16 mai 2019

Les huit montagnes

"Ce que je tenais à protéger, c'était ma capacité à rester seul. Il m'avait fallu du temps pour m'habituer à la solitude, en faire un lieu où je pouvais me laisser aller et me sentir bien, mais je sentais que notre rapport était toujours aussi compliqué. Je rentrais à la maison comme pour regagner cette assurance". J'arrive après tout le monde sur cette lecture, tellement je craignais la déception après "Le garçon sauvage". J'avais tort, la forme romancée m'a plu autant que le récit. On pourrait dire d'emblée que la montagne est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:32 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mai 2019

Une fille, qui danse

"Le caractère évolue-t'il avec le temps ? Dans les romans, bien sûr : sinon, il n'y aurait guère d'histoire. Mais dans la vie ? Je me le demande parfois". Tony Webster est un homme d'une soixantaine d'années. Il vit dans la banlieue de Londres, est divorcé et retraité. Il a gardé de bonnes relations avec son ex-femme et voit sa fille de temps à autre. Il a mené une existence assez terne, il aime la tranquillité et ne pas être trop bousculé. Une lettre reçue va bouleverser sa routine et lui faire réviser une partie de son passé, sa... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : ,
08 avril 2019

A qui se fier ?

"Prenons la cigarette par exemple. Le fumeur en plein sevrage ne pense généralement plus qu'à ça, au point d'aller se coucher avec les poules pour enfin relâcher la pression. Impossible de craquer par inadvertance dans de telles conditions. Mais que dire quand on a fait ses preuves, quand on en oublie - ha, ha, c'était une autre époque - qu'on a été fumeur ? On gomme aussi de sa mémoire le sevrage si douloureux et à l'improviste, on peut se redécouvrir une cigarette à la main sans savoir d'où est sortie l'allumette ! Qui pourrait... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:50 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2019

Une immense sensation de calme

"Un soir, Baba m'avait parlé de l'ancien monde. D'habitude ceux qui l'avaient connu se taisaient. La guerre avait laissé tellement de cicatrices qu'ils faisaient comme si rien n'était arrivé. Comme si personne n'avait jamais disparu. Pourtant, au détour des forêts, on tombait encore sur des carcasses de tanks que le Comité avait oublié de déblayer. Les cours d'histoire ne remontaient pas au-delà de cinquante ans. Avant, ce n'était que légende. Notre génération était la première née après le Grand-Oubli. Nous supposions que beaucoup... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:28 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2019

Que la nuit demeure

"Toutes les digressions que je lui accordais, cette curiosité tendre dont je faisais montre à son égard, n'étaient que la manifestation de cette ambiguïté qui ne lui échappait sûrement pas. Sinon, elle aurait évité certaines confidences, certaines familiarités. Car, parfois, la complicité qui s'installait entre nous était si forte que ni l'un ni l'autre ne savions comment faire pour redevenir ce que nous étions : moi le flic, elle une présumée coupable". André Martin est un flic ordinaire, sans relief particulier, dont la vie s'est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:25 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,
26 février 2019

Le chapeau de Mitterrand

"Sur le chemin du retour, Pierre passa devant le banc, il hésita. Peut-être devrait-il y reposer le chapeau ? Son propriétaire pouvait revenir dans l'espoir de retrouver son bien. Une jeune femme qui poussait un landau s'arrêta, vérifia que le nouveau-né dormait profondément, s'assit et ouvrit Télé-Poche dont la couverture s'ornait d'un portrait kitsch de Joan Collins. Il était désormais difficile de s'approcher du banc, y déposer le feutre et partir en silence sans passer pour un dérangé, voire un maniaque fétichiste." Voilà un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:08 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2018

Jeu blanc

"Nous étions comme du bétail. C'est ainsi que nous étions traités. Nourris, abreuvés, contraints de porter notre fardeau quotidien et rentrés à l'abri pour la nuit. Quiconque s'esquivait ou se plaignait était battu devant tous les autres. C'était peut-être cela le plus grand crime : nous rendre complices en faisant de nous des témoins silencieux et impuissants. Parfois des garçons ou des filles parmi les plus âgés s'interposaient pour essayer d'interrompre une correction, mais ils étaient roués de coups jusqu'au sang et emmenés - on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:03 - - Commentaires [64] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 octobre 2018

Une vie entière

"La plupart du temps Egger se taisait pendant les courses. "C'lui qui l'ouvre, l'a les yeux qui s'ferment", avait coutume de dire Thomas Mattl, Egger partageait cet avis. Au lieu de parler, il préférait écouter les gens, dont les bavardages essoufflés l'initiaient aux mystères de destinées et d'opinions étrangères. Manifestement, les gens venaient chercher dans les montagnes quelque chose qu'ils croyaient avoir perdu ils ne savaient quand, longtemps auparavant. Il ne comprit jamais de quoi il s'agissait exactement, mais, les années... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : ,
26 septembre 2018

Le goût du large

"Chaque fois que j'entends le mot "migrant", je vois le visage de ce jeune homme. Il ferait un excellent capitaine de cargo. Je lui ai promis de raconter les Hazaras chez nous tant que je pouvais. Je m'exécute et le répète ici comme je vais le répéter à l'équipage philippin de mon cargo. Au coeur de l'Afghanistan subiste une zone fragile de paix, la région de Bamiyan, un merveilleux pays peuplé par des gens aux yeux bridés et aux pommettes hautes. On les appelle les Hazaras". Nicolas Delesalle est grand reporter. Il m'est arrivé de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,
04 août 2018

Snjór

"L'atmosphère dans le poste de police était presque visqueuse. Et pas moyen d'imaginer ouvrir une fenêtre, avec le vent qui faisait claquer les bardeaux, une neige de plus en plus épaisse et des températures bien en dessous de zéro. Ari Thór avait mal dormi ces dernières nuits. La visite de l'intrus le hantait encore, et plus encore, la peur panique à l'idée de se réveiller en pleine nuit, incapable de respirer". Rien de tel qu'une canicule pour se plonger dans une enquête tout au nord de l'Islande, là où la température descend... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:47 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , ,