41NtqE0cIoL

"Devant mon feu, j'ai pris conscience de ce que c'était d'être seul. C'est une pression physique. L'air qui pousse pour m'écraser, l'univers tout entier qui me fait sentir à quel point je suis mesquin, inutile, une main sur mon visage qui m'impose le silence et m'empêche de respirer. On me répliquera qu'on peut être seul au milieu d'une foule. Foutaises. Je rêve de foule".

Voilà un roman qui a enthousiasmé la blogosphère, qui avait tout pour me tenter et qui a bien failli me tomber des mains. Je suis passée complètement à côté.

Stan, paléontologue vieillissant, tombe par hasard sur une information cruciale. Un squelette de dinosaure inconnu, qui se trouverait quelque part dans une grotte des Alpes, dont la découverte le rendrait célèbre et admiré par ses pairs et au delà.

Il parvient à entraîner dans sa quête un ami italien, Umberto, paléontologue comme lui, son jeune assistant Peter et un guide italien chevronné, Gio. Il monte à ses frais une expédition estivale, aux premiers signes de l'hiver ils devront avoir trouvé ou renoncer.

Quatre hommes isolés lancés dans une recherche incertaine, la rudesse des lieux, sa beauté aussi, les éléments, la neige, la glace, la promiscuité difficile, toute cette partie est réussie, mais je n'ai pas du tout aimé la personnalité du narrateur, qui n'hésite pas à mentir, à bluffer, qui risque la vie de ses compagnons sans trop de scrupules. Je n'ai pas compris son obstination de plus en plus dangereuse et irréaliste pour un but discutable.

Les courts chapitres alternent le récit des recherches avec des réminiscences de l'enfance très maltraitée de Stan par un père violent et marquée par la mort de sa mère. J'étais déjà assez lassée à ce moment là pour ne pas trop m'y intéresser. J'ai terminé le livre presque en diagonale, pressée d'en finir.

C'est ce qui s'appelle un flop .. Pour être tout-à-fait honnête, je l'ai lu après "Le berger de l'avent" et il a dû souffrir de la comparaison.

L'avis de Ariane Brize Kathel La Comète Papillon Violette

Jean-Pierre Andréa - Cent millions d'années et un jour - 309 pages
Editions de l'Iconoclaste - 2019