13 juillet 2018

Le cactus

"- Homme, femme, féministe ou pas, n'importe qui serait anéanti d'être quitté pour quelqu'un d'autre et de se retrouver seul avec un nouveau-né et un enfant en bas âge. - Pas moi. J'ai organisé ma vie très soigneusement pour ne permettre à personne de m'anéantir de la sorte. Comme je ne dépends de personne émotionnellement ou financièrement, on ne peut pas me blesser. C'est ça, une féministe : une femme à la volonté de fer, invulnérable, qui contrôle chaque aspect de sa vie". Bienvenue dans le monde de Susan, où tout est prévu,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:49 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2018

Le pouvoir

"Tunde élargit son cadre pour intégrer les spectateurs à l'arrière-plan, derrière les baies vitrées du centre commercial, et filmer leurs réactions : on voit des hommes qui cherchent à éloigner de force leur femme des vitres ; et des femmes qui les éconduisent d'un mouvement d'épaule, sans un regard, sans un mot, et qui, paumes écrasées contre les vitres, dévorent le spectacle des yeux. Tunde comprend alors que ce truc va prendre comme une traînée de poudre, embraser la planète tout entière et changer le monde. Plus rien ne sera... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:20 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2018

La salle de bal

"Elle sentit alors une puissance monter. Le même sentiment qu'elle avait eu à la filature, sauf qu'à présent il prenait racine, lui redressait l'échine. Il faisait noir, elle était seule, mais son sang circulait : elle était vivante. Elle allait l'étudier, cet endroit, cet asile. Se cacher au plus profond d'elle-même. Faire mine d'être sage. Et ensuite elle s'évaderait. Pour de bon cette fois. D'une manière à laquelle ils ne s'attendraient pas. Et elle ne reviendrait jamais". Je ne pense pas avoir lu un seul avis mitigé sur ce... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:43 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2017

Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières

"C'est pas moi qui vais lui jeter la pierre. Si vous voulez mon avis, cette connerie qu'on appelle pompeusement "ma vie" et qu'on croit permanente, ce n'est qu'un moment qu'on traverse. Sérieux, qu'est-ce qu'on en a à foutre du plastique ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre de l'avion ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre des iPad ? Dans cent ans, les gens regarderont notre époque et ne verront qu'une bulle qui a gonflé et éclaté. Et cette vie qui nous semble si grande, si importante, n'aura été qu'une brève éclosion qui ne reviendra jamais. On... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:38 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2017

L'été avant la guerre

"Ma chère enfant, je crains que nous ne soyons tous les esclaves de la société. Il n'y a pas moyen d'y échapper. S'agissant de vous, c'est parce que Lady Emily a approuvé votre embauche que les administrateurs de l'école se sont laissés convaincre alors que moi, qui suis également membre titulaire de ce conseil, j'avais été incapable de l'emporter. J'ai bien peur que votre indépendance aussi bien que mes tentatives pour faire évoluer les choses ne dépendent de notre amie titrée et des petits cartons d'invitation ornés de son... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:15 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2016

Là où tombe la pluie

"J'ai eu assez de temps pour trouver des explications et j'ai la vie devant moi pour en trouver d'autres. J'ai discuté avec des psychologues, des psychiatres, des scientifiques, des pasteurs, des mediums et moi-même. J'ai interrogé les étoiles et les feuilles de thé, cherché des réponses dans la forme des nuages et des visages dans l'écorce des arbres, étrangement ciselés. Il y a en a qui voient Jésus sur un paquet de fromage industriel : à chacun sa vérité. Qui peut m'en vouloir d'avoir choisi le fromage." Ruth revient sur sa... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:53 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2016

Le bois du rossignol

"Il n'admirait les femmes que dans la mesure où elles étaient jolies, dociles et bien habillées. Il devait faire semblant d'admirer leurs autres prouesses, car tout le monde le faisait - au moins en paroles -, mais au fond de lui son opinion était simple et grossière : "Tout ça, c'est de la foutaise". Et quand il se trouvait en compagnie d'autres hommes d'accord avec lui, ils souriaient d'un air entendu, se regardaient et marmonnaient : "Tout ça, c'est de la foutaise". Les femmes intelligentes, les femmes sportives, les femmes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:23 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juin 2016

Comme une gazelle apprivoisée

"En proie à la plus vive agitation, Belinda se hâte de rentrer chez elle. Parmi toutes les choses passionnantes qu'elle se proposait de raconter à Harriet, l'annonce des fiançailles du vicaire paraissait, bizarrement, la moins intéressante. Néanmoins, elle ne put s'empêcher de se demander comment sa soeur accueillerait la nouvelle. Non que l'on pût parler d'une "déception" au sens propre du terme, mais que ferait-elle sans vicaire à choyer ?" Les soeurs Bede sont deux respectables quinquagénaires, vivant de leurs rentes, dans une... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:24 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2016

Black-out

"Attiré par le fracas et les éclairs, Troy emprunta le pont désert et stoppa son véhicule. Londres semblait être une ville morte. Il sortit de la Morris et resta là sur la chaussée. Surgi du sud, un essaim de bombardiers de la Luftwaffe arrosait Rotherhithe et les docks de Surrey, en aval de la Tamise. Sans doute l'un des raids les plus intenses de ce début d'année. Une autre explosion, énorme, accompagnée d'une colonne de lumière s'élevant dans le ciel, et une déferlante de feu zigzagua à la surface du fleuve." Londres 1944. La fin... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:45 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mai 2015

Corps variables

"Patient Q. Interné pour évaluation le mois dernier. Admis à l'UMD avec une psychose paranoïde et de graves troubles conceptuels. Nom et identité inconnus. Soutient être un universitaire du nom de Nicolas Slopen, mort l'an dernier dans un accident de la route. Hospitalisé par procédure d'urgence suite à des faits de harcèlement et de menaces dirigés contre l'épouse du défunt". Le narrateur, Nicolas Slopen, est un universitaire spécialiste des écrits de Samuel Johnson, marié à Léonora et père de deux enfants. Il est contacté par... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :