17 décembre 2012

Le jeu des ombres

"Il y avait des jours où Irène et Gil, tellement épuisés par le combat, quittaient tout simplement leurs tranchées et s'enlaçaient au-dessus des têtes de leurs enfants. On criait "pouce". Toute la famille s'aimait d'amour tendre. Juste après la fête, il y eu une forte chute de neige et la famille passa une de ces merveilleuses soirées-là. Quelque part, des branches chargées de neige tombèrent sur des lignes électriques, privant de courant les maisons de ce secteur de la ville. Riel et Stoney, qui regardaient la télévision au sous-sol,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:20 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 décembre 2012

L'ardeur des pierres

"Entre les lattes verticales, il aperçoit les contours des trois bonsaïs derrière la fenêtre du salon. Pour ce morceau de terre d'à peine un mètre carré, il avait accepté de louer un appartement trop petit, parce que le rez-de-chaussée lui permettait de posseder cet ersatz de jardin. Quand il contemplait ses trois arbres miniatures assez longtemps, il se tenait debout à leur pied à l'entrée d'une forêt millénaire". Je choisis rarement un roman sur son seul titre. C'est ce que j'ai fait pour celui-ci, sachant seulement qu'il se... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:58 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2012

Se retenir aux brindilles

"Je sais ce que représente l'attente de l'homme auquel on a choisi d'unir sa vie. Mais tandis que Marthe devait nourrir de sombres inquiétudes en imaginant Noël revenant en pleine nuit, quelle que soit la saison, sur les petites routes de l'Ain, moi, c'est plutôt ce qui allait se produire après l'arrivée de mon mari qui me toruturait l'esprit. Elle soupirait d'aise quand il passait le seuil ; j'inspirais un grand coup tout en serrant les poings quand j'entendais claquer la porte de notre entrée". Ariane est partie dans l'urgence,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:07 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2012

La vérité sur l'affaire Harry Quebert

"Le don de l'écriture est un don non pas parce que vous écrivez correctement, mais parce que vous pouvez donner du sens à votre vie. Tous les jours, des gens naissent, d'autres meurent. Tous les jours, des cohortes de travailleurs anonymes vont et viennent dans de grands buildings gris. Et puis il y a les écrivains. Les écrivains vivent la vie plus intensément que les autres, je crois. N'écrivez pas au nom de notre amitié, Marcus. Ecrivez parce que c'est le seul moyen pour vous de faire de cette minuscule chose insignifiante qu'on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:53 - - Commentaires [114] - Permalien [#]
Tags : ,
12 novembre 2012

Ici ça va

"Le calme après la tempête. Une aube gorgée de bleu. Fraîche. Nouvelle. Le chien qui file en trombe entre mes jambes dès que j'ouvre la porte. Des battements d'ailes au loin. le bruit de la rivière. J'ai fait une tarte aux prunes ce matin. Pour Ema. Radio allumée, dans la cuisine, j'ai écouté un peu la litanie du monde. Ça faisait un moment que nous n'écoutions plus les infos. Je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout. J'ai eu l'impression d'être sous les dents d'un vampire. De me vider inexorablement de mes forces. J'ai éteint le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:06 - - Commentaires [74] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2012

La survivance

"Si nous voulions nous en sortir, il fallait sortir de nous. Plonger direct dans les sensations, dans la peur, dans la joie, être aux aguets, se transformer en une boule de présence au monde prête à jaillir. Il y a quelque chose d'excitant, de suffocant dans la lutte pour la vie : plus d'écran entre elle et nous. On devient la vie. Tous les hommes descendent de Darwin, me soufflait Sils qui avait lu Jules Renard". Jenny et Sils ont une librairie au milieu des vignes. Ils se sont comportés en cigales, sans souci du lendemain et ils... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:21 - - Commentaires [68] - Permalien [#]
Tags : ,

22 octobre 2012

Un repas en hiver

"Je mis mon nez dans la vapeur qui montait de la casserole. Ça commençait un peu. L'oignon et le saucisson me chatouillaient. La semoule était encore au fond, elle n'avait pas commencé à gonfler. C'est elle que nous attendions. Mais peut-être bien qu'avec l'étagère et le banc, ça suffirait, et qu'on aurait encore la table pour manger. Je retournai m'asseoir. Au bout d'un moment Bauer se mit à baisser la tête et à la redresser presque aussitôt. Il somnolait à petits coups, comme ça.  J'aurais bien aimé moi aussi." Trois soldats... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:11 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2012

Tous ensemble, mais sans plus

"Constance avait toujours cru que Yannick s'était coulé dans le moule Beau-Denivard et avait adopté le style Tête d'Or parce qu'il représentaient pour lui un idéal supérieur. Elle comprenait qu'il n'en était rien : il s'était adapté parce qu'il fallait bien que l'un des deux s'adapte, et ce ne pouvait pas être Constance. Elle pouvait vivre dans un orphelinat au Mali, mais elle ne pourrait jamais taper sur les épaules des gars du hand en buvant des bières, ni commenter les émissions de télé en avalant des pastis avec la famille de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:52 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : ,
10 octobre 2012

La déesse des petites victoires

"Que valaient leurs acrobaties philosophiques en regard du quotidien ? S'ils avaient été capables d'écouter, je leur aurait donné mon avis. Moi, je connaissais l'ordre du temps : dans l'enchaînement des points d'un ourlet, à la vaisselle lavée et rangée, dans l'alignement des piles de linge, repassé, à la cuisson parfaite d'une tarte qui embaume. Quand vous avez les mains dans la farine, rien ne peut vous arriver. J'aimais l'odeur de la levure, celle d'un ordre fertile. Je croyais en cet ordre de la vie à défaut de lui donner un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:41 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags : ,
12 septembre 2012

Le vase où meurt cette verveine *

"Il ne supporte pas qu'on lui tienne tête, ce sont souvent des raisons aussi simples que celle-là qui nous mènent et nous poussent dans nos agissements. Pour couper court à ses mines de curé en mal de chaire, je lui ai rappelé que tous les docteurs ne t'avaient encore guérie de rien, tandis que j'avais su te préserver de beaucoup. Et qu'à tout prendre, c'était encore moi qui avait une longueur d'avance. Il faut bien que l'expérience serve à quelque chose, lui ai-je dit avant de répéter cette phrase que tu m'avais écrite un jour :... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , , ,