11 février 2014

Dans le silence du vent

"Je m'étais mis dans une colère noire à présent, ou bien replanté dans une colère noire avec chacune des pauvres plantes de serre qui ne réussiraient pas à attirer l'attention de ma mère. Il semblait que tout ce que mon père faisait, ou disait, était destiné à me rendre fou de rage. Je m'étranglais, là, tout seul avec mon père en cette fin d'après-midi paisible. Un gros nuage irrégulier avait gonflé au-dessus de ma tête - tout-à-coup, je n'avais plus qu'une envie, c'était d'échapper à mon père, à ma mère aussi, de déchirer leur tissu... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:12 - - Commentaires [70] - Permalien [#]
Tags : ,

24 octobre 2013

Enfants de poussière

"Quelque soit le secteur de la police dans lequel vous travaillez, il est toujours une tâche, un évènement qu'on redoute plus que les autres. Je suis certain que dans des lieux plus complexes, il s'agit des terroristes, des tueurs en série ou des règlements en comptes entre gangs, mais pour le shérif de l'Ouest, c'est toujours le corps abandonné". Les enfants de poussière, ce sont ceux qui sont nés d'un G.I. américain et d'une mère vietnamienne et la quatrième enquête du shérif Longmire démarre avec la découverte du corps d'une de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 octobre 2013

Dans le jardin de la bête

"Il est certain qu'à cette époque (1933) non seulement les Alliés auraient pu facilement battre l'Allemagne, mais une telle action aurait également écrasé dans l'oeuf le Troisième Reich l'année même de sa naissance" analyse William Shirer. Cependant "Hitler avait jaugé le courage de ses adversaires étrangers d'une façon aussi experte et mystérieuse qu'il avait su évaluer celui de ses opposants de l'intérieur". Voilà un roman qui n'en est pas vraiment un, puisque le récit s'appuie sur de nombreux écrits, les faits sont réels et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:11 - - Commentaires [79] - Permalien [#]
Tags :
30 juillet 2013

Les Anonymes

"Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu'un serial killer est à l'oeuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente et va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain". (4e de couverture) L'inspecteur Robert Miller... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:09 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juillet 2013

Les débutantes

"Célia voulait que personne ne reste en retrait. Il y avait des fois où Bree aurait aimé, tout-à-fait égoïstement, qu'elle ne sente pas obligée d'inviter Sally et April où qu'elles aillent. Mais tout de suite après, Bree se souvenait de la façon dont Célia lui avait porté secours quand elle s'était sentie si seule le premier soir, et elle en développait un sentiment de culpabilité de ne pas penser plus aux autres, spécialement cette pauvre Sally dont la mère était morte". Après ma lecture de Maine, j'étais curieuse de découvrir... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:27 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags :
05 juin 2013

L'abandon

"Tous mes problèmes proviennent du fait que je crois des choses qui ne sont pas vraies". Si je vous dis que c'est un roman étrange et hypnotisant à lire absolument, vous devrez me croire sur parole parce que je ne vous en dirai pas beaucoup plus. La force de cette lecture repose sur l'effet de surprise permanent et l'envie d'en savoir un peu plus en ignorant à peu près tout de la direction que prendra l'histoire. Nous ne connaîtrons que le point de vue de Caroline, jeune fille de 13 ans qui vit seule avec son père dans la forêt... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:44 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2013

Wilderness

"C'est la peau qui l'a déclenchée, finit-il par dire. Cette guerre. Ça, tu le sais. C'est la peau qui l'a déclenchée, mais ça ne se réduisait pas seulement à une question de couleur de peau, et même si Abel a combattu pour ce pour quoi il a combattu, tu ne peux pas sortir un homme de son époque et ensuite espérer le comprendre. Ça , c'est quelque chose que tu ne peux tout simplement pas faire. C'est comme la guerre, Abel ne se réduisait pas seulement au camp pour lequel il a combattu. Pourquoi pleures-tu ?" Wilderness est le nom... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:59 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mai 2013

Arrêtez-moi là !

"Il y a des jours où l'on sent que quelque chose ne va pas. Les croyants et les superstitieux ont des expressions pour ça, comme "des picotements le long de la colonne vertébrale", ou encore ils parlent d'astrologie et d'un mauvais alignement des planètes. Je me dis qu'il y a des raisons concrètes pour que je me sente comme ça et que je n'ai pas pu mettre le doigt dessus, mais ce soir j'ai la nette impression qu'une merde va arriver". En chargeant un client à l'aéroport, Jeff, chauffeur de taxi à Dallas ne se doute pas... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags :
16 avril 2013

Bernadette a disparu

"Jamais je n'ai eu l'intention de vieillir dans ce coin morose, en haut à gauche des quarante-huit Etats. Je voulais juste quitter LA parce que j'étais en rogne, aller panser mon ego grièvement blessé, et quand j'aurais eu senti que tout le monde était navré pour moi, redéployer mes ailes pour revenir me poser sur scène et me lancer dans la phase deux, afin de prouver à tous ces connards qui était la putain de déesse de l'architecture". Dans une famille classique américaine  ... je demande la mère, Bernadette, celle-là même... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 16:30 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
05 mars 2013

Le monde à l'endroit

"Travis voulait partager un peu de cette assurance-là, et grâce à ses lectures c'était bien parti. Il apprenait d'une façon nouvelle, chaque devoir de lecture et chaque discussion reliée à une seule chaîne. Sauf que chaîne n'était pas le bon mot, parce que les chaînes maintiennent les choses serrées et que Travis avait la sensation inverse, celle d'un élargissement, comme des ondulations sur un étang. Synthèse. Voilà comment Léonard appelait cette forme de correspondance, et il prétendait qu'un tas de gens en fac, y compris certains... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:34 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :