10 décembre 2018

Vernon Subutex 3

"Et la place de la République permet à tous les Patrice de la région parisienne de dire, on n'est pas d'accord avec cette fiction. C'est dérisoire, et c'est pourtant crucial. Les puissants le savent, qui font ceux qui n'entendent pas. Ils disent casseurs ils disent antisémites ils disent irréalistes. Mais il reste un peuple, de France, d'Espagne, de Grèce, du Portugal, d'Islande, et même d'Allemagne puisqu'on n'en parle jamais - il reste un peuple qui ne croit pas que laisser le pouvoir aux mains de psychopathes ignares mais bien... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 08:57 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

05 décembre 2018

Mörk

"Ils franchirent le seuil et se retrouvèrent dans un couloir glacé. Ari Thór avait quelque réticence à explorer l'endroit, mais il ne pouvait pas se permettre de se montrer faible. Ce n'était qu'une maison, après tout, même si elle avait abrité deux évènement tragiques : la mort mystérieuse du jumeau et la tentative de meurtre d'un policier. Ari Thór pressa l'interrupteur du plafonnier : apparemment, il n'y avait plus d'électricité. Le contraire l'aurait étonné." Je retrouve Ari Thór pour la troisième fois dans la ville de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:05 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2018

Jeu blanc

"Nous étions comme du bétail. C'est ainsi que nous étions traités. Nourris, abreuvés, contraints de porter notre fardeau quotidien et rentrés à l'abri pour la nuit. Quiconque s'esquivait ou se plaignait était battu devant tous les autres. C'était peut-être cela le plus grand crime : nous rendre complices en faisant de nous des témoins silencieux et impuissants. Parfois des garçons ou des filles parmi les plus âgés s'interposaient pour essayer d'interrompre une correction, mais ils étaient roués de coups jusqu'au sang et emmenés - on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:03 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 novembre 2018

L'habitude des bêtes

"J'ai pris par chez Mina, mais j'ai laissé Dan au chalet. Il passait son temps couché. Visiblement, ça n'allait pas fort. L'assistante d'Odette m'avait dit que je n'aurais pas de nouvelles avant une semaine. La veille, avant de me coucher, j'avais commencé des recherches sur Internet à propos des lymphomes canins. J'ai arrêté très vite. Je ne supportais pas les images et j'avais du mal à lire tellement je tremblais. J'ai fermé ma tablette, attrapé mes écouteurs et je me suis endormi sur la voix de Kiri Te Kanawa. Ça m'arrivait... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2018

Enterrez vos morts

"Emile Comeau hocha la tête. Il était soulagé de voir son ami montrer un tel intérêt pour quelque chose. Quand Gamache était arrivé avec Reine-Marie une semaine auparavant, il lui avait fallu une journée pour s'habituer aux changements survenus chez lui. Pas seulement à la barbe et aux cicatrices, mais aussi à son air accablé, car il semblait porter un lourd fardeau sur les épaules, tout le poids des évènements qui s'étaient produits dernièrement. Maintenant, Gamache pensait encore au passé, mais à celui d'une autre personne, pas au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 novembre 2018

Point de gravité

"J'ai l'impression de rêver. Tout est si soudain, paraît si irréel : ma sortie, ces retrouvailles, sans compter ces vagues de souvenirs qui resurgissent, se télescopent, me submergent. Je monte dans sa voiture. A l'intérieur, ça sent le tabac froid et quelque chose qui ressemble à de l'eucalyptus. Le cendrier déborde de mégots de cigarettes, de boules de chewing-gum collées dans leurs emballages. Sur la banquette arrière traînent quelques magazines people, une cartouche de News entamée et un sac à main en cuir blanc". Loïc sort de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:56 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2018

Le poids de la neige

"J'ai toujours su que tu finirais par céder, recommence Matthias. Si on ne peut pas changer les choses, on finit par changer les mots. Je ne suis pas ton médecin, je ne suis pas ton ami, je ne suis pas ton père, tu m'entends ? On passe l'hiver ensemble, on le traverse, puis c'est fini. Je prends soin de toi, on partage tout, mais, dès que je pourrai partir, tu m'oublies. Tu te débrouilles. Moi, je repars en ville. Tu m'entends ? Ma femme m'attend. Elle a besoin de moi et j'ai besoin d'elle. C'est ça mon aventure, c'est ça ma vie, je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:45 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,
15 novembre 2018

Une maison parmi les arbres

"J'aime Morty. Et sa vie, qui est la sienne, pas la mienne, est une vie que ... qu'il me plaît de partager. Pas exactement de partager, mais ... j'aime vivre à ses côtés". Voilà un roman qu'il est difficile de résumer tant les personnages et les époques se mélangent. J'ai d'ailleurs eu du mal à y entrer au début, un peu embrouillée par la narration. Heureusement, cette impression n'a pas duré et une fois familiarisée avec les principaux protagonistes, j'ai pris plaisir à remonter dans le temps et la trame de différentes... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:06 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2018

Trois fois la fin du monde

"Et le miracle s'accomplit. La chatte grimpe sur ses genoux et s'assoit. Ce petit corps roux reste là, encore vibrant de crainte. Doucement, Joseph la caresse du plat de la main. Joseph sent alors une chaleur douce et profonde se répandre dans tout son corps. C'est un animal qui a dû souffrir de la vie sauvage, car il n'aura pas fallu longtemps pour qu'il prenne place sur les genoux d'un homme. Un animal affectueux. Ce dont il avait tellement besoin sans le savoir". Joseph Kamal, jeune homme plutôt gentil et naïf, se laisse... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:04 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
25 octobre 2018

La papeterie Tsubaki

"Malgré le nombre de commandes qu'elle avait honorées en tant qu'écrivain public, l'Aînée ne s'était jamais perdue de vue. Jusqu'à sa mort, elle avait été elle-même. Et maintenant que son corps avait disparu, elle continuait à vivre dans les calligraphies qu'elle avait laissées. Son âme les habitait. C'était ça, l'essence de l'écriture". Après plusieurs années à l'étranger, Hatoko, jeune fille de 25 ans, revient à Kamakura pour reprendre la papeterie de sa grand-mère. Elles étaient brouillées et ne s'étaient pas revues depuis... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:35 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :