23 août 2013

Les nuits mouvementées de l'escargot sauvage

"Des millions de siècles passés à voyager grâce aux animaux, à l'eau et au vent avaient amené la famille de mon escargot à coloniser les bois qui avoisinaient le lieu où je séjournais. C'est par hasard que la route de mon escargot avait croisé un chemin tracé par l'homme à l'instant précis où une amie - le genre d'amie qui s'arrête devant un escargot - passait par là. Le voyage inattendu de mon escargot, arrivé au pied de mon lit à dos d'homme, appartenait désormais à l'histoire des migrations des gastéropodes." L'auteure est clouée... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:43 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2013

Se perdre avec les ombres

"Le premier mot que j'ai entendu le jour de mon soixantième anniversaire, c'est aube. En ouvrant le dictionnaire, j'ai su que l'aube précède de peu l'aurore. De l'aube, on dit aussi, crépuscule du matin. Et le mot crépuscule associé au mot matin m'a comblée de joie. Un court instant, j'ai été plongée dans le ravissement d'une aube pareille à celles de mon enfance, que je connaissais parfois." 60 ans, pour l'auteur, c'est une étape symbolique importante, qu'elle se prend comme une claque. Elle éprouve le besoin de s'éloigner de sa... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:13 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
13 juin 2013

Remonter la Marne

"Le monde actuel a beau être quadrillé, il existe beaucoup de trous, de failles. Ce pays possède la grâce. Il a le chic pour ménager une multitude d'interstices, d'infimes espaces permettant de se soustraire à la maussaderie générale. Ce retrait, cette stratégie d'évitement face à l'affliction des temps sont à la portée de tous. Il suffit de ne pas se conformer au jugement des autres, à la prétendue expertise de ceux qui savent. Depuis mon départ, j'ai rencontré des hommes et des femmes qui pratiquent une sorte de dissidence. Ils ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:13 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2013

Des nuages et des tours

"Le soir quand il fait beau, les vieilles Chinoises sortent avec de nombreux paniers et s'installent pieds nus en tailleur sur les grosses bouches d'aération des tours d'habitation. La police vient les déloger, car il est interdit de pique-niquer entre Bologne et Londres, c'est le nom des tours d'ici. Elles commencent par ne rien comprendre, en leur souriant tout ce qu'elles peuvent. Puis, elles appellent une plus jeune qui traduit. Elles remettent leurs savates et rient dans leur langue maternelle, docilement. Là encore on ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:53 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2013

En plein coeur de la nuit

"Toute la question est là - une question que tu n'as jamais comprise s'agissant de moi. J'ai grandi dans le danger. Je suis ainsi programmé. La sensation du danger m'apaise. C'est récemment que j'ai compris que le bloc opératoire avait remplacé l'existence dangereuse qui était la mienne dans la résistance. Dans la salle d'opération, je cotoyais le danger et le défiais à travers des opérations cardiaques risquées mais qui épargnaient des vies. C'est là que je me sentais le mieux. Où j'éprouvais un réconfort qui m'était nécessaire". ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:18 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :
15 avril 2013

Immortelle randonnée

"A l'origine, j'avais simplement décidé de faire une grande marche solitaire. J'y voyais un défi sportif, un moyen de perdre quelques kilos, une manière de préparer la saison de montagne, une purge intellectuelle avant d'entreprendre la rédaction d'un nouveau livre, le retour à une nécessaire humilité après une période marquée par les fonctions officielles et les honneurs" Le chemin de Compostelle n'est même pas un premier choix pour l'auteur, mais le résultat de déductions successives qui aboutiront à la route du Nord, la moins... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:11 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2013

La montagne

"Rien, au fond, n'avait changé, bougé en moi depuis les nuits d'Algérie : debout devant la maison - pour voir ce que cela donnait, le couvre-feu, s'il y avait vraiment, comme on le disait, des balles perdues qui s'égaraient, qui pouvaient vous atteindre sans qu'on les voie arriver dans la nuit - je n'avais personne à qui parler, à qui prendre la main  depuis que mes petits camarades étaient partis". Le narrateur a 8 ans. Il joue dans la cour de la minoterie où son père travaille, avec ses camarades, dans une petite... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:30 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 février 2013

Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long

Nous utilisons tellement ces petites phrases-là sans y penser qu'elles se passent en général de commentaires, tout le monde sait de quoi il est question. C'est tout le talent de Philippe Delerm de les débusquer et de nous les faire voir sous toutes leurs facettes, au delà du cliché. Je dois dire que j'ai pris un plaisir particulier à écouter ces deux CD, parce que j'ai eu l'occasion d'assister à une rencontre avec Philippe Delerm, où il a développé son propos et en sa compagnie on passe toujours des moments... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2012

Bambois, la vie verte

"Finie la double vie, fini le personnage que j'enfilais avec des habits propres chaque semaine. Ça va commencer par les cheveux, fous, ils vont pousser fous. Et j'aurai des habits rien que de laine, pleins de boucles et de poils, sans qu'on me regarde avec trente paires d'yeux. Je vais être Mélu, tout-à-fait Mélu, et tisser plein les doigts tout l'hiver". Pour celles et ceux qui ont lu "la survivance" Bambois est un récit dont des extraits sont repris dans le roman, à quarante ans de distance. Sous forme de journal, nous suivons... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:44 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
15 septembre 2012

Les tribulations d'un précaire

"Il a toujours vendu des climatiseurs. De nos jours, çà ne permettrait même pas à un vendeur doué d'habiter un studio. Où est passé l'argent ? Et quand ? A cause de la Commission trilatérale ? de la bande des Sept ? des industriels de la Défense de Reagan ? des yuppies ? des Japonais ? C'est de cet argent-là qu'il s'agit quand on parle de la dette publique ? L'argent qui aurait permis de me payer suffisamment pour que je vive dans un endroit pas cher, c'était quatre mille milliards de dollars ? La dette publique est arrivée... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:00 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,