17 juin 2020

Vers la beauté, toujours !

"Ce jour-là, à Nantes, autour de la table, entre autres convives concernés par la question de la décroissance, il y a Oliver Gallmeister, Rick Bass, Pete Fromm et Doug Peacock. Doug Peacock ! Mon anglais est lamentable et dans l'après-midi je n'ai osé lui parler. Oui, Doug Peacock, celui-là même qui a inspiré le personnage de Hayduke dans le Gang de la clef à molette. J'ai l'impression que Edward Abbey est avec nous. Jennifer Lopez peut aller se rhabiller !" Depuis le temps que je voulais découvrir cet auteur c'est fait, et j'ai... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:07 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2020

Les listes d'Elisabeth

"Lire le carnet de listes d'Elisabeth est une façon de faire surgir de la poussière et de l'encre une personne que je n'ai jamais connue. Bien sûr, l'idée que j'ai d'elle a été influencée par les histoires, les photos, les journaux et autres sources évocatrices qui nous servent à créer un collage interne de quelqu'un. Je me retrouve à pleurer le fait que je n'ai aucun souvenir à moi d'elle ni des objets qu'elle mentionne. Je ne peux regarder la liste de ses vêtements et me dire : "Voici le foulard jaune qu'elle a porté à mon... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:59 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2020

Le consentement

"Pourquoi une adolescente de quatorze ans ne pourrait-elle aimer un monsieur de trente-six ans son aîné ? Cent fois, j'avais retourné cette question dans mon esprit. Sans voir qu'elle était mal posée, dés le départ. Ce n'est pas mon attirance à moi qu'il fallait interroger, mais la sienne." J'ai lu "le consentement" avant l'avalanche de réactions que nous voyons ces jours-ci, donc l'esprit assez libre. Je me souviens parfaitement de l'émission "Apostrophes" où j'avais été écoeurée par les propos de Gabriel Matzneff et admirative... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags :
02 décembre 2019

Hautes solitudes

"Changement de décor. Nous abandonnons les pâleurs crayeuses striées d'ocre brun, nous pénétrons maintenant dans une symphonie verte, un Eden de gaudres, roubines et prés ponctués de potagers, vergers et lopins maraîchers. Nous cheminons au nord, là où grâce à la bénédiction des eaux abondent les prairies grasses, encloses de cyprès et de peupleraies brise-vent. Les meneurs de troupeaux vénèrent cette profusion d'herbes, fromental, dactyle, lotier, trèfle rouge et blanc, minettes et vesce. A l'automne, ils engraissent cette herbe... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:19 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
28 novembre 2019

Le ballet des retardataires

"C'est de nouveau à moi. Je lève les bras, frappe le tambour. Le son est plus net, plus fort, plus régulier, plus rapide. La douleur dans mes mains disparaît. Je m'habitue aux vibrations. Mon corps chauffe et sue. Encouragée par les cris des uns et des autres, je tape, je tape, je me détends sans me ramollir, mes yeux fixent le centre du taïko. La salle se remplit de nos voix et de nos frappes. Je ne sais plus d'où provient le son, qui le crée. Moi, le groupe, le taïko lui-même qui a sa vie propre ? Les gouttes de sueur coulent sur... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:00 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2019

Traité de la cabane solitaire

"Le thé appelle la vision de cabanes, de montagnes et de déserts, de voyages et d'horizons lointains, de rencontre entre voyageurs. Dans la solitude, il incite à la réflexion, à la méditation et au souvenir. Même lorsque nous sommes seuls, les gestes rituels du thé nous relient aux autres hommes. Lorsque, près de sa cabane, on fait chauffer l'eau sur la braise dans une bouilloire de fonte, le monde est vaste et sans limites". J'ai découvert l'auteur l'an dernier avec "Ma vie dans les monts" et j'ai eu envie de continuer par cette... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2019

A la ligne

"Le capitalisme triomphant a bien compris que pourexploiter au mieux l'ouvrierIl faut l'accommoderJuste un peuA la guerre comme à la guerreRepose-toi trente minutesPetit citronTu as encore quelque jus que je vais pressurer" J'ai enfin lu le roman (récit ?) qui fait beaucoup parler de lui depuis la rentrée de janvier. Billet après billet j'avais compris que la forme était particulière, mi-prose, mi-vers, ce qui ne me paraissait pas évident. En fait, c'est un style de narration qui permet d'entrer tout de suite dans le vif du sujet,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:59 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2019

533 Le Livre des jours

"Sur 533 jours, entre le 1er août 2014 et le 15 janvier 2016, Cees Nooteboom, romancier, essayiste, poète, passe le monde au crible de son écriture, dans la plus totale liberté. Pensées, voyages, souvenirs, (re)découvertes littéraires, musicales, botaniques, actualité internationale tumultueuse et souvent confondante - de l'île de Minorque, où il séjourne chaque année à la belle saison, au sud-est de l'Allemagne, où il s'installe l'hiver, l'auteur arpente le monde avec une curiosité et un engagement sans cesse renouvelés, un recul... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:57 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2019

Ce nom qu'à Dieu ils donnent

"Qui n'a pas connu de ces nuits d'effroi, où les tempêtes se font intimes et les désespoirs indicibles ? Qui n'a pas connu la peur de ne plus être, la peur de mourir, ou celle, plus terrible, d'être indigne, d'être défait, d'être découvert ? Nous sommes de craintes et de regrets, nous sommes de colère et d'envies, nous sommes humains et bêtes à la fois, dans la terreur de disparaître et de n'être pour finir qu'un patronyme sur une liste, sur une plaque, sur une pierre tombale. Qui se souviendra de nous ? Qui portera notre nom à sa... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:46 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :
03 janvier 2019

Le pèlerin de Shikoku

"Lorsque, après une longue marche, j'arrive sans transition au coeur d'un site magnifique, au sommet d'une montagne qui abrite plusieurs temples majestueux, mes sens aiguisés sont à fleur de peau. Je suis un organisme extrêmement sensible quand je franchis la porte d'enceinte du temple, j'en perçois d'autant plus la beauté et toute la subtilité. Tout me semble judicieusement disposé. La pagode, les sculptures, les lanternes sont à leur juste place et, à chaque fois, cette acuité déclenche un choc esthétique. Il y a là une parfaite... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:11 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :