15 février 2018

Le pouvoir

"Tunde élargit son cadre pour intégrer les spectateurs à l'arrière-plan, derrière les baies vitrées du centre commercial, et filmer leurs réactions : on voit des hommes qui cherchent à éloigner de force leur femme des vitres ; et des femmes qui les éconduisent d'un mouvement d'épaule, sans un regard, sans un mot, et qui, paumes écrasées contre les vitres, dévorent le spectacle des yeux. Tunde comprend alors que ce truc va prendre comme une traînée de poudre, embraser la planète tout entière et changer le monde. Plus rien ne sera... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:20 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2018

Les yeux au ciel

"Stella sentit la boule d'angoisse grossir dans sa poitrine. Elle avait du mal à respirer. Si elle prenait plaisir à nager dans la mer, à marcher sur les sentiers côtiers, à courir sur le sable, c'était auprès de ses parents qu'elle se rechargeait de son stress. Quoi qu'elle en dise, leur avis comptait beaucoup. Elle se mordilla les ongles, son vernis violet n'avait pas très bon goût. Elle était arrivée confiante, mais en franchissant le seuil de la villa, toute sa nouvelle assurance avait volé en éclats, ses peurs était revenues au... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:20 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2018

Maria

"De longs soupirs s'échappent d'elle, qui ne disent rien de bon. Tant de choses, dans cette maison et au-delà, lui sont incompréhensibles. Sa fille est partie d'elle. Sans que Maria sache pourquoi ni depuis combien de temps, elles se tiennent à des kilomètres l'une de l'autre. A des kilomètres et à des années. De quoi les mères sont-elles donc coupables ?" Maria est la grand-mère de Markus, petit garçon de 3 ans qu'elle couve de son amour et avec qui elle observe les oiseaux et collectionne les plumes. Elle a un lien étroit avec... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:58 - - Commentaires [62] - Permalien [#]
Tags :
07 février 2018

Il n'en revint que trois

"L'été passa, riche en journées étonnamment chaudes. Le ciel était limpide et ensoleillé. La douceur de l'air plongeait les gamines dans un état d'esprit tout aussi radieux. Elles décidèrent de faire le grand ménage dans la maison avant l'hiver et d'en nettoyer jusqu'au moindre recoin. Elles ouvrirent les portes et les fenêtres pour laisser les dernières brises tièdes de l'été balayer les sols et débarrasser les lieux de leur humidité. Le beau temps ne durait toutefois jamais assez longtemps pour qu'elles puissent mener à bien... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,
03 février 2018

Une verrière sous le ciel

"Contre un mur il y avait des étagères jusqu'au plafond, toutes garnies de livres, tous sens dessus dessous, on les aurait crus en grande discussion si ce n'est en pleine dispute. Ma mère en aurait été morte d'indignation et de colère. Elle aurait tout rangé, nettoyé, ordonné, clarifié. La vision de ma mère astiquant la pièce, avec torchon et serpillière, m'amusait. J'ai souri. En réalité, pas trace d'une main de femme ici. Pourtant tout respire, transpire la femme, ça exhale le suave et le sauvage, jusqu'à la moindre poussière. A... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:01 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2018

Lydia Cassatt lisant le journal du matin

"La maladie offre ses moments de répit. Si elle lâche prise, ne serait-ce que pendant quelques jours, vous permettant de faire à nouveau votre entrée dans le monde, les choses se mettent à resplendir, prenant toute leur valeur à l'intérieur de contours précis. Cette tasse, si légère, tient à présent du miracle. Et d'autant plus que ma soeur la regarde, et me regarde, et prélève de son pinceau, couleur après couleur sur sa palette, et s'attelle à une composition dont je suis le centre. Il y a là, pour moi, de quoi être profondément... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:59 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2018

La salle de bal

"Elle sentit alors une puissance monter. Le même sentiment qu'elle avait eu à la filature, sauf qu'à présent il prenait racine, lui redressait l'échine. Il faisait noir, elle était seule, mais son sang circulait : elle était vivante. Elle allait l'étudier, cet endroit, cet asile. Se cacher au plus profond d'elle-même. Faire mine d'être sage. Et ensuite elle s'évaderait. Pour de bon cette fois. D'une manière à laquelle ils ne s'attendraient pas. Et elle ne reviendrait jamais". Je ne pense pas avoir lu un seul avis mitigé sur ce... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:43 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2018

Vocation : promeneur

"L'ai-je déjà dit ? Se promener, cela veut dire : trouver qui l'on est et aimer ce que l'on découvre. Je suis un promeneur plein de bienveillance. Un homme qui, après les tempêtes et les passions professionnelles, après le triomphe conjugal et la déconfiture parentale, a retrouvé son équilibre intérieur". Lukas Zbinden est un vieux monsieur qui vit en maison de retraite depuis la mort de sa femme, Emilie. Nous sommes en Suisse. Il était instituteur et a un fils, Markus, avec qui il a peu d'échanges, il n'a jamais trouvé comment... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:54 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2018

Sous la glace

"CC et moi on était assises côte à côte, à environ un mètre cinquante de distance. Comme je l'ai dit, il faisait très froid et j'étais bien vêtue. Je pense m'être assoupie. Puis, j'ai vu CC debout derrière la chaise de Mère, les mains agrippées au dossier comme si elle allait la soulever et la lancer. Elle tremblait un peu. Tout le monde, autour, poussait des acclamations et applaudissait, mais je me suis alors rendu compte que CC, elle, ne lançait pas des cris de joie, elle hurlait. Ensuite, elle a lâché la chaise et s'est... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 07:12 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2018

Pays provisoire

"Elle se rappelait l'arrivée dans la capitale comme si c'était hier : la soirée était avancée et malgré cela, il faisait très clair. Elle s'était arrêtée, interdite, ne sachant comment définir l'atmosphère créée par cette lumière pâle, irréelle, d'un gris perle, éclairant les constructions de tous les côtés à la fois, sans ombre aucune. La ville de Saint-Pétersbourg lui offrait le meilleur d'elle-même, sa magie de l'été comme nulle part ailleurs. Elle prit cela comme un cadeau de bienvenue et en fut heureuse." Premier roman,... [Lire la suite]
Posté par aifelle1 à 06:42 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags :