s-l640

"Elle avait échoué. Sa mère lui avait appris à se protéger des assauts des hommes, mais elle n'avait pas pu faire comprendre à son propre fils qu'un désir ne s'imposait pas par la force".

Jean Farel, 70 ans, est un célèbre journaliste politique à la télévision. Dans la place depuis longtemps, il sent les jeunes loups lui mordre les talons et se bat bec et ongles pour continuer à dominer. Il ne peut pas envisager la fin de sa carrière.

Dans sa vie privée, il est mariée avec Claire, cinquantenaire, essayiste et féministe connue pour ses livres et ses conférences. Ils ont un fils ensemble, Alexandre, à la scolarité irréprochable, sur le point d'intégrer l'université de Stanford, aux Etats-Unis. Un avenir tout tracé l'attend, du côté des gagnants.

Claire n'est plus à l'aise dans ce mariage et a une liaison avec un autre homme, Adam, juif orthodoxe marié également. Ils sont dans une situation compliquée, mais ne doute pas de trouver une issue. Claire est prête à quitter Jean.

Au milieu du livre, leur vie à tous est complètement bouleversée par une accusation de viol à l'encontre d'Alexandre, sur la personne de Mila, fille d'Adam.

Je n'avais pas l'intention de lire ce roman, puis au fil des billets j'ai changé d'avis et l'ai découvert. J'ai trouvé le démarrage très lent, l'auteure prend le temps de camper tous ses personnages. La deuxième partie est consacrée à l'enquête et au procès pour viol. C'est la plus intéressante parce qu'elle détaille la procédure et le retournement classique de la victime qui doit démontrer que ce n'est pas elle la coupable.

Je ne me suis pas ennuyée lors de la lecture, le thème traité est sous les feux de l'actualité comme tout le monde le sait, mais je ne suis pas sûre qu'il m'en restera grand chose. L'auteure a voulu traiter trop de sujets à la fois me semble-t'il, le pouvoir, le sexe, l'argent, les medias, les relations hommes-femmes.

J'ai eu hâte de le terminer parce qu'aucun des personnages n'est sympathique. C'est difficile de s'intéresser vraiment à ce qui leur arrive.

Je dirais que c'est un roman qui a son intérêt, sans avoir une grande originalité.

L'avis d'Alex Krol Violette

Karine Tuil - Les choses humaines - 352 pages
Gallimard - 2019