24 octobre 2017

Sable mouvant

"De même que tout le reste s'est modifié dans mon existence, chaque matin représente désormais pour moi un nouveau défi. Je dois réussir à tourner mes pensées ailleurs que vers la maladie pour éviter de passer des heures à me demander comment je vais, si de nouveaux effets secondaires se sont déclarés, ou si c'est plutôt un bon jour. Car si je ne réussis pas à dévier rapidement ces pensées d'un vigoureux tacle de hockeyeur, la partie est perdue pour un long moment. Et le risque est grand que la résignation, la répugnance et la peur ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:11 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2017

La France en automobile

"Les physionomies françaises, si elles ne sont pas nettement belles, sont vivement intelligentes ; mais la longue pratique des manières a posé un voile de raffinement sur leur acuité, constituant ainsi un mélange de vivacité et de bonne humeur qu'on ne trouve nulle part ailleurs. En les observant, on sent une fois de plus, comme si souvent lorsqu'on tâche d'apprécier les monuments ou les paysages français, à quel point la France obtient ses effets globaux par élimination. S'il y a en général une absence de beauté frappante dans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2017

Les quatre saisons de Gilles Clément

"Qu'a-t'il de si extraordinaire ce jardin de la Vallée ? Il est VIVANT, voilà tout ! Il vibre au diapason d'une indicible symphonie. Parce que Gilles féconde la terre, recoud ses fils visibles et invisibles, plonge son râteau-pinceau dans la couleur, la nature lui révèle ce que c'est qu'être homme. Dans son vieux pantalon de jardinier, emprunté à son frère à l'époque de son service militaire, il y a plus de cinquante ans, "un peu usé maintenant", casquette saharienne pour se protéger du soleil, il sème ici, élague là, fait entrer la... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:47 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,
08 juin 2017

Jeunesses

"On parle incessamment de la jeunesse. Des gens sérieux se sont penchés sur elle, comme si elle était gravement malade. Des députés, des professeurs, des sociologues, des prêtres, des journalistes, et même des psychanalystes ... Désespoir juvénile, ont estimé les uns ; mal du siècle et démoralisation précoce, ont dit les autres ...Et je vais m'y aventurer à mon tour, me pencher sur elle au risque de tomber.La jeunesse ? J'ai un peu oublié ce que c'est. Pendant longtemps, j'ai tâché de rattraper la mienne, tel un chien qui cherche... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:31 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mai 2017

Une activité respectable

"Je vis la même journée depuis vingt-cinq ans et j'en ai déjà trente. Toute petite alors, dans mon pyjama soyeux, tôt le matin, je suivais mon père qui me tenait par la main dans l'obscurité de l'escalier menant à notre cuisine, je le laissais me soulever pour m'asseoir sur ma chaise et, dans les murmures de sa radio, je prenais mon petit-déjeuner face à lui les yeux fixés sur un livre dont il fallait plus tard m'arracher par surprise pour m'emmener me laver. Dans la douche, à travers l'eau ruisselante je cherchais du regard tous les... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:16 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2017

Chroniques de l'Occident nomade

"J'ai envie d'écrire, j'ai l'intention de vous dire tout ce qui est dicible. Le reste, vous le déduirez. C'est à force de ce genre d'aphorisme qu'on comprend ce qu'a voulu dire un auteur. Je me revois parfois dans rues de Vienne avec une minuscule Australienne rousse et deux autres filles anglophones dont je ne visualise plus le visage. La rousse avait un visage de chiot, revenait de Thaïlande et voulait depuis deux pays me refiler un pantalon thaï ouvert sur les côtés dans lequel j'avais l'air d'une grande blonde en couche-culotte de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:31 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2017

Lettres d'Ogura

"On ne trouve à Ogura que quatre noms de familles, à parts égales. Il n'y a pourtant nul danger d'endogamie, tant les anciens se souviennent des lignées et veillent à la bonne marche des filiations. Ce sont des noms vieux de siècles, dont on est fier et qui remontent à une époque où la plupart des Japonais n'avaient pour identité qu'un prénom. Quelques anciens en sont les dépositaires officiels, mandatés par des tablettes de bois où ces noms sont inscrits. C'est là l'héritage d'ancêtres qu'on ne remerciera jamais assez de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2017

Dans un temple zen

"Le jardinage devint ma détente du soir. Le plaisir que j'éprouvais à admirer mes fleurs et mes bonsaïs était presque sans égal, tant il est vrai que nous avons à apprendre de la nature ce que nous avons désappris de nous-mêmes. La nature accomplit la vérité en silence. A la différence des hommes, elle ne cherche à être ni admirée, ni louée, ni plainte. Elle n'attend pas d'être récompensée proportionnellement à ce qu'elle accomplit. Le temps venu, elle laisse les fleurs éclore, et, discrètement, avec ou sans nos louanges,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:53 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2017

Tenir

Douleur chronique et réinvention de soi "Tout humain normalement constitué sait qu'une vie sans douleur est impensable mais, de là à ce qu'elle soit chronique, il y a une marge que David Le Breton explore magistralement.L'examen des itinéraires personnels de "douloureux chroniques" auquel se livre l'auteur montre que, si elle abîme profondément l'existence de nombre de patients, d'autres trouvent au fil du temps un soulagement ou un compromis, mais paradoxalement elle protège certains patients d'autres souffrances plus redoutables... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2017

La nostalgie des buffets de gare

"J'ai toujours aimé les buffets de gare, ces monuments vivants dressés au coeur des villes. Je me rappelle, enfant, la fumée des derniers trains à vapeur sous la lourde charpente en fer. Ma mère partait en voyage et je l'avais accompagnée dans une mêlée de corps chargés de valises, de contrôleurs, de porteurs, de couples enlacés. Au début des années 1960, on voyait encore circuler quelques-unes de ces anciennes locomotives qui me donnent, rétrospectivement, l'impression d'avoir traversé un film en noir et blanc d'avant-guerre". ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:49 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : ,