02 décembre 2015

Neverhome

"Le fait de rester debout en ligne dans votre uniforme bleu vif, le visage répugnant et la tête grouillant de poux, à compter les morts accumulés parmi vos connaissances tout en vous faisant tirer dessus sans arrêt, ça change votre façon de voir les choses". Il est dit que je ne terminerai pas l'année sans un gros coup de coeur de la rentrée littéraire, enfin. Le genre qui vous emporte, vous fait vibrer, vous fait tourner les pages sans vous soucier d'avoir faim ou sommeil (j'exagère à peine). Constance vit dans la ferme qu'elle a... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:09 - - Commentaires [77] - Permalien [#]
Tags : ,

28 août 2015

Illska

"Nous ne savions pas, proclamaient les pancartes sorties par les Allemands dans les rues et sur les places les journées qui suivirent la fin de la guerre. C'était clair et net : Nous ne savions pas. La formule ne précisait pas la nature de ce qui avait échappé à leur attention. Le monde, la guerre, le nazisme. La phrase était dénuée de complément d'objet. Les Allemands ne clamaient pas leur innocence, du reste ça n'aurait pas servi à grand-chose, ils étaient vaincus. Ils déclaraient une ignorance qui n'avait aucune limite : Nous ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:52 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,
13 août 2015

Immortel, enfin

"Au milieu des trente convives, un petit nouveau qui a l'air hagard ; Jean Denoël le pilote dans cette assemblée beaucoup plus âgée que lui. Il s'appelle Patrick Modiano. Beau visage fiévreux juché sur un corps inexistant, on dirait une tour Eiffel qui aurait des cheveux longs et un regard intelligent. Ce grand garçon maigre de vingt-trois ans vient de publier un court roman, La place de l'Etoile, qui a obtenu le prix Roger-Nimier. Ce gamin est incollable sur des années qu'il n'a pas vécues ; Paul a compris qu'ils étaient hantés par... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:33 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,
04 août 2015

Ce sont des choses qui arrivent

"En ce printemps 1943, le plus grand plaisir des Sorrente consiste à se rendre à Groussay, ou Charles de Beistegui, protégé par son statut d'attaché à l'ambassade d'Espagne, reçoit dans un luxe digne de l'avant-guerre. Hormis l'angoisse que procure à Natalie la nécessité de se munir à l'avance de suffisamment de morphine pour ne pas en manquer une fois installée à Montfort-L'Amaury, ces séjours sont un délice. Personne ne sait comment sa table est toujours si bien garnie ni comment son enthousiasme pour les travaux d'embellissement du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:50 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,
22 juillet 2015

Lola Bensky

"Oui, les enfants des victimes et ceux des coupables partageaient ce legs. Ils avaient tellement de choses en commun, ayant grandi avec un passé aussi omniprésent qu'incompréhensible. Un passé qui ne semblait souvent avoir aucun sens, parce qu'il était en grande partie dissimulé, ou à demi formulé, ou suggéré par des vagues allusions. Un passé qui était fait d'articles, de particules, de pronoms sortis de la bouche des adultes en dépit de leur volonté, de bribes de phrases étranglées, brouillées, disséminées." Nous faisons la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mai 2015

D'argile et de feu

"Lorsque mes yeux distinguent à nouveau le tesson brun et gris, je me lève en titubant, avec la certitude que je ne prendrai pas la route. Je le sais, exactement de la même manière que j'ai su qu'il fallait fuir l'appartement blanc. A ce moment-là, je ne sais rien encore de Marie Prat. Je ne connais pas encore le géomètre. Il y a juste cette argile noire qui a guéri mon pied, et ce tesson qui fait revenir la garrigue. Pourtant mes pieds parlent, une fois encore. Ils disent que la terre noire est devenue une partie de moi, et que... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:42 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mai 2015

Irmina

Inspiré de la vie de la grand-mère de l'auteure, l'album Irmina se déroule des années 1930 aux années 1980, d'abord en Angleterre, puis en Allemagne et à la Barbade. En 1930, Irmina est une jeune femme qui rêve de travailler et de devenir indépendante ; elle se rend à Londres pour prendre des cours de dactylo et espère y rester. Ambitieuse, travailleuse, elle se frotte à un autre monde, notamment à travers Howard, un brillant étudiant d'Oxford, originaire de la Barbade. Mais les évènements historiques que l'on sait se précisent,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:39 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2015

Rêves oubliés

"L'autre matin, il y avait sur la table un petit bol qu'il avait fait pendant la nuit pour ne pas perdre la main. Le bol était beau, mais il y avait en lui quelque chose de triste, presque de tordu. J'ai ravalé mes larmes. Aïta m'a dévisagée longuement avant de me dire que c'était une coupe à nostalgie. Et soudain, nous avons été pris d'un fou rire inexplicable qui a fait voler en éclats nos inquiétudes". 1936. Aïta, sa femme Ama et ses trois fils, sont obligés de quitter l'Espagne en catastrophe au début de la guerre... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:37 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2015

Juste avant le bonheur

"Alors, la princesse elle est sacrément désabusée. La princesse, elle a envie de dire merde à cette moitié de l'humanité qui pense que la testostérone donne des droits à disposer de l'autre moitié". Julie, caissière dans un supermarché n'a pas eu la vie facile jusqu'à présent. Elle ne croit plus guère aux contes de fées. Son unique rayon de soleil est Lulu, bambin de trois ans qu'elle élève seule. Un odieux petit chef la harcèle, elle n'arrive pas à joindre les deux bouts, elle est fatiguée Julie. Mais voilà que passe par là un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:14 - - Commentaires [72] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2015

Peut-être Esther

"Lorsque Lida, la soeur aînée de ma mère, est morte, j'ai compris ce que signifiait le mot Histoire. Mon désir de savoir était mûr, j'étais prête à faire face aux moulins à vent du souvenir, et puis elle est morte. Je suis restée le souffle coupé, prête à questionner ; si ç'avait été une bande dessinée, ma bulle aurait été vide. L'Histoire, c'est quand il n'y a soudain plus personne à questionner, seulement des sources. Je n'avais plus personne à interroger qui pouvait encore se rappeler cette époque. Il me restait des bribes de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:58 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,