18 avril 2019

Un jour comme les autres

"La nature est curieuse. On accorde plus de crédit aux personnes qui exacerbent les problèmes qu'à celles qui proposent des solutions". Le roman commence avec Emily, au bord du lac Majeur. Elle s'est réfugiée là après la disparition de son compagnon, Eric Deguide. Un an auparavant, il est parti travailler un matin, comme d'habitude. Il n'est jamais rentré. L'enquête n'a rien donné et elle attend un retour hypothétique, traversée d'angoisse et de questions sans réponses. Elle prend des cours de chant, elle joue avec les chiffres et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2019

Sombre avec moi

"Laissez-moi souligner que ce n'était pas une guerre d'usure constante. En fait, je pense que les choses auraient été plus simples si ça l'avait été : j'aurais vu ce qu'il se passait vraiment et ne me serais pas fait aspirer par les sables mouvants. Mais juste au moment où je me demandais si je n'avais pas commis la plus grosse erreur de ma vie, il faisait quelque chose pour me rappeler pourquoi j'étais tombée amoureuse de lui. Et, bien sûr, j'étais vraiment déterminée à tout faire pour que ça marche, et donc susceptible de croire... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:34 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,
08 avril 2019

A qui se fier ?

"Prenons la cigarette par exemple. Le fumeur en plein sevrage ne pense généralement plus qu'à ça, au point d'aller se coucher avec les poules pour enfin relâcher la pression. Impossible de craquer par inadvertance dans de telles conditions. Mais que dire quand on a fait ses preuves, quand on en oublie - ha, ha, c'était une autre époque - qu'on a été fumeur ? On gomme aussi de sa mémoire le sevrage si douloureux et à l'improviste, on peut se redécouvrir une cigarette à la main sans savoir d'où est sortie l'allumette ! Qui pourrait... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:50 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 avril 2019

Le fil des kilomètres

"Nous arrivons aux abords d'une petite ville. Je ralentis à la vue d'une barricade faite de deux immenses troncs d'arbre et de barils de métal. Une dizaine d'hommes font le guet. Ils sont armés. Je me retourne vers le type à l'arrière. Qu'est-ce qu'on fait ? Il me dit d'avancer tranquillement, de cacher ma bière et de prendre la parole comme si tout était normal. Mais de ne pas éteindre le moteur. Car il faudra réagir rapidement s'il s'agit d'un piège. Je soupire et arrête le véhicule à quelques mètres du groupe de miliciens". Je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2019

Une immense sensation de calme

"Un soir, Baba m'avait parlé de l'ancien monde. D'habitude ceux qui l'avaient connu se taisaient. La guerre avait laissé tellement de cicatrices qu'ils faisaient comme si rien n'était arrivé. Comme si personne n'avait jamais disparu. Pourtant, au détour des forêts, on tombait encore sur des carcasses de tanks que le Comité avait oublié de déblayer. Les cours d'histoire ne remontaient pas au-delà de cinquante ans. Avant, ce n'était que légende. Notre génération était la première née après le Grand-Oubli. Nous supposions que beaucoup... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 17:28 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,
19 mars 2019

Au bord de la Sandá

"A présent, des dizaines d'années plus tard, je sors de la caravane le soir, quand j'ai fini de m'évertuer à peindre et je monte dans la forêt. Je prends le sentier en bas du mont des falaises quand un voile bleu-vert tombe sur les arbres au-devant de moi et j'entends le chant des oiseaux s'éteindre peu à peu dans la ramure avant la nuit. Je commence à avoir envie de peindre des arbres, même si je ne pourrai jamais les saisir sur la feuille ou la toile comme le peintre russe Ivan Chichkine, qui a fait surgir la vie ouverte et cachée... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:47 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

16 mars 2019

Nuit sur la neige

"Au moment où nous fixions les peaux de phoque à nos skis, je me souviens d'avoir dit que j'avais le souffle un peu court et que je ne forcerais pas l'allure. C'était la vérité - l'effet de l'altitude - mais Clarie dut penser que je disais cela pour la ménager, et elle me sourit encore avec une expression dont je jurerais aujourd'hui encore, en dépit de tout ce qui a suivi, qu'elle était heureuse". Nous sommes à la rentrée scolaire 1935. Robin, jeune garçon de 15 ans, intègre une école de Jésuites. Orphelin de père, il fait partie... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:51 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2019

Que la nuit demeure

"Toutes les digressions que je lui accordais, cette curiosité tendre dont je faisais montre à son égard, n'étaient que la manifestation de cette ambiguïté qui ne lui échappait sûrement pas. Sinon, elle aurait évité certaines confidences, certaines familiarités. Car, parfois, la complicité qui s'installait entre nous était si forte que ni l'un ni l'autre ne savions comment faire pour redevenir ce que nous étions : moi le flic, elle une présumée coupable". André Martin est un flic ordinaire, sans relief particulier, dont la vie s'est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:25 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2019

La musique engloutie

"Des allusions, des bribes. Sorin Manea ne me dirait jamais exactement ce qui lui était arrivé, et là, dans le parc Cismigiu, parmi les gens qui circulaient tranquillement dans les allées, s'asseyaient sur les bancs, s'arrêtaient indécis à un croisement, je pris conscience qu'on ne saura jamais combien ce siècle a produit d'individus qui n'ont pas de mots pour parler de ce qu'ils ont vécu. Qui portent en eux une part muette, inexprimée, que seuls peuvent révéler leurs yeux fiévreux, cernés de noir, et une voix pesante au timbre... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:15 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2019

Ce que savait la nuit

"Il avait cessé de travailler dès qu'il en avait eu la possibilité, il n'avait plus envie d'être policier et ne comptait pas revenir sur sa décision. Peut-être en allait-il de même dans d'autres domaines de son existence, depuis quelque temps. Il n'avait plus de but dans la vie, il manquait de détermination, chose plutôt surprenante pour un homme de son âge. Il fumait des cigarillos sans être pour autant fumeur et il enquêtait sans être policier. Mais ce qui lui paraissait le plus étrange, c'était qu'il était à la retraite sans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:13 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :