix d'une asociognosie parfois invalidante, une rectitude morale plutôt bienvenue dans notre époque de voyous." Ce roman n'a que 122... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2017

Vernon Subutex 1

"Sylvie, s'il lui avait parlé sincèrement de sa situation, aurait pu sortir mille euros comme il payerait un café crème. Mille euros, dans son monde à elle, c'est une paire de chaussures. Un sac à main coûte plus que ça. Elle dit souvent "moi je m'en fous de l'argent", comme si c'était une qualité exceptionnelle. Mais elle n'en a jamais manqué - elle a gardé son appartement du divorce, touché une pension alimentaire équivalente à deux SMIC, tout en continuant de dépenser l'argent des propriétés gérées par ses parents. Qui ne se... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:14 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :

02 août 2017

Trois saisons d'orage

"Les hommes, pourtant, estiment pouvoir dominer la nature, discipliner ses turbulences, ils pensent la connaître. Ils s'y engouffrent pour la combler de leur présence, en oubliant, dans un terrible accès d'orgueil, qu'elle était là avant eux, qu'elle ne leur appartient pas, mais qu'ils lui appartiennent. Elle peut les broyer à la seule force de sa respiration, elle n'a qu'à frémir pour qu'ils disparaissent". Après avoir vu passer de nombreux billets élogieux sur cette jeune auteure, je me suis enfin décidée à la lire en choisissant... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:14 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2017

D'accord

"Curieusement, depuis notre départ de Paris, cette visite à mon père n'avait cessé de m'apparaître de plus en plus facultative. Simple prétexte pour passer quelques heures en compagnie de Vlad ou geste dérisoire d'une indulgence trouble, même pas coupable ? Les deux, sûrement, entre faiblesse et mansuétude, pitié et action généreuse. Car enfin, qu'allions-nous trouver une fois à Vierville-sur-Mer, dans cette maison de retraite où je l'avais fait placer quelques mois auparavant, à la suite des premières et foudroyantes atteintes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:32 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
18 juillet 2017

Les larmes noires sur la terre

"Qui a eu un jour l'idée de cette étonnante et terrifiante filière de recyclage, donner une deuxième vie - et quelle vie ! - à ces vieilles guimbardes, personne ne s'en souvient. Quelle société ruinée a oublié qu'elle s'était bâtie sur des générations d'entraide et de solidarité, quelles églises ont baissé les bras, quels hommes sont nés, pour qu'un tel projet voie le jour ? Les pauvres, ils n'en veulent plus. Ont assez de leurs problèmes de chaque jour. Quelque chose s'est forgé en eux, la vague conviction que tout est justifié et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
18 mai 2017

Le saut oblique de la truite

"Moi qui croyais que la période de la post adolescence avait été la pire de mon existence (après avoir d'abord cru que mon adolescence serait ce que j'aurai à vivre de plus terrible), je constate que je me suis un peu avancé. A force d'efforts, de privations et d'orgueil, je n'ai réussi qu'à atteindre l'authentique statut de raté. Je n'ai pas trente ans ; j''ai fait vite." La narrateur a une vingtaine d'années et est sur le point d'obtenir son diplôme d'architecte, quand il part en Corse rejoindre son ami Olivier dans le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :