519XFGfw0bL

"Si Jane n'étais pas sortie ce soir-là, si elle n'avait pas bu ce troisième shooter de tequila, si elle avait dit "non merci" lorsqu'il s'était glissé sur le siège à côté d'elle, si elle avait passé la soirée à la maison, terminé sa licence de droit, trouvé un boulot, un mari, contracté un prêt, tout fait dans les règles, alors peut-être qu'un jour, elle aurait été une femme comme il faut, menant une vie comme il faut dans une maison comme il faut.
Mais dans ce cas, Ziggy n'aurait pas été Ziggy".

Je voulais une lecture divertissante pour les fêtes et je savais que je ne prenais pas de risques en choisissant cette auteure, découverte avec "le secret du mari".

Ce qui me plait chez elle, c'est un mélange de légèreté, de moquerie, mais aussi l'évocation de problèmes plus graves comme ici les violences conjugales, le harcèlement à l'école, les difficultés de couples etc .. L'histoire est menée tambour battant, ne ménageant pas les révélations et les rebondissements.

Nous suivons le quotidien de trois femmes dont les enfants fréquentent la même école, dans un quartier chic de Sydney. Une école publique qui se veut exemplaire et qui est loin de l'être. Madeline, Céleste et Jane vont se lier assez intimement, s'entraider en dépit de situations sociales très différentes.

Dès le départ, nous savons que quelqu'un est mort au cours d'une soirée quiz organisée par l'école. Il faudra attendre quasiment la fin du roman pour découvrir qui et comment. En attendant, les pages se tournent toutes seules, nous avons le temps de rentrer dans la psychologie de personnages, tous plus attachants les uns que les autres, avec de mauvais sujets tout de même.

Mention spéciale au club des "serre-têtes" à savoir ces mères et épouses parfaites, sachant toujours comment réagir, fixant des règles de bonne conduite dignes de leur position sociale . Ce choeur de chipies intervient à chaque tête de chapitre et donne son avis sur ce qui s'est passé, du moins ce qu'elles en imaginent, parce qu'en réalité elles n'en savent rien.

C'est un roman qui pulvérise les apparences et met à nu les hypocrisies et les secrets inavouables de toute une communauté. Réjouissant et touchant à la fois.

De nombreux avis chez Babelio

Lecture commune avec Sandrine

Objectif PAL 3

Liane Moriarty - Petits secrets, grands mensonges - 576 pages
Traduit par Béatrice Taupeau