18 juillet 2017

Les larmes noires sur la terre

"Qui a eu un jour l'idée de cette étonnante et terrifiante filière de recyclage, donner une deuxième vie - et quelle vie ! - à ces vieilles guimbardes, personne ne s'en souvient. Quelle société ruinée a oublié qu'elle s'était bâtie sur des générations d'entraide et de solidarité, quelles églises ont baissé les bras, quels hommes sont nés, pour qu'un tel projet voie le jour ? Les pauvres, ils n'en veulent plus. Ont assez de leurs problèmes de chaque jour. Quelque chose s'est forgé en eux, la vague conviction que tout est justifié et... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2017

Les cuisines du Grand Midwest

"Ils étaient tombés d'accord : si c'était un garçon, Lars choisirait le prénom de l'enfant, et si c'était une fille, c'était Cynthia qui le ferait. Eva Louise Thorvald naquit quinze jours avant terme, le 2 Juin 1989, en affichant avec assurance un poids de 4,6 kilos. La première fois que Lars la tint dans ses bras, son coeur fondit sur elle comme du beurre sur une tranche de pain chaud, et plus jamais il ne pourrait le récupérer. Pendant que la mère et le bébé dormaient dans la chambre d'hôpital, il sortit sur le parking, s'assit dans... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:13 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2017

Les mensonges de la mer

"Il y avait peut-être quelque chose de miraculeux dans ces moments passés dans un espace clos entouré d'une épaisse forêt, alors que chacun de nous, oppressé par ses propres sentiments, ne supportait plus cette tension intérieure et, sans tomber dans ce qui aurait pu être d'assez conventionnels épanchements, ne s'en détachait cependant pas totalement ; ces quelques soirées dans la maison de Morikata, ces discrets moments de vide, en ce qui me concerne du moins, sont comme une chose organique susceptible de se déliter et que je... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:12 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :
01 juin 2017

Terminus Allemagne

"Kornitzer ne savait pas grand-chose de l'évolution de ses collègues au sein du tribunal, c'était mieux ainsi, ou peut-être pas. Il ne convenait pas de poser des questions sur le passé. Une discrétion généralisée semblait être le moyen d'apaiser le passé et de l'effacer de la conscience. Même son passé à lui était tabou, personne ne posait de questions. Maintenant était maintenant, on était pressé par le quotidien. Ainsi avait-il la bouche cousue". Le roman s'ouvre sur le retour en Allemagne de Richard Kornitzer, en 1948. Il a... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:41 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2017

Opération Napoléon

"Il y a eu tant de dissimulations, tant de choses inventées de toutes pièces ; nous avons dit la vérité sur des mensonges, et menti sur la vérité, enlevé telle chose pour la remplacer par telle autre. C'est notre job. Vous m'avez dit un jour que l'histoire de l'humanité n'était rien d'autre qu'une succession de crimes et de malheurs. Eh bien, c'est aussi une succession de mensonges savamment construits". En 1945, un avion s'écrase sur le glacier du Vatnajökull en Islande. A son bord, curieusement il y a des officiers allemands... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:26 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2017

Le saut oblique de la truite

"Moi qui croyais que la période de la post adolescence avait été la pire de mon existence (après avoir d'abord cru que mon adolescence serait ce que j'aurai à vivre de plus terrible), je constate que je me suis un peu avancé. A force d'efforts, de privations et d'orgueil, je n'ai réussi qu'à atteindre l'authentique statut de raté. Je n'ai pas trente ans ; j''ai fait vite." La narrateur a une vingtaine d'années et est sur le point d'obtenir son diplôme d'architecte, quand il part en Corse rejoindre son ami Olivier dans le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:48 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2017

Sept femmes

"Car il fallait qu'elles fussent folles ces femmes pour affirmer leur volonté présomptueuse d'écrire dans un milieu littéraire essentiellement gouverné par les hommes. Car il fallait qu'elles fussent folles pour s'écarter aussi résolument, dans leur romans ou leurs poèmes, de la voie commune, pour creuser d'aussi dangereuses corniches, pour impatienter leur temps ou le devancer comme elles le firent, et endurer en conséquence les blâmes, les réprobations, les excommunications, ou pire l'ignorance d'une société que, sans le vouloir ou... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:06 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2017

Avant que les ombres s'effacent

"Longtemps, le Dr Schwarzberg choisirait de taire cet endroit sur lequel tant de choses seraient racontées, filmées, écrites, peintes, chantées, sculptées, sans épuiser pour autant l'étendue des abominations qui y furent perpétrées, à l'instar d'un cadavre qui n'en finirait pas de livrer ses vérités sur les mille et une manières dont la chair vivante avait été souillée. Son naturel de taiseux ne ressentit pas le besoin d'ajouter sa parole au trop-plein de mots qui tomberaient, par la suite, de partout et de nulle part pour tenter de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:26 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :
25 avril 2017

Hiver à Sokcho

"Il ne connaîtrait jamais Sokcho comme moi. On ne pouvait pas prétendre la connaître sans y être né, sans y vivre l'hiver, les odeurs, le poulpe. La solitude." Premier roman d'une jeune auteure suisse, roman d'atmosphère qui met en scène une rencontre évanescente entre un dessinateur de BD français en mal d'inspiration et une franco-coréenne, employée dans un hôtel décrépi. Sokcho est un port endormi l'hiver, attendant le retour des touristes, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière nord-coréenne. La narratrice et le... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:36 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :
18 avril 2017

Les fausses innocences

"Qu'est-ce donc que cet entêtement de la nature humaine à piétiner ce qui s'offre pour courir après ce qui se refuse". Roger, bourgmestre d'un petit village des cantons de l'Est (frontaliers de l'Allemagne), n'a jamais aimé que Mathilda. Mathilda qui en a épousé un autre, André, le médecin. Un matin, elle vient déclarer à la mairie la mort d'André la veille, dans un accident de voiture, côté allemand. Roger sait qu'elle ment, pour la bonne raison qu'il a ramené lui-même André la veille au soir au domicile conjugal. André... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:37 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,