14 janvier 2020

Cent millions d'années et un jour

"Devant mon feu, j'ai pris conscience de ce que c'était d'être seul. C'est une pression physique. L'air qui pousse pour m'écraser, l'univers tout entier qui me fait sentir à quel point je suis mesquin, inutile, une main sur mon visage qui m'impose le silence et m'empêche de respirer. On me répliquera qu'on peut être seul au milieu d'une foule. Foutaises. Je rêve de foule". Voilà un roman qui a enthousiasmé la blogosphère, qui avait tout pour me tenter et qui a bien failli me tomber des mains. Je suis passée complètement à côté. ... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:17 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2020

Trouver l'enfant

"Par les fenêtres, elle voyait les maisons nimbées d'un épais brouillard. De l'endroit où elle était assise, elle distinguait l'endroit où habitaient les Culver et, sur l'autre berge de la rivière, le quartier pittoresque de son amie Diane. Au loin, très loin, se trouvaient les montagnes couvertes de neige où Madison a disparu. Elle parvenait même à apercevoir l'autoroute que la famille Culver avait empruntée en quittant sa modeste demeure et qui ondulait comme un serpent en sortant de la ville. Combien de fois avaient-ils regretté... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:06 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2020

Taqawan

"C'est sûr que c'est compliqué d'envoyer la police dans le bois dire aux Indiens : "C'est fini ! Fermez vos gueules pis faites comme on vous dit !" Ça fait trois cents ans qu'on leur prend leurs terres, qu'on leur impose des lois spéciales. Quand ils commencent à protester, on leur dit qu'ils sont comme tout le monde. Ils sont différents quand c'est le temps de les punir mais comme tout le monde quand c'est le temps de les dédommager". Ce roman a pour toile de fond les évènements de Restigouche, en 1981 au Québec. Des quotas de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:10 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :
02 janvier 2020

le berger de l'Avent

"Comme née de toute cette blancheur, sur laquelle se dessinaient les cercles noirs des cratères, et des piliers de lave grise comme des fantômes ça et là, une bénédiction semblait baigner ce dimanche dans les montagnes, étreignant presque le coeur ; un grand calme solennel, aussi blanc que l'innocence, s'élevait des petites fermes éparpillées au loin, en contrebas, dont le feu des cheminées s''évanouissait dans une poussière de neige - une paix inconcevable, pleine d'une promesse insoupçonnée - l'Avent, l'Avent !" Chaque année... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:36 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
17 décembre 2019

Péchés mortels

"Il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire, dans le cas du Padre Luciano, n'ayant aucune base légale sur laquelle fonder une démarche. L'homme n'avait jamais été accusé de crime, et Brunetti avait le sentiment qu'il serait à peu près impossible de trouver quelqu'un, dans l'une des anciennes paroisses où il avait exercé, acceptant de parler ouvertement contre lui. On s'était simplement déchargé du problème sur d'autres personnes en les laissant se débrouiller avec lui, réaction bien naturelle, et on pouvait être assuré que... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:53 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2019

La part du fils

"La vérité d'un homme peut être aussi sa souffrance. Mais même si elle était insoluble, insécable, jamais partagée, elle pesait sur moi par contrecoup. Ce poids de mémoire close était devenu le mien. J'en restais meurtri, dépossedé de ma propre histoire. Qu'aurais-je pu faire sinon la remonter, l'éclaircir et la remonter? Écrire comme un travail de deuil. Une effraction et une floraison. Une respiration entre deux apnées". Ce roman présente des similitudes avec "Le ghetto intérieur" lu récemment. Dans les deux cas, il est question... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:39 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2019

La dernière déclaration d'amour

"Lorsque Kristín et moi étions en vacances ensemble, nos jours devenaient nos nuits avant de redevenir nos jours, qui redevenaient nos nuits. En tout cas, Kristín rendait régulièrement visite au fuseau horaire sinueux que j'avais forgé. La fin de semaine, nous passions parfois la nuit éveillés dans la maison-rêve. Nous étions aussi proches l'un de l'autre que deux individus peuvent l'être. Certains soirs, nous nous serrions si fort que le seul moyen de contraception à disposition était les recueils de nouvelles de Gyrdir Elíasson.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:55 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2019

Toute une vie et un soir

"J'essayais de mettre de l'ordre dans les mots qui se bousculaient dans ma tête, mais ils sautillaient comme un troupeau de moutons affolés et aucun n'avait le courage de passer en premier. J'ai lorgné la bouteille de Bushmills sur l'étagère en me demandant si ce serait grossier d'en commander un si tôt dans la journée, puis je me suis ravisé. J'entendais mes doigts tambouriner sur la table et les casseroles s'entrechoquer dans la cuisine. De temps à autre, une silhouette passait derrière la vitre dépolie. J'ai glissé un dernier... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 10:23 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2019

Le ghetto intérieur

"Il s'enfermait dans un silence de plus en plus lourd, de plus en plus compact, un silence qui, terré tout au fond de son ventre, avait commencé de grandir comme une tumeur maligne, prenant peu à peu possession de sa poitrine, de ses poumons, de sa gorge, de son crâne". Le narrateur de ce roman, ou récit, raconte dans ce texte l'histoire de son grand-père maternel, exilé en Argentine en 1928. Il venait de Pologne où il avait laissé sa mère, son frère et sa belle-soeur. Il avait l'intention de les faire venir plus tard, sans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:12 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Le beau mystère

"On n'enseigne pas ça dans les facultés de médecine, mais je l'ai observé dans la vraie vie. Les gens meurent petit bout par petit bout, en une série de petites morts. Ils perdent la vue, l'ouïe, leur autonomie. Ça, ce sont les morts physiques. Mais il y en a d'autres, moins évidentes, mais plus fatales. Ils perdent courage. Ils perdent espoir. Ils perdent confiance. Ils se désintéressent de tout. Et, finalement, ils se perdent eux-mêmes." La huitième enquête de l'Inspecteur-Chef Armand Gamache nous emmène dans un coin perdu du... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , ,