ob_6b6092_taqawan

"C'est sûr que c'est compliqué d'envoyer la police dans le bois dire aux Indiens : "C'est fini ! Fermez vos gueules pis faites comme on vous dit !" Ça fait trois cents ans qu'on leur prend leurs terres, qu'on leur impose des lois spéciales. Quand ils commencent à protester, on leur dit qu'ils sont comme tout le monde. Ils sont différents quand c'est le temps de les punir mais comme tout le monde quand c'est le temps de les dédommager".

Ce roman a pour toile de fond les évènements de Restigouche, en 1981 au Québec. Des quotas de pêche au saumon sont brusquement imposés aux indiens Mi'gmaq. Une escouade de policiers les encerclent pour leur retirer leurs filets, autant dire leur retirer en même temps leur principale source de subsistance.

La méthode est violente, de nombreux pêcheurs sont arrêtés, brutalisés, emprisonnés. Parmi eux, le père d'Océane, jeune indienne de quinze ans qu'Yves Leclerc, garde-chasse trouve prostrée dans la forêt, dans un état lamentable. L'homme des bois la recueille, il vient tout juste de démissionner de son poste, choqué par l'opération policière disproportionnée dont il a été le témoin.

Il appelle à l'aide un vieil indien qui vit depuis longtemps à l'écart et une jeune institutrice française avec qui il a eu une histoire qui s'est mal terminée. Mise en confiance, Océane va raconter progressivement ce qui lui est arrivé.

J'ai dévoré ce roman à la fois pour les personnages et pour le contexte de ces années là, où il ne faut pas oublier non plus que le Québec voulait se séparer du Canada. Les Améridiens du Restigouche ont été pris dans des enjeux qui les dépassaient largement. A noter qu'au moment où l'on restreignait drastiquement leur droit de pêcher, des autorisations étaient largement accordées à de riches Américains.

Le roman est constitué de chapitres courts où l'on suit alternativement l'histoire d'Océane et la vie des Améridiens sur leur territoire, avant l'arrivée des blancs. J'ai pu rafraîchir au passage mes connaissances sur la création de la nation canadienne.

Taqawan est le nom donné aux jeunes saumons qui remontent pour la première fois leur rivière d'origine.

"Ici, on a tous du sang indien et quand ce n'est pas dans les veines, c'est sur les mains".

Une bonne découverte.

Quelques avis : Karine Alex Ingannmic Kathel Keisha Luocine Pativore

Eric Plamondon - Taqawan - 208 pages
Editions Quidam - 2018