16 mars 2017

Tenir

Douleur chronique et réinvention de soi "Tout humain normalement constitué sait qu'une vie sans douleur est impensable mais, de là à ce qu'elle soit chronique, il y a une marge que David Le Breton explore magistralement.L'examen des itinéraires personnels de "douloureux chroniques" auquel se livre l'auteur montre que, si elle abîme profondément l'existence de nombre de patients, d'autres trouvent au fil du temps un soulagement ou un compromis, mais paradoxalement elle protège certains patients d'autres souffrances plus redoutables... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:04 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2017

La nostalgie des buffets de gare

"J'ai toujours aimé les buffets de gare, ces monuments vivants dressés au coeur des villes. Je me rappelle, enfant, la fumée des derniers trains à vapeur sous la lourde charpente en fer. Ma mère partait en voyage et je l'avais accompagnée dans une mêlée de corps chargés de valises, de contrôleurs, de porteurs, de couples enlacés. Au début des années 1960, on voyait encore circuler quelques-unes de ces anciennes locomotives qui me donnent, rétrospectivement, l'impression d'avoir traversé un film en noir et blanc d'avant-guerre". ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:49 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2017

Sur les chemins noirs

"Au lieu-dit "La Fontaine", une vieille dame claudiquait devant un mur non jointoyé. A son bras, un panier de mûres. Elle leva les yeux et c'était le regard que je cherchais, paysan, dur, luisant de vieux savoirs. Elle appartenait à cette catégorie de gens pour qui la santé des prunes est un enjeu plus important que le haut débit". Comme vous le savez sans doute, Sylvain Tesson est tombé d'un toit un jour d'août 2014. Grièvement blessé, il a passé un an à l'hôpital et s'en sort "bancal, le corps en peine, avec le sang d'un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:49 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2017

Vie de ma voisine

"Ma mère sait l'ordre des saisons, elle n'a rien oublié des savoirs des femmes du shtetl de Blendow.On n'achète jamais rien hors saison, dit Jenny, songeuse. Rivka prépare des conserves, les cornichons à la russe, la sauce tomate pour toute l'année, elle sait comment garder des oeufs frais pendant des mois en les enfouissant dans de la gélatine. Une gélatine spéciale, qui me fait penser à celle qui conserve les images du passé, la gélatine lumineuse des mots qui nous permet d'inventer et de répéter les histoires. Cette merveilleuse... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2017

Le nom des étoiles

"Parvenu au sommet, je me voûte, les mains sur les genoux, j'inspire l'air comme un marathonien blessé. Imbibé de pluie et de sueur, éclaboussé de boue et noirci par le charbon détrempé des arbres, chaque ride et pli de mes mains marqué de suie à force de m'être accroché à eux ou de m'être hissé grâce à eux, je laisse pendre ma tête, je sens la force de mes pulsations cardiaques. J'ai dû parcourir une quinzaine de kilomètres. Quinze. J'ai quitté les garçons pour m'épuiser en à peine quinze kilomètres ? Au cours des vingt-cinq années... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:22 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,
18 janvier 2017

Sauvage par nature

"Du jour où j'arrive à Nina, je me trouve confrontée aux Hans agressifs. On m'accoste en me demandant si je pratique avec préservatif ! Il faut savoir qu'une femme seule est considérée comme une prostituée dans la Chine profonde. Les hommes aux cheveux gominés noir corbeau me dévisagent, font discrètement demi-tour et m'observent. Je quitte Nina après une bonne douche, avec l'impression qu'on m'observe, et cette sensation ne me quittera plus jusqu'au jour où je surprends un paysan, qui labourait son champ avec un buffle, en train... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:39 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2016

Comme une feuille de thé à Shikoku

"Je voudrais te transmettre le frisson des départs dans l'allégresse des matins silencieux*". La lumière est encore enveloppée d'une légère nuit bleue. Mes pas se font velours dans cette nature qui s'éveille. Mes bâtons chuchotent en accompagnant les balbutiements du lever du jour. Voilà  une nouvelle aurore qui pointe avec audace à travers le voile noir de la nuit, clamant qu'hier n'est plus et qu'aujourd'hui est à réinventer. Constat joyeux qui me porte et n'a de cesse de me nourrir chaque jour davantage".* Xavier Grall ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:14 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2016

Epicure en Corrèze

"J'avoue n'avoir pas vraiment cherché à comprendre les natures féminines. Que veulent-t'elles au juste ? En ce qui concerne les hommes, j'ai tout de suite une bonne entente de ce qui compte pour eux, de ce qu'ils veulent. Dans la plupart des cas, ils sont clairs comme le jour ... c'est pourquoi ils m'intéressent moins. A mes yeux, les femmes sont des êtres compliqués et surprenants, parfois même fascinants comme l'a été Emilie (dont je reparlerai), et leur nature m'échappe constamment. Peut-être que le fait d'avoir été si... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:01 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2016

Indian Creek

"En acceptant de venir ici, j'avais dans la tête une vague idée de liberté : n'obéir à personne, ne faire que ce que je voulais. Il me semblait maintenant avoir négligé le fait tout simple que, même si je pouvais faire tout ce qui me chantait, et à n'importe quel moment, il n'y avait rien à faire. Cette impression était aussi angoissante que cette bûche sur ma poitrine qui m'avait coupé le souffle. Et si la claustrophobie me gagnait ? Et si je perdais la raison à force d'ennui" ?. Voilà un récit que je devais lire depuis longtemps,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2016

Mankell (par) Mankell

"Le jour où je mourrai, je veux pouvoir non seulement comprendre pourquoi j'ai vécu, mais sentir que ma présence sur terre a eu un sens, même modeste. Je considère les artistes comme faisant partie d'une sorte de mouvement de résistance. C'est nécessaire, car je crois que nous pouvons tomber d'accord sur le fait que nous vivons dans un monde absolument épouvantable. Ce n'est pas vrai pour tous, certains possèdent tout, mais la plupart des gens sont encore pauvres et opprimés". Si vous regardez l'index des auteurs sur mon blog,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:15 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :