41rqhICld6L

"Mais Jiselle n'arrivait pas à véritablement s'en faire à propos des oiseaux. On entendait parler quotidiennement de gens connus qui avaient fui les Etats-Unis pour se rendre illégalement dans d'autres pays. Jodie Foster vivait avec une ribambelle d'autres célébrités dans un coin reculé du Canada. Cela faisait des mois que l'on avait vu l'épouse du gouverneur de Californie, aussi la supposait-on morte de la grippe. On prétendait qu'il existait, construits sous Washinsgton, des bunkers dépourvus de germes, où logeaient les juges de la Cour suprême."

Jiselle est une charmante hôtesse de l'air d'une trentaine d'années. Elle aime son métier, même si elle en a un peu assez par moments des comportements des passagers. Sa vie sentimentale laisse à désirer, elle n'en fait pas une affaire et est surprise lorsque le beau pilote Mark Dorn la demande en mariage.

Elle s'empresse d'accepter. Mark est la coqueluche de toutes les hôtesses qui espèrent mettre la main sur ce veuf ayant perdu tragiquement sa femme. Il y a cependant un bémol, trois enfants, dont deux adolescentes et dans son entourage on ne se prive pas de lui chuchoter que Mark cherche surtout une baby-sitter pour les enfants.

Qu'importe, Jiselle ne doute pas d'y arriver et fonce sans trop réfléchir. Elle se retrouve rapidement dans la maison de Mark, dans la banlieue de Chicago, désoeuvrée et déboussolée. L'accueil des enfants n'a pas été des plus chaleureux, surtout les deux filles qui vont lui mener la vie dure.

Dans le même temps, une grippe inconnue a surgi aux Etats-Unis, qui semble très contagieuse et dérègle la bonne marche du pays. Les Américains se retrouvent au banc des autres nations, accusés de tous les maux et priés de rester chez eux. Les troubles vont monter crescendo, les coupures d'électricité, le manque de nourriture, l'absence de carburant, l'apparition d'animaux inhabituels, le vandalisme ..

Le trafic aérien se raréfie, les incidents se multiplient. Mark qui est toujours absent est coincé en Allemagne et ne sait pas quand il rentrera. C'est la panique pour Jiselle qui est isolée avec des enfants qu'elle connaît à peine et novice en matière de gestion d'une maisonnée.

J'aurais pu aimer ce roman, les dystopies m'intéressent, mais au début j'ai cru me trouver dans une bluette, Jiselle est franchement naïve et passive face à son Don Juan de pilote. Elle va en mettre du temps à accepter la réalité de ce côté là et encore parce que sa jeune belle-fille lui ouvre les yeux.

Elle fait face malgré tout au fil du temps, apprend à se débrouiller avec peu, à s'habituer à la maladie et à la mort qui frappe, et à prendre soin des enfants envers et contre tout. J'ai trouvé l'évolution des enfants plus intéressante. Eva, la plus hostile à la présence de Jiselle se révèle finalement plus mature qu'elle.

Comment tout cela se terminera-t'il ? L'auteure n'en décide pas et laisse le lecteur libre. C'est un peu trop facile à mon goût.

Je dois quand même préciser que malgré tout, les pages se tournent vite, j'avais envie de savoir ce qui allait se passer. J'ai attendu un sursaut dans le récit, mais Jiselle reste jusqu'au bout sans relief.

C'est ma première participation au mois américain de Martine

ob_b1bdcf_67906136-2695181690708206-582694178785

L'avis de Anne Brize Krol  Sandrine Véronique

Objectif PAL 2

Laura Kasischke - En un monde parfait - 352 pages
Traduit de l'américain par Eric Chédaille
Livre de poche - 2011