05 octobre 2019

Les roses de la nuit

"Le lendemain matin, ils gravirent des landes abruptes dans un brouillard laiteux et s'arrêtèrent dans l'Arnarfjördur, à Hrafnseyri, le lieu ou Jon Sigurdsson avait vu le jour. Sur la droite, en surplomb de la route, se trouvaient quelques maisons typiquement islandaises : murs rouges, fenêtres blanches et toit en tourbe. Le berceau de l'Indépendance, pensa Erlandur, curieux d'en savoir plus sur l'histoire du lieu. Sigirdur Oli s'arrêta sur le parking devant la plus vieille ferme. Erlandur descendit de voiture et admira le paysage.... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2019

Alto Braco

"La neige était tombée pendant la nuit et le paysage prenait l'aspect d'une croûte soufflée, de l'omelette norvégienne que Douce servait au réveillon du nouvel an. Les champs givrés s'hérissaient de necks, les anciennes cheminées volcaniques, et de haies d'épicéas repiqués au sommet des collines pour protéger les troupeaux. Des haies étrangement courtes, en forme d'accents aigus ou circonflexes. Une page blanche parcourue de ponctuations noires, voilà ce que j'aurais pu voir si j'avais été un faucon pèlerin, un vautour dans le ciel... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:20 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2019

L'heure étoilée du meurtrier

"Assis tout raide dans la voiture, comme il le faisait depuis le début de la guerre en présence de citoyens des territoires occupés - une attitude de militaire prussien suffisait à elle seule à susciter le respect - il était incapable de dire à laquelle des deux femmes il pensait. C'était la première fois que cela lui arrivait depuis Anvers et cela le perturbait. Etait-ce la jeune Tchèque inconnue qui rafraîchissait le souvenir de sa femme bien-aimée ?". C'est un billet de Maryline qui m'a donné envie d'aller faire un tour à Prague... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:59 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,
12 septembre 2019

Starlight

"Il tapota le volant des doigts. Il n'avait jamais été très bavard et quand la conversation arrivait à une impasse, le silence dans lequel il se trouvait enfermé le laissait toujours désemparé. A présent, avec elle, il se sentait aussi emprunté qu'un enfant. Il ne savait pas comment parler aux femmes. Son monde avait été un monde d'hommes et il était habitué à leurs paroles bourrues, hachées, et il aimait ça puisque ça correspondait à sa propre réticence naturelle. Il admirait les hommes comme Roth, qui pouvaient dérouler une... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:37 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2019

En un monde parfait

"Mais Jiselle n'arrivait pas à véritablement s'en faire à propos des oiseaux. On entendait parler quotidiennement de gens connus qui avaient fui les Etats-Unis pour se rendre illégalement dans d'autres pays. Jodie Foster vivait avec une ribambelle d'autres célébrités dans un coin reculé du Canada. Cela faisait des mois que l'on avait vu l'épouse du gouverneur de Californie, aussi la supposait-on morte de la grippe. On prétendait qu'il existait, construits sous Washinsgton, des bunkers dépourvus de germes, où logeaient les juges de... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 11:15 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 septembre 2019

Les fils de la poussière

"Tu es bourré de préjugés, je suppose que tu es aussi raciste, en tout cas tu détestes tous ceux qui ont étudié plus longtemps que toi et réussi à décrocher des diplômes au-delà du certificat d'études. Moi, je n'étais pas un cancre. Aujourd'hui le cancre que tu as été est en mesure de botter le cul à un type qui a eu le cran de faire des études ! Bravo et félicitations monsieur le mauvais élève !" Il en prend pour son grade Erlandur, et c'est son jeune collaborateur Sigirdur Oli qui lui tient tête. Quel plaisir de retrouver ce... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 13:20 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2019

Cuisine tatare et descendance

"D'abord, je n'avais pas du tout l'air d'une grand-mère. J'avais l'air radieux. J'étais belle et encore jeune. J'étais une femme forte et intelligente, cela se voyait. Et pour que les gens ne puissent pas voler toutes les idées lumineuses qui me venaient, je n'avais souvent pas d'autre choix que de me cacher derrière un masque impénétrable". La narratrice, Rosalinda, a une haute opinion d'elle-même. Elle mène son petit monde à la baguette et c'est peu dire. En fait, c'est un tyran domestique de la pire espèce, persuadée qu'elle... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:02 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :
27 août 2019

Les étoiles s'éteignent à l'aube

"Faut que tu arrives à t'assurer que les choses sont faites comme y faut, Franck, disait-il. Moi, je crois pas que j'ai jamais été à l'aise avec le mot "Dieu", mais je crois que ça veut dire quelque chose tout ça. Faut que l'homme y sache ça d'une façon ou d'une autre. Donc j'me dis, qu'est-ce que j'en ai à faire ? Même si j'ai tort, y'a pire dans la vie que de prendre le temps de remercier le mystère pour le mystère". J'ai vu passer un certain nombre de billets élogieux sur ce roman, mon attente était forte à son égard et je n'ai... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 09:08 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2019

L'appel du coucou

"Sans doute Miss Temporary Solutions allumait-elle l'ordinateur, de sorte qu'elle ne tarderait pas à constater qu'il n'avait pas reçu en trois semaines le moindre mail en rapport avec une offre de travail. Ensuite, à sa demande, elle ouvrirait les enveloppes de mise en demeure. Exténué, endolori et affamé, Strike posa sa tête sur son bureau et l'entoura de ses bras pour se boucher les yeux et les oreilles et n'avoir pas à écouter de l'autre côté de la porte une étrangère découvrir toute l'étendue de son humiliation." Je fais partie... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:03 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 août 2019

La terre invisible

"Nous roulions vers Dinslaken où le régiment de Collins venait d'être affecté. Il tombait une pluie d'été, le soleil la traversait, elle lavait la route et les bâches des camions, elle me berçait aussi. McFee conduisait en sifflotant tout bas. A coté de lui Collins observait les champs. J'étais assis à l'arrière. Depuis un mois la guerre était finie. Les routes étaient bien dégagées, des ruches se dressaient au milieu des prairies en fleurs. Peut-être à cause de la pluie qui me berçait, des flots d'images me revenaient comme dans un... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :