30 novembre 2018

Jeu blanc

"Nous étions comme du bétail. C'est ainsi que nous étions traités. Nourris, abreuvés, contraints de porter notre fardeau quotidien et rentrés à l'abri pour la nuit. Quiconque s'esquivait ou se plaignait était battu devant tous les autres. C'était peut-être cela le plus grand crime : nous rendre complices en faisant de nous des témoins silencieux et impuissants. Parfois des garçons ou des filles parmi les plus âgés s'interposaient pour essayer d'interrompre une correction, mais ils étaient roués de coups jusqu'au sang et emmenés - on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:03 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 novembre 2018

Enterrez vos morts

"Emile Comeau hocha la tête. Il était soulagé de voir son ami montrer un tel intérêt pour quelque chose. Quand Gamache était arrivé avec Reine-Marie une semaine auparavant, il lui avait fallu une journée pour s'habituer aux changements survenus chez lui. Pas seulement à la barbe et aux cicatrices, mais aussi à son air accablé, car il semblait porter un lourd fardeau sur les épaules, tout le poids des évènements qui s'étaient produits dernièrement. Maintenant, Gamache pensait encore au passé, mais à celui d'une autre personne, pas au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 septembre 2018

Nirliit *

"Je me sens coupable de mon pays riche, de ma famille unie, de mon éducation, j'ai besoin d'éteindre des feux et de sauver des enfants, j'ai besoin de faire quelque chose dans ce monde pourri, j'ai besoin de courir d'une bande de laissés-pour-compte à une autre, j'ai besoin sinon je pourrais m'asseoir et pleurer ou lancer des bombes. Quand ce n'est pas la misère du Nord, c'est celle du Sud, les visages des enfants inuits me suivent jusqu'en Haïti et tout se mélange, le créole et l'inutittut, la peau chocolat et les yeux bridés, le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:39 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juillet 2018

Défense de tuer

"Ils se fixèrent rendez-vous, mais avant de partir, Gamache réunit son équipe. C'était l'heure du thé et ses collaborateurs tenaient en équilibre dans leurs mains de délicates tasses et soucoupes en porcelaine et de petites assiettes avec napperons en dentelle. Sur la table devant eux se trouvaient des notes sur le meurtre et des sandwichs aux concombres sans croûte, des listes de suspects et des éclairs, des indices et des petits-fours". Cinquième enquête de l'Inspecteur-Chef Gamache, la seule qui ne se déroule pas dans le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:32 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,
27 octobre 2016

Station Eleven

"Si ça avait été un autre que Hua, Jeevan ne l'aurait pas cru, mais il n'avait jamais connu un homme aussi doué pour l'euphémisme. Si Hua disait qu'il s'agissait d'une épidémie, c'est que le mot épidémie n'était pas assez fort. Jeevan fut soudain terrassé par la certitude que cette maladie décrite par son ami allait être la ligne de démarcation entre un avant et un après, un trait tiré sur sa vie". Vous trouverez de nombreux billets sur ce roman post-apocalyptique allant de l'enthousiasme total à la déception tout aussi totale.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:52 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2016

La veuve

"Et soudain elle comprit qu'elle avait rejoint le pont des Indiens. Debout dans les jeunes pousses vertes, elle en eut le souffle coupé, cependant que, en hauteur, résonnaient des voix. Elle resta un moment immobile. Derrière elle, le pont, délicat, semblable à une toile d'araignée. Elle se figea, s'exhorta à desserrer les doigts pour laisser tomber la carabine. Mentalement, elle évaluait le pont qui s'affaissait au milieu, l'écorce humide et glissante qui attendait ses bottes, les cordages servant de main courante à moitié moisis.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:47 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2016

Etta et Otto (et Russell et James)

"Vous n'auriez pas vu une femme âgée, voyageant seule, couverte de poussière, sans doute, qui serait passée par ici ou se serait même arrêtée ... ? Attendez, j'ai une photo".  Etta a 83 ans, quand elle décide d'aller voir la mer pour la première fois. Ça ne représente jamais que 3000 kilomètres à pied environ, en partant de sa ferme au Saskatchewan. Son mari, Otto, ne s'y oppose pas et elle part un beau matin avec un fusil et du chocolat dans sa poche. Nous voilà embarquées à sa suite dans un périple un peu confus, comme la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:20 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2013

Les bonbons assortis

"Quelques jours avant Noël, la cuisine se remplissait de bruit et de poussière de farine, les femmes s'agitaient autour de la grande table centrale où s'entassaient le shortening, le beurre, le gros sac de cinq livres de farine Brodie XXX, la poudre à pâte, le cornstarch, le lait ; ma mère brisait la pâte, ma tante Robertine s'armait du rouleau et grand-mère Tremblay préparait les bases, pur porc pour les tourtières, pure pomme pour les tartes. Ça chantait, ça contait des histoires pas toujours propres, ça médisait, ça se permettait... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:40 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,