24 avril 2018

Back up

"Quel rapport entre la mort en 1967 des musiciens du groupe de rock Pearl Harbor et un SDF renversé par une voiture à Bruxelles en 2010 ? Lorsque l'homme se réveille sur un lit d'hôpital, il est victime du Locked-in Syndrome, incapable de bouger et de communiquer. Pour comprendre ce qui lui est arrivé, il tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Des caves enfumées de Paris, Londres et Berlin, où se croisent les Beatles, les Stones, Clapton et les Who, à l'enfer du Vietnam, il se souvient de l'effervescence et de la folie des... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2018

Les filles sont au café

"Serge et mon père ont peu de choses en commun, mais ils partagent la conviction que les enfants, jusqu'à un âge non déterminé - trente ans probablement - ressemblent aux trois singes de la légende, les pattes sur les yeux, les oreilles et la bouche. Ils sont convaincus que les enfants ne voient rien, n'entendent rien et doivent se taire tant qu'on ne leur adresse pas la parole, ce qui n'a guère de raisons d'arriver. Ils pensent, en un mot, que les enfants sont un mal à peine nécessaire". J'aime l'écriture et les histoires de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:01 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2018

Ouvre les yeux

"Pendant un moment tu la trouveras différente, comme si toutes ces années et tous ces conflits n'avaient pas eu lieu. Comme si au fond, un instant seulement, tu avais l'impression d'être toujours le même et qu'elle était, elle aussi, toujours la même". Luigi et Francesca se sont beaucoup aimés ; ils ont partagé de magnifiques années, ont eu un fils, Giulio, puis le désamour s'est installé peu à peu, jusqu'à la séparation. Luigi vit dorénavant avec Anna et plus tard Francesca avec Franco. Giulio ne s'est jamais vraiment exprimé sur... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:58 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : ,
14 avril 2018

Tant bien que mal

"Je suis en partie mort ce soir-là". Une voiture s'arrête devant un petit garçon de 7 ans. Le conducteur a perdu son chat, il demande au petit garçon de l'aider à le chercher. Il y va. Quatre-vingt-dix pages d'une incroyable délicatesse sur un sujet on ne peut plus difficile. Pas de pathos, pas de voyeurisme, des phrases courtes qui en disent beaucoup. Vingt-trois ans après, le petit garçon devenu un homme reconnaît son agresseur. Que va-t'il faire ? Je découvre l'auteur avec ce texte ; il m'a touchée et remuée par ses mots... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2018

Nátt

"La journée s'annonçait ensoleillée, comme si le temps avait décidé que le meurtre brutal d'un habitant de la ville n'était pas une raison suffisante pour lâcher quelques nuages gris dans un ciel d'un bleu parfait, qu'une légère brise ne parvenait pas à troubler. Au sud, les nuées volcaniques empoisonnaient lentement Reykjavik, l'air souillé porté par le vent d'est ternissant le ciel de la capitale. Mais les cendres n'avaient pas atteint Siglufjördur." "Nátt" est le troisième livre traduit en France de Ragnar Jónasson ; je précise... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:01 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,
04 avril 2018

Je suis le genre de fille

"Tous les ans, je me jure que c'est la dernière fois, et tous les ans ça recommence. "Tu fais quoi pour le Nouvel An ?" Ça mobilise. Les poils se hérissent sur la peau. Tiens, c'est vrai, qu'est-ce que je fais pour le Nouvel An ? Et de là l'urgence d'être quelque part, d'être invitée, que quelqu'un ait pensé à vous, que quelqu'un se dise : Et si on invitait Juliette ? L'idée que je puisse participer à égayer une soirée me touche tellement que je dis oui oui oui dans un élan reconnaissant. Quand j'étudie la proposition, il... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:21 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2018

Les invisibles

"En particulier, il est difficile à Ingrid de regarder son père. Heureusement qu'elle le connaît car, sinon, Ingrid pourrait croire qu'il a peur, et il n'a jamais peur. Un îlien n'a pas peur sinon il ne peut pas vivre dans un endroit pareil, il lui faut prendre ses cliques et ses claques, déménager et s'installer dans un bois ou dans une vallée, comme tout le monde. Ce serait une catastrophe, un îlien a l'esprit sombre, il n'est pas raide de peur, mais de sérieux". ClaudiaLucia évoquait un magnifique roman à propos de ce livre et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:38 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2018

Farallon Islands

"La vie n'est pas ce que je croyais. Je ne suis pas celle que je croyais. Photographe, nomade, orpheline de mère. Une épistolière, laissant derrière elle une traînée de papier et de mots partout dans le monde, comme celle d'un avion. Une artiste avec un appareil photo en guise de cerveau : froid, précis, calculateur. Une femme en noir". Coup de coeur pour ce premier roman sombre et saisissant avec pour décor les îles Farallon, au large de San Francisco, inhospitalières et sauvages, battues par les vents. Sur l'une d'elles vivent... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2018

Le mois le plus cruel

"Gamache ferma les yeux et sentit un trou béant dans sa poitrine, là où Reine-Marie aurait dû se trouver. Il aurait voulu de tout son coeur être avec elle, pour pouvoir la tenir, l'envelopper dans ses bras forts. Et pour qu'elle l'enlace, lui". La troisième enquête de l'Inspecteur-Chef Gamache nous ramène dans le village québécois de Three-Pines, avec son décor de carte postale et son ambiance chaleureuse ... jusqu'à un certain point, puisque l'une de ses habitantes, Madeleine, va mourir de peur dans la maison des Hadley. Il... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:45 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2018

Des jours d'une stupéfiante clarté

"Les gens vont et viennent. Il me semble parfois qu'il leur est difficile de rester sur place. "Reposez-vous un peu, je leur dis. Je vous donnerai du café et des sandwichs". Mais la route les appelle. Je n'imaginais pas que dans ma vie je me réjouirais de nouveau. Je m'étais trompée. La joie revient en moi lorsque je sers du café aux rescapés. C'est étrange, non ? Je ne demande rien, si ce n'est d'avoir la force de me lever chaque matin, d'aller à un point de distribution avec mon sac à provisions, d'allumer le réchaud et de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:52 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : ,