30 avril 2018

Saisons de voyage

"Les visages hirsutes préservés de la poussière par des fichus étalaient du bitume fumant et remuaient des graviers. Je n'étais pas venu au Tibet pour ces travailleurs han, dépaysés sur le toit du monde. Il me semblait alors que j'aurais dû leur tenir rigueur d'oeuvrer ainsi à l'agonie du Tibet chéri de l'Occident. Mais on nous offrait un bol de nouilles dans une hospitalité sincère et des sourires par poignées. Je découvrais qu'on pouvait condamner une politique tout en ressentant une profonde empathie pour ceux qui la servent. La... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:26 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

27 avril 2017

Chroniques de l'Occident nomade

"J'ai envie d'écrire, j'ai l'intention de vous dire tout ce qui est dicible. Le reste, vous le déduirez. C'est à force de ce genre d'aphorisme qu'on comprend ce qu'a voulu dire un auteur. Je me revois parfois dans rues de Vienne avec une minuscule Australienne rousse et deux autres filles anglophones dont je ne visualise plus le visage. La rousse avait un visage de chiot, revenait de Thaïlande et voulait depuis deux pays me refiler un pantalon thaï ouvert sur les côtés dans lequel j'avais l'air d'une grande blonde en couche-culotte de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:31 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 février 2017

Sur les chemins noirs

"Au lieu-dit "La Fontaine", une vieille dame claudiquait devant un mur non jointoyé. A son bras, un panier de mûres. Elle leva les yeux et c'était le regard que je cherchais, paysan, dur, luisant de vieux savoirs. Elle appartenait à cette catégorie de gens pour qui la santé des prunes est un enjeu plus important que le haut débit". Comme vous le savez sans doute, Sylvain Tesson est tombé d'un toit un jour d'août 2014. Grièvement blessé, il a passé un an à l'hôpital et s'en sort "bancal, le corps en peine, avec le sang d'un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:49 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : ,
18 janvier 2017

Sauvage par nature

"Du jour où j'arrive à Nina, je me trouve confrontée aux Hans agressifs. On m'accoste en me demandant si je pratique avec préservatif ! Il faut savoir qu'une femme seule est considérée comme une prostituée dans la Chine profonde. Les hommes aux cheveux gominés noir corbeau me dévisagent, font discrètement demi-tour et m'observent. Je quitte Nina après une bonne douche, avec l'impression qu'on m'observe, et cette sensation ne me quittera plus jusqu'au jour où je surprends un paysan, qui labourait son champ avec un buffle, en train... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:39 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 novembre 2016

Comme une feuille de thé à Shikoku

"Je voudrais te transmettre le frisson des départs dans l'allégresse des matins silencieux*". La lumière est encore enveloppée d'une légère nuit bleue. Mes pas se font velours dans cette nature qui s'éveille. Mes bâtons chuchotent en accompagnant les balbutiements du lever du jour. Voilà  une nouvelle aurore qui pointe avec audace à travers le voile noir de la nuit, clamant qu'hier n'est plus et qu'aujourd'hui est à réinventer. Constat joyeux qui me porte et n'a de cesse de me nourrir chaque jour davantage".* Xavier Grall ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:14 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2016

Entre deux mers

"Toute la journée du lendemain se déroule dans et autour du cirque des Boutières, entre le Mézenc et le Gerbier-de-Jonc. De plusieurs kilomètres de diamètre, le cirque, dont le fond est constitué de grasses prairies accidentées, coupées de petites failles et de bourrelets herbeux, est constellé de sucs qui saillent sur ses pentes et l'entourent sur ses bords. Il mérite de figurer au Panthéon des plus beaux sites de notre pays qui n'en manque pas, et constitue le cinquième de mes coups de coeur paysagers entre deux mers, après le cap... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:14 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2016

Pensées en chemin

"L'orage de la veille a fait place à une belle matinée ensoleillée dont la chaleur croissante fait se lever des prés et des bois une brume odorante dans laquelle je distingue les senteurs d'aubépine, d'ortie, d'herbe coupée et, surtout, de genêt. Plus bas, la floraison de ces arbustes d'or arrive à son terme, mais tel n'est pas le cas en montagne où leur éclat dans la lumière matinale est éblouissant. Dès que l'ardeur solaire a dissipé la fraîcheur de la pluie de la veille et de la nuit, ils exhalent une odeur épicée qui évoque un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:41 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,
20 août 2015

Vers Compostelle

"Souvent, dans les villages, nous trouverons devant les maisons la récolte du potager ou, parfois, une thermos de café et des biscuits. Et à côté, une coupelle. C'est, à chaque fois, un vrai plaisir de se nourrir de ces offrandes et de laisser en échange la mitraille qui ballotte au fond des poches. L'Espagne suffoque, aussi est-ce l'époque de la débrouille. Dans un sens, le dépouillement éphémère des pélerins est une insulte à la misère que nous rencontrons partout et qui, elle, n'a rien de provisoire". Je ne compte plus le nombre... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:50 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 mai 2015

J'irai jusqu'à la mer

"Certains ont des envies d'île déserte, d'autres veulent gravir des sommets ou se réfugier dans le silence d'une retraite boudhiste. D'autres encore rêvent de décrocher la lune ... Moi, je veux juste marcher pour renaître au monde. Marcher pour traverser le territoire, celui auquel j'appartiens, redécouvrir un pays où j'ai failli mourir et dont, j'en prends conscience pas après pas, je ne connais en définitive pas grand chose". Après un grave accident de la circulation, un coma et l'incertitude de remarcher un jour,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2015

Monologues de la boue

"Elle imaginait une expérience de la liberté. De ton côté, tu ne parles pas de liberté. Tu vis une sorte de négociation permanente, une négociation entre ta fatigue, l'envie de regarder, la nécessité d'avancer pour trouver un endroit plus confortable pour marcher ou pour passer la nuit. Une négociation permanente entre le paysage ouvert devant toi, ce qu'il te propose comme coin pour lire ou te laver, comme endroit d'où regarder ou rêver, et ce que la carte, l'heure ou les nuages promettent". Trois été successifs, la narratrice... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 15:27 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,