18 avril 2019

Un jour comme les autres

"La nature est curieuse. On accorde plus de crédit aux personnes qui exacerbent les problèmes qu'à celles qui proposent des solutions". Le roman commence avec Emily, au bord du lac Majeur. Elle s'est réfugiée là après la disparition de son compagnon, Eric Deguide. Un an auparavant, il est parti travailler un matin, comme d'habitude. Il n'est jamais rentré. L'enquête n'a rien donné et elle attend un retour hypothétique, traversée d'angoisse et de questions sans réponses. Elle prend des cours de chant, elle joue avec les chiffres et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 décembre 2018

La vraie vie

"J'aurais aimé que quelqu'un, un adulte, me prenne par la main et me mette au lit. Replace les balises de mon existence. M'explique qu'il y aurait un lendemain à ce jour, puis un surlendemain, et que ma vie finirait par retrouver son visage. Que le sang et la terreur allait se diluer. Mais personne n'est venu". Je suis assez embarrassée pour parler de ce roman qui a provoqué tant d'éloges autant sur la toile que chez les critiques professionnels et qui a même battu le record des ventes d'Amélie Nothomb en cette rentrée... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2018

Les vivants et les ombres

"Si tu le dis ... Alors je les fais suer hein ? Tu parles comme ce jeune nigaud de prince Dubinski, qui nous assomme toujours avec ses tirades sur le peuple, que nous pressurons trop, et sa sueur, qui à l'entendre est sacrée. C'est précisément pour damer le pion à ce genre d'énergumène que je voudrais siéger à Lemberg. Je les fais suer mes serfs ? C'est bien le moins. Qui leur envoie son médecin particulier quand ils sont mal portants ? Qui leur paye des nourrices quand leurs femmes meurent en couches, leur avance des semences... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:49 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : ,
18 avril 2017

Les fausses innocences

"Qu'est-ce donc que cet entêtement de la nature humaine à piétiner ce qui s'offre pour courir après ce qui se refuse". Roger, bourgmestre d'un petit village des cantons de l'Est (frontaliers de l'Allemagne), n'a jamais aimé que Mathilda. Mathilda qui en a épousé un autre, André, le médecin. Un matin, elle vient déclarer à la mairie la mort d'André la veille, dans un accident de voiture, côté allemand. Roger sait qu'elle ment, pour la bonne raison qu'il a ramené lui-même André la veille au soir au domicile conjugal. André... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:37 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,
08 novembre 2016

De Profundis

"Elle dit à l'enfant que le souper était prêt et redescendit, les jambes faibles, retrouver la chaleur de la cuisine. Elle remit une bûche dans la cuisinière, qui émettait un doux ronronnement, resserra son cardigan dans un geste frileux, et attendit. Le matin même, à la gare du Midi, au milieu de cette foule anxieuse et puante, Roxanne avait encore trente-neuf ans. A présent, elle en avait nonante. Et en aurait nonante pendant longtemps, si la vie s'accrochait à elle comme elle avait pris l'habitude de le faire ; elle aurait le même... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2016

Retour à Patmos

"Marie est assise à Patmos, dans sa chambre, devant la fenêtre ouverte. Aujourd'hui est une journée sans vent, tous les voiliers retenus au port depuis plusieurs jours se sont échappés comme des oiseaux d'une volière. Elle les compte. Une vingtaine. Un par un, elle les repique sur sa feuille blanche. Après, sous eux, elle fera la mer. Une mer très profonde. D'un bleu dont on ne peut toucher le fond". Marie est de retour à Patmos pour la première fois depuis la mort de Jean, son mari. C'est avec appréhension qu'elle retrouve la maison... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:51 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,

24 avril 2015

Le vent dans la maison

"Après le repas nous avons marché sur la plage. De petits échassiers s'envolaient en nuées pour picorer toujours plus loin, à la limite des vagues. Vous avez dû l'aimer beaucoup, m'a-t'elle fait remarquer. Je lui ai répondu que ce n'était pas une question d'amour, c'était comme un appel à rester ou à poursuivre, sans savoir où cela pouvait me mener, j'ai ajouté que depuis mon accident en Afrique les choses avaient pris pour moi un autre sens, ma raison de vivre était ailleurs, à la fois plus profonde et plus hasardeuse. Je n'ai pas... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:35 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2015

Si tu passes la rivière

"Ils ont beau être différents, mes deux frères, pour certaines choses ils s'entendent comme la lune et les étoiles. Les choses comme les sous, comme "On ne mettra jamais les pieds dans ton église, curé," comme "Moins on parle, mieux ça vaut, si tu as quelque chose à dire, tais-toi, si tu es content, tais-toi, si tu as du chagrin, tais-toi. Tais-toi, tais-toi, tais-toi". Ça a peut-être à voir avec la mère, ça". "Si tu passes la rivière, si tu passes la rivière, a dit le père, tu ne remettras plus jamais les pieds dans cette maison. Si... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:30 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2014

Les petites voix

"Pendant un quart d'heure ou vingt minutes, nous avons fait cela, écouter. Discrètement, la musique s'est mise à remplir toute la pièce, toute la maison sûrement, j'aurais juré qu'on l'entendait dans la forêt. Dans les dernières secondes du disque, un enfant, une petite fille, chantait en sourdine quelques phrases dans une langue inconnue, il n'y avait plus qu'elle, et une contrebasse qui battait comme une veine au poignet de quelqu'un qu'on aime". Qui est Paul Grenz ? A l'occasion de la sortie d'un film à succès dont il a composé la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:33 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2014

Aux anges

"Pierre tourna les yeux vers Florian, leurs regards se croisèrent un instant. Les yeux de Pierre demandèrent à ceux de son ami s'ils croyaient que la comtesse était folle. "Peut-être, mais sans doute moins que la plupart des gens dont on jurerait qu'ils ne le sont pas", répondirent les yeux de Florian". Pierre et Florian ont été des amis d'enfance très proches avant de se perdre presque de vue pendant 30 ans. C'est Pierre qui renoue le contact en proposant à Florian de l'accompagner dans un voyage professionnel de quelques jours du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:00 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags :