15 novembre 2017

La femme de l'ombre - Tome 2

"Il était tard. Endormi dans son fauteuil, il fut réveillé en sursaut par des bruits de pas et des craquements. Il entendit quelqu'un se cogner à une table et vit en un éclair le sac que son assaillant lui lançait sur la tête. Brusquement, tout devint noir et les coups se mirent à pleuvoir. Il essaya d'appeler à l'aide et se débattit, mais les coups redoublèrent d'intensité et il abandonna la lutte". Dans ce deuxième volume de la trilogie, nous retrouvons les enquêteurs du premier tome, Flovent et Thorson. Ils se... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2017

Dans l'ombre - Tome 1

"Ceux que j'ai vus ? Il y avait un Anglais, répondit le voisin, sûr de lui. Un soldat britannique ... mais il n'était pas le seul ... je ... je n'en sais pas plus, vous savez. Ma voisine du dessus, celle qui a vu Vera se sauver comme une voleuse dans la nuit, eh bien, elle nous a dit qu'elle était partie avec un Anglais. Un soldat britannique. Enfin, un de ces militaires. Bref, elle s'est trouvé un soldat." Premier volume d'une trilogie, "Dans l'ombre" se déroule en Islande, en 1941. L'île est occupée par les Britanniques et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:43 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 novembre 2017

La Grande Arche

"Spreckelsen est inquiet : ces Français se fichent bien de la belle ouvrage. Belmont et Andreu-Chevallier sont inquiets : les retards sont terribles, il faut cravacher. Le maître d'ouvrage est inquiet : les clients ne se bousculent pas ; le Carrefour ne ressemble toujours à rien. Dauge est inquiet : Miterrand le fait venir tous les trois mois pour lui dire : J'ai vu Monsieur Spreckelsen, il est malheureux. Les socialistes sont inquiets : le vent a tourné, la crise économique est rude, nous allons être obligés de compter ; ce n'est pas... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:39 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2017

L'archipel d'une autre vie

"En marchant vers le nord, murmura Vassine, on atteindrait le littoral en trois jours, peut-être quatre ..." Il inspira profondément, les paupières fermées, et je crus voir ce qu'il était en train d'imaginer - la taïga s'éclaircit, s'emplit de lumière et, soudain, s'écarte devant un infini brumeux où disparaissent nos peines et nos peurs. Surtout cette peur-là : Ratinsky avait surpris notre conversation, la nuit passée, ce mot imprudent sur le prisonnier politique, et il nous avait dénoncés à Louskass. Nos paroles pouvaient être... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:47 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
17 octobre 2017

Le jour d'avant

"Je n'avais pas honte. Moi aussi, j'étais un ouvrier. Pour toujours. Paris ne changerait rien, je le savais. Mais il fallait que je quitte le bassin. Je ne voulais pas d'un horizon de terrils. De l'air âcre des cheminées. Je ne pouvais plus passer devant les grilles de la mine, croiser les gars sur leurs mobylettes. Baisser les yeux face aux survivants. Entendre le souffle des chevalements que seul mon Jojo avait le droit d'imiter. J'étais épuisé des hommes à gueules de charbon. Je ne supportais plus de voir leurs mains balafrées,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:17 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2017

Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières

"C'est pas moi qui vais lui jeter la pierre. Si vous voulez mon avis, cette connerie qu'on appelle pompeusement "ma vie" et qu'on croit permanente, ce n'est qu'un moment qu'on traverse. Sérieux, qu'est-ce qu'on en a à foutre du plastique ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre de l'avion ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre des iPad ? Dans cent ans, les gens regarderont notre époque et ne verront qu'une bulle qui a gonflé et éclaté. Et cette vie qui nous semble si grande, si importante, n'aura été qu'une brève éclosion qui ne reviendra jamais. On... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:38 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2017

Sonia Pétrovna

"La porte du procureur était encore loin. Sonia Pétrovna fit un calcul : une quarantaine de personnes. On entrait deux par deux, car dans le bureau numéro 7, il y avait non un, mais deux procureurs qui recevaient en même temps, et pourtant la queue avançait quand même lentement. Elle examinait les visages : elle avait l'impression d'avoir déjà vu la plupart de ces femmes, rue Chpalernaïa ou rue Tchaïkovski, ou encore ici même, au Parquet, devant le guichet. C'étaient peut-être les mêmes, ou c'en était peut-être d'autres. Toutes les... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:44 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2017

Police

"On a confié la sale besogne à des employés sous-payés de quelque administration d'Etat qui devront dormir avec. La responsabilité est dispersée entre la Préfecture, les gardiens, les escorteurs, la Police aux Frontières, les pilotes, les hôtesses, les stewards, pour que chacun ait le confort de penser : ce n'est pas moi, c'est l'autre." Trois gardiens de la paix se retrouvent à devoir reconduire un réfugié Tadjik à l'aéroport. Ce n'est pas leur travail, mais ce jour-là il n'y a qu'eux pour le faire. Deux hommes, une femme.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:13 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,
26 septembre 2017

L'homme qui fuyait le Nobel

"Je sais maintenant qu'il faut être sérieusement damasquiné du cortex pour oser Compostelle en automne, avec l'hiver en point de mire. On m'avait prévenu. Au soir de cette terrible journée, je ne sens d'ailleurs plus mes jambes. Après des heures et des heures d'une marche qui m'aura brisé le moral et le dos, j'ai fini par trouver un havre improbable où un feu de bois m'a décongelé avant que je me requinque avec une soupe de pois cassés. On m'a aussi servi quelques verres d'un vin grenat, digne du feu nucléaire. Je ne suis pas sûr... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:47 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
18 septembre 2017

Les buveurs de lumière

"Quand les adultes entendent grincer une petite porte sombre dans leur coeur, ils montent le son de la télé. Ils s'enfilent un verre de vin. Ils disent au chat que c'était juste une porte qui grinçait. Le chat sait. Il saute du canapé et sort de la pièce. Quand cette petite porte sombre dans un coeur se met à faire clic-clac clic-clac clic-clac si fort et si violemment qu'on voit littéralement battre leur poitrine - eh bien là  ils disent qu'ils ont du cholestérol et ils essaient d'arrêter le beurre, ils se mettent à... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :