19 août 2016

Entre deux mers

"Toute la journée du lendemain se déroule dans et autour du cirque des Boutières, entre le Mézenc et le Gerbier-de-Jonc. De plusieurs kilomètres de diamètre, le cirque, dont le fond est constitué de grasses prairies accidentées, coupées de petites failles et de bourrelets herbeux, est constellé de sucs qui saillent sur ses pentes et l'entourent sur ses bords. Il mérite de figurer au Panthéon des plus beaux sites de notre pays qui n'en manque pas, et constitue le cinquième de mes coups de coeur paysagers entre deux mers, après le cap... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:14 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2016

Pensées en chemin

"L'orage de la veille a fait place à une belle matinée ensoleillée dont la chaleur croissante fait se lever des prés et des bois une brume odorante dans laquelle je distingue les senteurs d'aubépine, d'ortie, d'herbe coupée et, surtout, de genêt. Plus bas, la floraison de ces arbustes d'or arrive à son terme, mais tel n'est pas le cas en montagne où leur éclat dans la lumière matinale est éblouissant. Dès que l'ardeur solaire a dissipé la fraîcheur de la pluie de la veille et de la nuit, ils exhalent une odeur épicée qui évoque un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:41 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,
27 mai 2016

Rien où poser sa tête

"Un fond de sadisme doit être caché en tout homme pour se dévoiler lorsqu'une occasion s'en présente. Il suffisait qu'on ait donné à ces garçons, somme toute paisibles, le pouvoir abominable de chasser et de traquer des êtres humains sans défense pour qu'ils remplissent cette tâche avec une âpreté singulière et farouche qui ressemblait à de la joie". Je pense que vous connaissez l'histoire singulière de ce texte, écrit à chaud en 1943-45 et retrouvé récemment dans un vide-grenier (les détails ici). L'auteure, une parfaite inconnue, y... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:27 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
24 mai 2016

Le garçon sauvage

"Je rouvris les yeux après m'être assoupi je ne sais combien de temps - une demi-heure, deux heures, peut-être trois ? Dans le ciel, la lune s'était couchée, et mon feu n'était plus qu'un tas de braises incandescentes. Sous mon dos, le sac de couchage était trempé de rosée. Le cou endolori par la position dans laquelle je m'étais endormi, je me levai, allai m'asperger le visage à la fontaine, et l'eau glacée de la nuit me réveilla aussitôt. J'hésitais entre aller au lit ou ranimer le feu et attendre l'aube qui ne devait plus... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:35 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2016

Nuit de septembre

"Tu ris presque autant qu'avant. Si tu reviens trois ou quatre mois en arrière, si tu compares, alors c'est vrai, tu dis à peu près autant de bêtises qu'autrefois.Cependant, lorsque de bonnes nouvelles se profilent - puisqu'elles existent toujours, dirait-on, les bonnes nouvelles - tu ne sais que faire de la liesse qui te vient. La dynamique des fluides a perdu ses chemins, comme si la joie donnée ne pouvait fouir plus loin que la surface de ta cervelle et de ta peau. A l'intérieur, pas très profond, deux millimètres, le système est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:48 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
25 avril 2016

Biographie de la faim

"Etait-ce parce que j'avais treize ans et demi, l'âge où les besoins alimentaires sont les plus démentiels ? La faim fut lente à mourir au creux de mon ventre. Son agonie dura deux mois qui me parurent un long supplice. La mémoire fut autrement facile à mettre au pas.Après deux mois de douleur, le miracle eut enfin lieu : la faim disparut, laissant place à une joie torrentielle. J'avais tué mon corps. Je le vécus comme une victoire époustouflante". De la célébrissime Amélie, je ne lis que les écrits autobiographiques. Celui-ci... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:00 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2016

Mémoire de fille

"Ce n'est pas à lui qu'elle se soumet, c'est à une loi indiscutable, universelle, celle d'une sauvagerie masculine qu'un jour ou l'autre il lui aurait bien fallu subir. Que cette loi soit brutale et sale, c'est ainsi". La fille de 58. C'est ainsi qu'Annie Ernaux parle d'elle dans ce livre. 58, c'est dix ans avant 68. "Un siècle" ! disait l'auteure hier au micro de Vincent Josse (France-Musique) et je suis d'accord avec cette réflexion. Même si je suis plus jeune qu'elle, j'ai connu aussi l'avant 68 et je n'aime pas me souvenir... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:09 - - Commentaires [94] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2016

Le charme discret de l'intestin (Livre audio)

Je crois que tout le monde a entendu parler de ce livre d'une jeune doctorante en médecine allemande, qui s'est vendu plus de 500 000 exemplaires en France. Je suis la cible idéale pour ce genre d'ouvrage, vu que mon intestin et moi sommes en grande délicatesse depuis bientôt trois ans. Aussi ai-je accepté sans hésitation l'offre qui m'était faite de l'écouter en version audio. Je ne partais pas complètement ignorante sur le sujet, j'ai eu le temps de creuser la question depuis trois ans, je ne peux pas dire que j'ai appris... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags : ,
19 novembre 2015

La fabrication de l'aube

"C'est de ma mère que j'ai appris à vivre lentement. Les matins d'été, à la maison familiale, elle venait souvent s'asseoir sur la balcon. Je l'y rejoignais, elle me disait : "écoute cet oiseau dans l'orme ; c'est le même que j'ai entendu hier, et avant-hier encore. Il a ses habitudes". J'avais dix, douze ans. Je tendais l'oreille sur le monde, et le monde me renvoyait sa rumeur chantée. C'était avant que je ne perçoive le fracas venu du fond de la terre, charriant avec lui la colère des peuples entrechoqués, le bruit de la bêtise... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:24 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 novembre 2015

Tout ce qui compte en cet instant

"Et que faites-vous ici exactement ? Je me tourne vers cette femme qui vient de visiter longuement la Demeure sans Limites ; elle a le regard direct, le geste expansif et plein de générosité. A travers ses yeux, je vois le jardin potager, encore plein de légumes et de fleurs, la solide maison de pierres grises et à côté un tas de bois coupé, qui aurait déjà dû être rangé, mais dans l'ensemble, les lieux sont accueillants, même après la sécheresse. Les visiteurs nous posent souvent cette question et j'explique notre horaire, alternance... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :