01 juin 2017

Terminus Allemagne

"Kornitzer ne savait pas grand-chose de l'évolution de ses collègues au sein du tribunal, c'était mieux ainsi, ou peut-être pas. Il ne convenait pas de poser des questions sur le passé. Une discrétion généralisée semblait être le moyen d'apaiser le passé et de l'effacer de la conscience. Même son passé à lui était tabou, personne ne posait de questions. Maintenant était maintenant, on était pressé par le quotidien. Ainsi avait-il la bouche cousue". Le roman s'ouvre sur le retour en Allemagne de Richard Kornitzer, en 1948. Il a... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:41 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2014

Après minuit

Billet inhabituel ce matin, parce que je vais vous parler d'un livre lu il y a 34 ans. Si j'ai envie d'attirer votre attention sur lui aujourd'hui, c'est qu'un roman qui m'est autant resté en mémoire mérite que l'on y revienne. Et il trouve une résonnance particulière ces temps-ci me semble-t'il. On ne le trouvait plus, sauf sur les sites d'occasion, les Editions Belfond ont eu la bonne idée de le rééditer ce mois-ci. Je vais m'appuyer sur la quatrième de couverture (la mienne, c'était les Editions Balland à l'époque),... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:17 - - Commentaires [77] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2013

L'envol du héron

"Je suis toujours assise au bord de mon lit. Des rames souterraines traversent mon corps de frissons depuis la plante de mes pieds jusqu'à la racine de mes sourcils. Dehors, le nombre d'oiseaux qui se sont réveillés s'est accru. Je ne dormirai plus. Je ne suis plus fatiguée, je suis épuisée. Epuisé, c'est bien plus que fatigué. Où ai-je lu cela ? Dans ma tête bruissent des bribes de mon ouvrage sur le sommeil, telles des voix d'oiseaux chanteurs qui s'éveillent. Dans l'épuisement, n'y a-t-il pas aussi la possibilité de puiser, non... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:59 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2009

Une fois deux

Senta rencontre Thomas dans un café. Ils échangent un regard et c'est l'attirance immédiate, foudroyante et réciproque. Ils ont tous deux la quarantaine, lui informaticien, pragmatique, carré, elle fantasque, abonnée aux histoires d'amour qui ne durent pas, pleureuse patentée, s'occupant vaguement dans une galerie d'art. Seulement voilà, au delà de ce coup de foudre très physique, Thomas n'est pas le genre de Senta et ils ne vont cesser de faire un pas en avant, deux pas en arrière, en laissant mille petits obstacles se dresser entre... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:06 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :