22 mars 2013

Entre amis

"Dans dix ou vingt ans, nous serons plus tolérants, affirma Nina. Aujourd'hui, les ressorts sont si tendus que la machine vibre de partout. Les anciens pionniers sont en fait des croyants ayant abjuré la religion de leurs ancêtres pour en adopter une nouvelle, pleine de péchés, de fautes, d'interdits, de règements inflexibles. Ils sont toujours pétris de dévotion, seulement ils ont troqué leur foi contre une autre. Marx incarne leur Talmud, l'assemblée générale la synagogue et David Dagan leur rabbin. J'imagine très bien certains... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 15:51 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : ,

07 janvier 2013

Gare au feu

"Quand je pense à l'amour, et comment tout a commencé pour nous, je vois une maison au bord d'un lac, et nous étendus sur un lit, la peau comme le glissement uni de deux soiries jumelles. Je me rappelle le store vénitien, et les lattes de lumière qui brillaient à travers, rayons de lune mais aussi de soleil, parce que c'était notre façon de vivre, nous étions dans ce lit nuit et jour. C'était l'époque, aussi, où je me suis prise de passion pour un écrivain qui, vivait près d'un lac, et faisait l'amour avec un homme dans une pièce où... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:34 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2012

Nouvelles contemporaines

"Il inspectait son manège mais ses pensées prenaient toujours le large. Il pensa à la serveuse de l'Escale. Un joli brin de fille, gentille comme tout. Deux jours avant, elle était venue le voir pour lui rappeler l'heure qu'il était, et puis elle s'était enfuie. Elle le croyait gâteux, c'était sûr, mais enfin elle avait le coeur au bon endroit. Ce soir aussi, il l'avait vue regarder vers le manège avec un oeil soupçonneux. Forcément, elle ne pouvait pas savoir que le vieux Gaston, il attendait quelqu'un". Trois auteurs ont été réunis... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:23 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
01 décembre 2012

Le diable à la langue fourchue

Comme chaque année maintenant, les Editions Gallmeister nous offre une courte nouvelle de Craig Johnson, ainsi qu'un extrait de son prochain romain "Dark Horse" qui sortira le 7 février prochain. Vous pouvez les trouver gratuitement dans toutes les bonnes librairies, ou les télécharger sur le site de l'éditeur. Bon week-end.
Posté par aifelle1 à 06:24 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2012

Tous ensemble, mais sans plus

"Constance avait toujours cru que Yannick s'était coulé dans le moule Beau-Denivard et avait adopté le style Tête d'Or parce qu'il représentaient pour lui un idéal supérieur. Elle comprenait qu'il n'en était rien : il s'était adapté parce qu'il fallait bien que l'un des deux s'adapte, et ce ne pouvait pas être Constance. Elle pouvait vivre dans un orphelinat au Mali, mais elle ne pourrait jamais taper sur les épaules des gars du hand en buvant des bières, ni commenter les émissions de télé en avalant des pastis avec la famille de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:52 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juin 2012

C'est rien çà va passer

"Il a raccroché, est sorti de son studio, a traversé le jardin, marchant par inadvertance sur la bordure des lobélies et capucines, a lancé, O pardon - mais les lobélies n'entendent pas, les capucines font la sourde oreille. Le monde est vide sans les humains qui pourtant ne l'habitent qu'à peine - a-t'il murmuré, l'air morose". Vingt nouvelles, dont certaines très courtes. Des chutes souvent abruptes et cruelles, suaves parfois dans leur cruauté. Comme j'aime quoi ! A l'exception d'un ou deux textes qui m'ont paru un peu... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:54 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2012

Tous nos petits morceaux

Douze nouvelles avec pour fil conducteur les miroirs. Miroir qui sert à vérifier le dernier souffle d'un vivant, miroirs relégués au grenier, psyché reflétant de successives beautés, celui qui est témoin de la déroute d'une jeune fille trop naïve, c'est toujours l'humain que scrute Emmanuelle Urien avec son habituelle acuité. Le truchement des miroirs, point de vue original, met un peu en sourdine la cruauté sous-jacente, ce sont pourtant toujours les mêmes petits faits passés à la loupe et débouchant sur des drames plus ou... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:30 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2011

Court, noir, sans sucre

"Les tempêtes, jusque là, ce n'était pas son genre : Marie-Claire a toujours fait profil bas, elle a la patience d'une plante verte qui attend d'être arrosée, stigmatisant la négligence de son entourage en s'étiolant sans bruit dans le petit coin où elle a choisi de prendre racine. Elle dépérit sans faire de vague, la discrétion est le prix à payer quand on vit aux dépens des autres. Le prix doit lui convenir, elle ne s'est jamais plainte". Quinze petites nouvelles. Le titre du recueil est parfait. La dernière gorgée est amère. Des... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:30 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :
19 octobre 2011

Les encombrants

"Je ne dis presque rien, quand ils sont là. Mais je comprends leurs mots, et ce qu'ils veulent dire.Je les entends, je les entends. Et elle ne répond rien, ma pauvre vieille barge. Elle garde son doux sourire et son oeil innocent, tout plein d'affection et de sollicitude. Elle fait la sourde oreille. Il en faut, pour ne pas la sentir, l'avarice du coeur, chez l'autre, et même quand on aime. Il en faut.Est-ce qu'elle ne voit rien ? Vraiment rien ?" Sept petites nouvelles sur les encombrants, entendez par là le 3e âge, voire le 4e,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:54 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,
06 novembre 2009

L'amour est très surestimé

"Nous allons dire aux enfants que leur vie va changer, avec des mots trompeurs et lâches, dire qu'ils ne doivent pas être inquiets. Leurs parents les aiment, c'est ce qui compte, allons-nous répéter. Leurs parents sont laminés, épuisés par les nuits sans sommeil, les tentatives de sauvetage, les longs tunnels comateux, l'espoir enfui, mais leurs parents vont se tenir devant eux, presque souriants, et vont prononcer deux phrases, tout au plus, deux ou trois phrases composées tout spécialement pour l'occasion, un enchaînement de mots... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 14:06 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :