25 mars 2019

Une immense sensation de calme

"Un soir, Baba m'avait parlé de l'ancien monde. D'habitude ceux qui l'avaient connu se taisaient. La guerre avait laissé tellement de cicatrices qu'ils faisaient comme si rien n'était arrivé. Comme si personne n'avait jamais disparu. Pourtant, au détour des forêts, on tombait encore sur des carcasses de tanks que le Comité avait oublié de déblayer. Les cours d'histoire ne remontaient pas au-delà de cinquante ans. Avant, ce n'était que légende. Notre génération était la première née après le Grand-Oubli. Nous supposions que beaucoup... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:28 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2019

Nuit sur la neige

"Au moment où nous fixions les peaux de phoque à nos skis, je me souviens d'avoir dit que j'avais le souffle un peu court et que je ne forcerais pas l'allure. C'était la vérité - l'effet de l'altitude - mais Clarie dut penser que je disais cela pour la ménager, et elle me sourit encore avec une expression dont je jurerais aujourd'hui encore, en dépit de tout ce qui a suivi, qu'elle était heureuse". Nous sommes à la rentrée scolaire 1935. Robin, jeune garçon de 15 ans, intègre une école de Jésuites. Orphelin de père, il fait partie... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:51 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2019

Où vivre

"Il écrit qu'il se sent chez lui, qu'il ne peut plus imaginer être entouré uniquement de juifs. Ça c'est le ghetto, dit-il, ça c'est les camps. Mais là n'est pas la question. Je me fiche comme d'un poisson crevé que mes voisins d'ici soient des juifs. Qui prie encore, d'ailleurs, autour de nous ? Qui n'a pas retiré sa confiance à celui qu'on ne nomme pas ? La question est d'être maître de son sort. Si je suis chez moi, si j'invente en cultivant, bâtissant, commerçant, le pays qui n'existait pas et ainsi devient mien, personne,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:07 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2019

Le chapeau de Mitterrand

"Sur le chemin du retour, Pierre passa devant le banc, il hésita. Peut-être devrait-il y reposer le chapeau ? Son propriétaire pouvait revenir dans l'espoir de retrouver son bien. Une jeune femme qui poussait un landau s'arrêta, vérifia que le nouveau-né dormait profondément, s'assit et ouvrit Télé-Poche dont la couverture s'ornait d'un portrait kitsch de Joan Collins. Il était désormais difficile de s'approcher du banc, y déposer le feutre et partir en silence sans passer pour un dérangé, voire un maniaque fétichiste." Voilà un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:08 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,
16 janvier 2019

Le vestibule des causes perdues

"A Espeyrac le temps avait passé, mais les trois filles étaient toujours là où on les avaient laissées, à la terrasse du Café de la place. Le frais du soir tombait sur les épaules. Mara aida Clotilde à porter son sac, une anse chacune, Clotilde dit : voilà, c'est ainsi qu'il faudrait marcher, partager les poids des sacs, les porter à deux. Elles frissonnaient et n'avancaient pas droit, mais ce n'était pas très grave. Ses victuailles à bout de bras dans des sacs plastique, Marie Thé traînait derrière, regardait ces deux-là, leur... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:26 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2019

Les vérités provisoires

"Sa carrière de menteur a commencé tôt. Passons sur les fabulations et les cachotteries de la petite enfance, ces parcelles de fantaisie qui sont surtout des terrains d'apprentissage. Plaçons l'aiguille du curseur sur l'année du CM1. Regardons le garçon maladroit avancer dans la cour de récréation de sa nouvelle école primaire, tête basse. Multiplions les microviolences, de la banale insulte à la colle dans les cahiers. Secouons. Attendons que les mécanismes de défense se mettent en place. Première étape : les terribles maux de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:39 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2018

Vernon Subutex 3

"Et la place de la République permet à tous les Patrice de la région parisienne de dire, on n'est pas d'accord avec cette fiction. C'est dérisoire, et c'est pourtant crucial. Les puissants le savent, qui font ceux qui n'entendent pas. Ils disent casseurs ils disent antisémites ils disent irréalistes. Mais il reste un peuple, de France, d'Espagne, de Grèce, du Portugal, d'Islande, et même d'Allemagne puisqu'on n'en parle jamais - il reste un peuple qui ne croit pas que laisser le pouvoir aux mains de psychopathes ignares mais bien... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:57 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :
23 novembre 2018

Point de gravité

"J'ai l'impression de rêver. Tout est si soudain, paraît si irréel : ma sortie, ces retrouvailles, sans compter ces vagues de souvenirs qui resurgissent, se télescopent, me submergent. Je monte dans sa voiture. A l'intérieur, ça sent le tabac froid et quelque chose qui ressemble à de l'eucalyptus. Le cendrier déborde de mégots de cigarettes, de boules de chewing-gum collées dans leurs emballages. Sur la banquette arrière traînent quelques magazines people, une cartouche de News entamée et un sac à main en cuir blanc". Loïc sort de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2018

Trois fois la fin du monde

"Et le miracle s'accomplit. La chatte grimpe sur ses genoux et s'assoit. Ce petit corps roux reste là, encore vibrant de crainte. Doucement, Joseph la caresse du plat de la main. Joseph sent alors une chaleur douce et profonde se répandre dans tout son corps. C'est un animal qui a dû souffrir de la vie sauvage, car il n'aura pas fallu longtemps pour qu'il prenne place sur les genoux d'un homme. Un animal affectueux. Ce dont il avait tellement besoin sans le savoir". Joseph Kamal, jeune homme plutôt gentil et naïf, se laisse... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:04 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2018

La gouvernante suédoise

"On prépare Noël. La maison n'a jamais été aussi lumineuse, aussi joyeuse, car on allume à plaisir lampes et bougies, on en met partout, jusque sur l'appui des fenêtres, et c'est beau dans la nuit toutes ces fenêtres éclairées. Les enfants, les bonnes sont tout excités à l'idée de la fête. Hulda elle-même se laisse gagner par cette gaieté. Avec Livia, elle parle de décoration de table, de sapin de Noël, de cadeaux. Comme tout semble harmonieux dans la musique des airs de Noël qu'elles jouent au piano à quatre mains, la gouvernante... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :