CVT_Laisser-des-Traces_9054

"Comme dans le poème d'Emma Nizan .. "Je voudrais tant laisser des traces", martèle-t'il, je crois que c'est ce qui m'anime depuis toujours. Le petit gars qui a grandi dans une maison de poupée, qui a été élevé par un peintre en bâtiment et une employée de laboratoire, et qui n'a aucune envie d'être un figurant. Mon nom accolé à une loi qui changerait - en mieux - la vie des gens, mon visage associé à une grande réforme, que sais-je encore ... J'ai trop peur de disparaître sans avoir ... Trop peur que de mon passage ici il ne reste rien".

Nous faisons la connaissance de Maxime Ronet au moment où il occupe le fauteuil de maire de la commune de Nevilly. Dynamique et ambitieux, il ne doute pas d'arriver à changer la vie de ses administrés, en mieux. Il a intégré un nouveau mouvement politique, qui veut dépasser les clivages traditionnels, vous le reconnaîtrez sans peine ..

La vie d'un maire comme si vous y étiez. Maxime est partout à la fois, serre des mains, assiste à des réunions, papillonne, est aimable avec tout le monde, travaille beaucoup, mais s'éloigne de plus en plus de ses aspirations premières. Les désillusions arrivent, le manque de moyens, les pesanteurs, les prises de décisions qui se font ailleurs, en intercommunalité. Il y aura quelques maladresses, il faut qu'il apprenne à maîtriser la parole publique.

On ne sait trop quoi penser de ce jeune homme brillant, sympathique, ni pire ni meilleur qu'un autre, un rien trop désinvolte, qui commence à être entraîné dans un quotidien sans passion, que l'on soupçonne d'être près à glisser dans le costume interchangeable de tant de politiques creux et cyniques. Et puis arrive le grain de sable dans la belle mécanique. Où il se révèle que notre jeune homme a encore un coeur et une conscience et qu'il s'en souvient à temps.

Il va revenir peu à peu aux sources, aidé par une assistante efficace et discrètement amoureuse. Ce que j'ai aimé dans l'évolution de Maxime, c'est que s'il abandonne quelques ambitions assez superficielles, il ne baisse pas pour autant les bras et va se battre à un niveau plus modeste et plus humain.

J'ai retrouvé ici la tendresse de l'auteur pour ses personnages et une vision de l'intérieur de la vie d'un élu de base très réaliste.

L'avis de Cathulu Le Petit Carré Jaune

Arnaud Dudek - Laisser des traces 200 pages
Editions Anne Carrière - 2019