30 mai 2018

Le temps gelé

"Ils se fréquentèrent tout l'été. Totia Tassia, la mère de Valia, soupirait, et il y avait dans ce soupir à la fois le désir de caser au plus vite sa fille, une certaine réticence à l'égard de Gochka, et la crainte que celle-ci ne l'effraie et ne gâche toute l'affaire. Gochka partit à la chasse et revint pour le nouvel an. Valia le reçut chez elle, presque comme s'ils étaient mariés. Tiotia Tassia soupirait sur le canapé, mais bon, Dieu merci, au moins il était revenu entier". Ce recueil est constitué de huit récits se déroulant en... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:49 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2018

Saisons de voyage

"Les visages hirsutes préservés de la poussière par des fichus étalaient du bitume fumant et remuaient des graviers. Je n'étais pas venu au Tibet pour ces travailleurs han, dépaysés sur le toit du monde. Il me semblait alors que j'aurais dû leur tenir rigueur d'oeuvrer ainsi à l'agonie du Tibet chéri de l'Occident. Mais on nous offrait un bol de nouilles dans une hospitalité sincère et des sourires par poignées. Je découvrais qu'on pouvait condamner une politique tout en ressentant une profonde empathie pour ceux qui la servent. La... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:26 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2018

Nous étions l'avenir

"Notre système n'était pas favorable aux femmes. Les jeunes filles, les célibataires et même les fillettes de cinquième travaillaient dans les maisons d'enfants. On y manquait toujours de main-d'oeuvre. Destinées initialement à libérer les femmes des soins donnés à leurs enfants, en fait elles les y enfermaient, mais avec d'autres enfants. Il existait une égalité dans le travail féminin, mais uniquement entre femmes, entre mères et célibataires, cette égalité ne s'étendait pas aux hommes, sauf quand ils étaient de garde le samedi,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:26 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mars 2018

Halabeoji

"On attendit.Pas un geste.Pas un mot.Pas un bruit.Pas un sourire ni un regard.Jusqu'au moment où un grognement sourd nous signifia que nous pouvions avancer." Dans ce court texte, l'auteure nous raconte le rituel ancestral auquel elle a dû se plier pour obtenir l'autorisation d'épouser le jeune Coréen dont elle était amoureuse, Seug-Geun, qui signifie "racine montante". Le jeune homme était prêt à passer outre, mais elle ne l'a pas voulu, sachant que tôt ou tard il souffrirait trop d'une rupture avec sa famille. Il fallait donc... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2018

Petites chroniques d'une maison d'hôtes

"Une femme de ménage irréprochable, une lavandière (comme me surnomme parfois Hervé) scrupuleuse, une repasseuse confirmée, une sportive accomplie (trois étages, oui la maison est grande, à monter et descendre à longueur de journée, ça fait les mollets) une standardiste professionnelle, une bonne petite secrétaire (il y a des contrats de location à envoyer, des papiers à gérer, des factures à établir) une gestionnaire de planning efficace (attention aux doublons sur les différents sites de réservation) une comptable mais aussi une... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:09 - - Commentaires [100] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2018

Marche autant que tu pourras

"Jeudi 26 Avril 1945. Départ dans le givre du matin. Nous traversons de charmants villages de bois. Dans des niches, des statues de pierres naïves, des saints, des vierges. Ça n'empêche pas les gens de ricaner en nous regardant défiler, de nous cracher dessus et d'envoyer leurs enfants nous frapper à coups de bâton sous les encouragements amusés des SS. Porsau. Weserau. Des chalets. Où est ma Savoie". Ce court récit d'une soixantaine de pages est en fait un extrait du livre de Brigitte Friang "Regarde-toi qui meurs". Il est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:51 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2018

Vienne avant la nuit

"Si je suis venu à Vienne, ce n'est pas seulement pour y retrouver la tombe de mon arrière-grand-père, mais aussi parce que le passé, ce passé-là surtout, a besoin de notre mémoire et les morts de notre fidélité." Il y a quelque temps, je vous ai parlé du documentaire de Robert Bober, portant le même titre que le livre paru simultanément. Ce sont deux manières différentes d'aborder le voyage en Autriche de l'auteur, à la recherche de la tombe de son arrière-grand-père. Certaines scènes m'ont plus émue dans le documentaire,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2017

L'ordre du jour

"Cette réunion du 20 Février 1933, dans laquelle on pourrait voir un moment unique de l'histoire patronale, une compromission inouïe avec les nazis, n'est rien d'autre pour les Krupp, les Opel, les Siemens qu'un épisode assez ordinaire de la vie des affaires, une banale levée de fonds. Tous survivront au régime et financeront bien des partis à proportion de leur performance". J'ai entamé le prix Goncourt 2017 un peu circonspecte, j'avais vu tellement de billets sur lui que j'avais l'impression de l'avoir déjà... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:53 - - Commentaires [68] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2017

Sable mouvant

"De même que tout le reste s'est modifié dans mon existence, chaque matin représente désormais pour moi un nouveau défi. Je dois réussir à tourner mes pensées ailleurs que vers la maladie pour éviter de passer des heures à me demander comment je vais, si de nouveaux effets secondaires se sont déclarés, ou si c'est plutôt un bon jour. Car si je ne réussis pas à dévier rapidement ces pensées d'un vigoureux tacle de hockeyeur, la partie est perdue pour un long moment. Et le risque est grand que la résignation, la répugnance et la peur ne... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 18:11 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2017

La France en automobile

"Les physionomies françaises, si elles ne sont pas nettement belles, sont vivement intelligentes ; mais la longue pratique des manières a posé un voile de raffinement sur leur acuité, constituant ainsi un mélange de vivacité et de bonne humeur qu'on ne trouve nulle part ailleurs. En les observant, on sent une fois de plus, comme si souvent lorsqu'on tâche d'apprécier les monuments ou les paysages français, à quel point la France obtient ses effets globaux par élimination. S'il y a en général une absence de beauté frappante dans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:57 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :