13 décembre 2019

La part du fils

"La vérité d'un homme peut être aussi sa souffrance. Mais même si elle était insoluble, insécable, jamais partagée, elle pesait sur moi par contrecoup. Ce poids de mémoire close était devenu le mien. J'en restais meurtri, dépossedé de ma propre histoire. Qu'aurais-je pu faire sinon la remonter, l'éclaircir et la remonter? Écrire comme un travail de deuil. Une effraction et une floraison. Une respiration entre deux apnées". Ce roman présente des similitudes avec "Le ghetto intérieur" lu récemment. Dans les deux cas, il est question... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:39 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2019

La dernière déclaration d'amour

"Lorsque Kristín et moi étions en vacances ensemble, nos jours devenaient nos nuits avant de redevenir nos jours, qui redevenaient nos nuits. En tout cas, Kristín rendait régulièrement visite au fuseau horaire sinueux que j'avais forgé. La fin de semaine, nous passions parfois la nuit éveillés dans la maison-rêve. Nous étions aussi proches l'un de l'autre que deux individus peuvent l'être. Certains soirs, nous nous serrions si fort que le seul moyen de contraception à disposition était les recueils de nouvelles de Gyrdir Elíasson.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2019

Toute une vie et un soir

"J'essayais de mettre de l'ordre dans les mots qui se bousculaient dans ma tête, mais ils sautillaient comme un troupeau de moutons affolés et aucun n'avait le courage de passer en premier. J'ai lorgné la bouteille de Bushmills sur l'étagère en me demandant si ce serait grossier d'en commander un si tôt dans la journée, puis je me suis ravisé. J'entendais mes doigts tambouriner sur la table et les casseroles s'entrechoquer dans la cuisine. De temps à autre, une silhouette passait derrière la vitre dépolie. J'ai glissé un dernier... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:23 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2019

Le ghetto intérieur

"Il s'enfermait dans un silence de plus en plus lourd, de plus en plus compact, un silence qui, terré tout au fond de son ventre, avait commencé de grandir comme une tumeur maligne, prenant peu à peu possession de sa poitrine, de ses poumons, de sa gorge, de son crâne". Le narrateur de ce roman, ou récit, raconte dans ce texte l'histoire de son grand-père maternel, exilé en Argentine en 1928. Il venait de Pologne où il avait laissé sa mère, son frère et sa belle-soeur. Il avait l'intention de les faire venir plus tard, sans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:12 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Le beau mystère

"On n'enseigne pas ça dans les facultés de médecine, mais je l'ai observé dans la vraie vie. Les gens meurent petit bout par petit bout, en une série de petites morts. Ils perdent la vue, l'ouïe, leur autonomie. Ça, ce sont les morts physiques. Mais il y en a d'autres, moins évidentes, mais plus fatales. Ils perdent courage. Ils perdent espoir. Ils perdent confiance. Ils se désintéressent de tout. Et, finalement, ils se perdent eux-mêmes." La huitième enquête de l'Inspecteur-Chef Armand Gamache nous emmène dans un coin perdu du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 novembre 2019

La marche en forêt

"Nicole pose sa main dans le dos d'Emma. Thérèse aurait donné des petites tapes comme des caresses, un geste que tous ses enfants aimeraient reproduire sans y arriver parfaitement. A la cuisine, le repas reprend, dans le désordre ; on mange debout ou assis à un coin de table des patates et des morceaux de porc arrachés au rôti n'importe comment. Les adultes boivent trop vite, et les jeunes déballent leurs cadeaux avant l'arrivée du Père Noël. Noël passe en douce au milieu d'une soirée de fracas. Une fête logée dans un drame." ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:05 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,

13 novembre 2019

Reflets des jours mauves

"Lazare travaillait et souffrait dans la durée. Comme une litanie, lui virevoltait en tête ce passage du livre de Job, cité à foison par son oncle Gilbert : "Qu'il soit éprouvé jusqu'au bout". Dans le texte fondateur, le bout, autrement dit la limite humaine du supportable, possède un sens précis, il suffit de mener la lecture à son terme. Mais où se situait la limite dans sa situation ? Quelle était la nature de la condamnation, et jusqu'où était-il censé mener ce combat éperdu et muet". Au terme de sa carrière, une réception est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:11 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2019

La voisine

"Hortensia pensa que c'était grossier de sa part. Elle avait été gentille avec lui jusque là, ce qui veut dire qu'elle n'avait pas été désagréable. Elle aurait aimé pouvoir reprendre ses politesses ; en fait, si elle avait eu une arme, elle l'aurait frappé. Sauf qu'en ce moment précis, la personne qu'elle voulait vraiment faire souffrir - tuer - c'était Peter et ça la chagrinait profondément qu'il soit déjà mort". Voilà un roman qui confirme ce que je savais déjà. Les meilleures découvertes de la rentrée ne sont pas celles dont on... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:08 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2019

Lundi mon amour

"Pensez-vous sincèrement que les fusées soient rouges et blanches à carreaux, comme de vulgaires nappes de pique-nique ? Que l'on perde son temps à dessiner des moutons quand le vaisseau est en panne ? Que l'on croise dans l'espace des êtres pourvus de deux têtes et trois bras ? Que l'on puisse un seul instant s'aventurer au coeur du soleil sans finir en grillade ? Qu'un jour vienne où les hommes ne savent plus retrouver le chemin de la terre ? Les aliens ... parlons-en ... Qui d'entre vous a déjà croisé un alien ? Vous ? Vous ?... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:26 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
28 octobre 2019

Rêveries pragoises

  "A Prague, je suis toujours dans une brume bienheureuse, comme légèrement ivre, peut-être est-ce ce sentiment  qu'on éprouve après avoir fumé de l'herbe. Dans chaque petit café de Prague, il me semble que j'attends quelqu'un : tantôt Egon Kisch, un journaliste, un reporter sensationnel, disait-on, tantôt Max Brod, l'ami de Kafka, tantôt Milena Jesenska, ou Lenka Reiner, et bien d'autres". Ce court roman commence par une petite annonce, passée par la narratrice, Tania "Guide pragoise, historienne de l'art connaissant... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:32 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,