23 août 2016

Là où tombe la pluie

"J'ai eu assez de temps pour trouver des explications et j'ai la vie devant moi pour en trouver d'autres. J'ai discuté avec des psychologues, des psychiatres, des scientifiques, des pasteurs, des mediums et moi-même. J'ai interrogé les étoiles et les feuilles de thé, cherché des réponses dans la forme des nuages et des visages dans l'écorce des arbres, étrangement ciselés. Il y a en a qui voient Jésus sur un paquet de fromage industriel : à chacun sa vérité. Qui peut m'en vouloir d'avoir choisi le fromage." Ruth revient sur sa... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:53 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2016

Le bois du rossignol

"Il n'admirait les femmes que dans la mesure où elles étaient jolies, dociles et bien habillées. Il devait faire semblant d'admirer leurs autres prouesses, car tout le monde le faisait - au moins en paroles -, mais au fond de lui son opinion était simple et grossière : "Tout ça, c'est de la foutaise". Et quand il se trouvait en compagnie d'autres hommes d'accord avec lui, ils souriaient d'un air entendu, se regardaient et marmonnaient : "Tout ça, c'est de la foutaise". Les femmes intelligentes, les femmes sportives, les femmes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:23 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juin 2016

Comme une gazelle apprivoisée

"En proie à la plus vive agitation, Belinda se hâte de rentrer chez elle. Parmi toutes les choses passionnantes qu'elle se proposait de raconter à Harriet, l'annonce des fiançailles du vicaire paraissait, bizarrement, la moins intéressante. Néanmoins, elle ne put s'empêcher de se demander comment sa soeur accueillerait la nouvelle. Non que l'on pût parler d'une "déception" au sens propre du terme, mais que ferait-elle sans vicaire à choyer ?" Les soeurs Bede sont deux respectables quinquagénaires, vivant de leurs rentes, dans une... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:24 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2016

Black-out

"Attiré par le fracas et les éclairs, Troy emprunta le pont désert et stoppa son véhicule. Londres semblait être une ville morte. Il sortit de la Morris et resta là sur la chaussée. Surgi du sud, un essaim de bombardiers de la Luftwaffe arrosait Rotherhithe et les docks de Surrey, en aval de la Tamise. Sans doute l'un des raids les plus intenses de ce début d'année. Une autre explosion, énorme, accompagnée d'une colonne de lumière s'élevant dans le ciel, et une déferlante de feu zigzagua à la surface du fleuve." Londres 1944. La fin... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:45 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mai 2015

Corps variables

"Patient Q. Interné pour évaluation le mois dernier. Admis à l'UMD avec une psychose paranoïde et de graves troubles conceptuels. Nom et identité inconnus. Soutient être un universitaire du nom de Nicolas Slopen, mort l'an dernier dans un accident de la route. Hospitalisé par procédure d'urgence suite à des faits de harcèlement et de menaces dirigés contre l'épouse du défunt". Le narrateur, Nicolas Slopen, est un universitaire spécialiste des écrits de Samuel Johnson, marié à Léonora et père de deux enfants. Il est contacté par... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2014

Toute passion abolie

"Comment allait-elle remplir sa tâche, Deborah n'en savait encore rien. Elle se sentait complètement indifférente à tout ce bruit fait autour de son bonheur futur. Etait-elle même amoureuse d'Henry ? Et même si elle l'était, pourquoi aurait-elle renoncé à sa vie personnelle ? Henry, lui, l'aimait mais qui aurait osé suggérer que cela impliquât qu'il renonçât à la vie qui était la sienne ! Au contraire, en faisant l'acquisition de son épouse, il semblait ainsi ajouter un petit extra à sa carrière. Il continuerait, lui, à déjeuner avec... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:59 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2014

Crampton Hodnet

"Miss Morrow n'aurait jamais osé poser à un homme cette question ; il y avait si longtemps qu'elle ne portait plus que le genre de vêtements dont nul n'aurait pu dire du bien sans mentir effrontément. Ses vêtements ne servaient plus qu'à recouvrir son corps de la façon la plus terne possible. Que pensez-vous, Mr. Latimer, de mon ensemble de laine gris avec sa veste déformée et sa jupe d'une longueur démodée ? Et mon chapeau de feutre gris-beige, qu'on peut mettre avec tout et n'importe quoi, comment le trouvez-vous ? Et ce chemisier... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:35 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2014

La galerie des maris disparus

"Toutefois, lorsque je contemple certains tableaux sculptures ou dessins, j'éprouve une sensation dans mes ... De nouveau, Juliet hésita. Elle aurait aimé dire kishkies, tripes en yiddish, mais ce mot aurait sans doute déconcerté cette assemblée résolument anglaise ... une sensation dans mon ventre qui m'indique que cette oeuvre est bonne. Peu importe la mode dans les arts car, à vrai dire, j'ignore ce qui est tendance et ce qui ne l'est pas. Je choisis une oeuvre par rapport au frisson qu'elle me donne. Les tableaux réunis ont cet... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:41 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,
08 juin 2014

Maisie Dobbs

"Maurice Blanche affirmait qu'au milieu des contes, écrans de fumée et autres mystères non résolus de l'existence, résidait toujours la vérité. Elle attendait que quelqu'un pénètre dans son sanctuaire, puis s'en aille sans tout-à-fait fermer la porte. C'est à ce moment-là qu'elle pouvait s'échapper. Lors de sa dernière rencontre avec Célia, Maisie avait veillé à ce que la porte reste ouverte". Nous faisons la connaissance de Maisie Dobbs en 1929, soit une dizaine d'années après la fin de la Grande Guerre. Elle s'installe à Londres... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:10 - - Commentaires [77] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 avril 2014

L'amour comme par hasard

"A dix-huit ans, lorsqu'on attend impatiemment qu'il se passe quelque chose (et n'importe quoi peut faire l'affaire, du moment que cela implique la présence d'un garçon et de jolies toilettes), le fait d'habiter une telle demeure donne de vous une idée très précise, avant même que vous ayez ouvert la bouche". Dans les années 50, en Angleterre, Pénélope vit dans une majestueuse demeure historique, Magna, avec sa mère, Tabhita, jeune veuve de toute beauté, et son frère, Inigo, lycéen plus féru de musique que d'études. Son père a été... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:46 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,