15 octobre 2018

L'écart

"Je suis de moins en moins saisie  par l'envie dévorante de boire, mais elle continue de m'envahir par moments. Un matin, tandis que je roule vers Kirkwall aux premières heures du jour sous un ciel magnifique, seule sur la route, en écoutant de la trance euphorique, j'ai l'impression d'être la reine des Orcades. Puis, brusquement, je me damnerais pour une bouteille de vin. Par chance, il n'y a aucune boutique ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre à Mainland". S'il est mentionné roman sur ce titre de la rentrée, il... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:58 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2018

Eleanor Oliphant va très bien

"J'ai réalisé que ma vie avait mal tourné. Très, très mal tourné. Je ne m'étais pas imaginé mener cette existence-là. Personne n'était censé vivre de la sorte. Le problème était que j'ignorais comment changer les choses. Suivre les conseils de maman ne m'avait rien apporté de bon, j'en avais conscience. Mais personne ne m'avait jamais montré le bon chemin et, bien qu'ayant fait de mon mieux au fil des années, je ne savais pas comment m'y prendre pour améliorer ma situation. Je ne parvenais pas à résoudre l'énigme que je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:32 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2018

Le bruit du dégel

"Elle ne répondit pas. Elle continuait de me dévisager attentivement, comme si elle s'efforçait de percer une énigme ou de résoudre une devinette, ce qui aurait dû me mettre mal à l'aise, mais sans que je comprenne pourquoi, et en dépit du soudain revirement de la conversation, ce ne fut pas le cas. Ses yeux s'attardèrent encore un instant sur mon visage et je lui rendis son regard, dans l'attente de ce qu'elle allait dire ensuite. Je commençais à comprendre qu'il était impossible de prévoir ce qu'allait dire Miss Jean Culver, mais... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:51 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2017

Les buveurs de lumière

"Quand les adultes entendent grincer une petite porte sombre dans leur coeur, ils montent le son de la télé. Ils s'enfilent un verre de vin. Ils disent au chat que c'était juste une porte qui grinçait. Le chat sait. Il saute du canapé et sort de la pièce. Quand cette petite porte sombre dans un coeur se met à faire clic-clac clic-clac clic-clac si fort et si violemment qu'on voit littéralement battre leur poitrine - eh bien là  ils disent qu'ils ont du cholestérol et ils essaient d'arrêter le beurre, ils se mettent à... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
03 janvier 2017

L'insoutenable légèreté des scones

"Irène soupira. Stuart n'avait pas saisi un mot de ce qu'elle venait de dire. Et il y avait aussi beaucoup d'autres choses qui le dépassaient. Elle adopta donc le ton qu'elle prenait pour expliquer des évidences à Bertie et ou à son mari, un ton professoral teinté de condescendance, évoquant le discours d'un homme politique cherchant à fuir ses responsabilités face à un échec". J'avais besoin d'une lecture légère entre les fêtes. J'ai été comblée à un point tel que j'ai cru abandonner dans les cent premières pages, léger je veux... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:59 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2016

Vert-de-gris

"De là, je me dirigeais à pied vers le sud, convaincu qu'au moins une des prédictions de Hitler avait fini par se réaliser. Aux premiers jours de sa victoire, il nous avait annoncé : "dans cinq ans, vous ne reconnaîtrez plus l'Allemagne", et c'était un fait. Jadis l'une des artères les plus florissantes de Berlin, le Kurfurstendamm n'était plus qu'une succession de ruines". Ce n'était peut-être pas une bonne idée de faire la connaissance de Bernie Gunther avec le septième volume de ses enquêtes. Encore que dans celui-ci, il s'agit... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:03 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2009

Vers l'aube

"Murdo Munro travaille dans les forêts de son île natale sur la côte ouest de l'Ecosse. Il s'est depuis longtemps résigné à sa solitude et à l'hostilité froide de sa femme, lorsque, le jour du mariage de sa fille, devant la perspective du face-à-face conjugal qui l'attend, il décide de brûler sa maison et de disparaître. Munro marche dans cette forêt qu'il aime, monte dans un bateau et va rejoindre la ferme de sa soeur". (4e de couverture). A partir de là, Murdo va se lancer dans une errance incessante, sans parvenir à décider... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:40 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :