30 mars 2018

Les invisibles

"En particulier, il est difficile à Ingrid de regarder son père. Heureusement qu'elle le connaît car, sinon, Ingrid pourrait croire qu'il a peur, et il n'a jamais peur. Un îlien n'a pas peur sinon il ne peut pas vivre dans un endroit pareil, il lui faut prendre ses cliques et ses claques, déménager et s'installer dans un bois ou dans une vallée, comme tout le monde. Ce serait une catastrophe, un îlien a l'esprit sombre, il n'est pas raide de peur, mais de sérieux". ClaudiaLucia évoquait un magnifique roman à propos de ce livre et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:38 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

07 février 2018

Il n'en revint que trois

"L'été passa, riche en journées étonnamment chaudes. Le ciel était limpide et ensoleillé. La douceur de l'air plongeait les gamines dans un état d'esprit tout aussi radieux. Elles décidèrent de faire le grand ménage dans la maison avant l'hiver et d'en nettoyer jusqu'au moindre recoin. Elles ouvrirent les portes et les fenêtres pour laisser les dernières brises tièdes de l'été balayer les sols et débarrasser les lieux de leur humidité. Le beau temps ne durait toutefois jamais assez longtemps pour qu'elles puissent mener à bien... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2017

Des chemises comme s'il en pleuvait ..

"Kaarina Kaikkonen est l'une des pionnières de l'art environnemental en Finlande. Ayant travaillé depuis le début de sa carrière avec des objets du quotidien, elle commence à créer au milieu des années 80, de nombreuses oeuvres monumentales in situ, réalisées à partir de vêtements recyclés, notamment des chemises d'homme, symbole d'un père disparu prématurément. A l'invitation du musée des Beaux-Arts de Caen et du festival, l'artiste propose une installation pensée pour le hall d'entrée du musée et mettant en scène des chemises... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:13 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 décembre 2017

J'ai toujours ton coeur avec moi

"Aussi loin que je me souvienne, maman a toujours brûlé de l'intérieur. Comme Narcisse, elle était en quête de sa propre flamme. Du feu originel. Dans ma jeunesse, elle possédait les pouvoirs caractéristiques du phénix. Un oiseau millénaire qui bat des ailes et renaît de sa propre déchéance. Régulièrement, elle rejaillissait des cendres, belle et fraîche, le soleil éclairant son visage. Impossible d'endurer la vie avec de tels personnages. Terre calcinée et odeur de brûlé à chaque pas". Si vous n'aimez que les histoires... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 novembre 2017

La femme de l'ombre - Tome 2

"Il était tard. Endormi dans son fauteuil, il fut réveillé en sursaut par des bruits de pas et des craquements. Il entendit quelqu'un se cogner à une table et vit en un éclair le sac que son assaillant lui lançait sur la tête. Brusquement, tout devint noir et les coups se mirent à pleuvoir. Il essaya d'appeler à l'aide et se débattit, mais les coups redoublèrent d'intensité et il abandonna la lutte". Dans ce deuxième volume de la trilogie, nous retrouvons les enquêteurs du premier tome, Flovent et Thorson. Ils se... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 novembre 2017

Dans l'ombre - Tome 1

"Ceux que j'ai vus ? Il y avait un Anglais, répondit le voisin, sûr de lui. Un soldat britannique ... mais il n'était pas le seul ... je ... je n'en sais pas plus, vous savez. Ma voisine du dessus, celle qui a vu Vera se sauver comme une voleuse dans la nuit, eh bien, elle nous a dit qu'elle était partie avec un Anglais. Un soldat britannique. Enfin, un de ces militaires. Bref, elle s'est trouvé un soldat." Premier volume d'une trilogie, "Dans l'ombre" se déroule en Islande, en 1941. L'île est occupée par les Britanniques et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 août 2017

L'été infini

"Ils demeurèrent le reste de la soirée et toute la nuit dans le grand salon, devant l'âtre vide, froid, sombre. Il ne fallu guère de temps au cadet puis à l'aîné des deux petits frères pour s'endormir et poser leur tête sur chacune des cuisses de la mère. Lorsque la fille demanda à une unique occasion la permission d'aller aux toilettes, le beau-père introduisit la clé dans la serrure et déverrouilla la porte, non sans indiquer à la mère que si elle aussi voulait y aller c'était maintenant, mais celle-ci secouant la tête pour seule... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:35 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,