51KJ2T2Jg8L

"Une quoi ? Enweille ! UNE QUOI ? Choque-toi, haïs-moi ! Je vais faire ça pour toi ! Haïs-moi, mais haïs quelqu'un ! Y va pas revenir, ton Jacques, c'est fini, ma belle ! Y est parti avec une pitoune de trente ans !

- Tu dis ça parce que tu t'es fait crisser là pis qu'y est jamais revenu, ton Philippe !

- Mais y va pas revenir, ton beau Jacques non plus, t'es dans le déni, ma pauvre, passe à autre chose, ça fait des mois ! C'est un trou de cul comme les autres, pis y avait le goût de la chair fraîche, comme les autres".

A quelques jours de fêter son vingt-cinquième anniversaire de mariage, Diane se fait plaquer par son mari qui lui annonce qu'il a "quelqu'un d'autre". Le goujat lui propose de maintenir la fête sans rien dire afin de ne pas perturber leur entourage. Diane, sous le choc, a une réaction brillantissime et drôle qui laisse augurer une histoire réjouissante et savoureuse.

En attendant, Diane est effondrée intérieurement, incrédule devant la trahison de Jacques. Effondrée, mais pas inactive puisque c'est à coup de masse qu'elle démolit méthodiquement leur intérieur, effaçant le plus possible le décor de leur vie commune.

A ses côtés, Claudine, sa meilleure copine, veille au grain et l'incite à s'occuper d'elle et à passer à autre chose. Ce qu'elle s'efforce de faire, avec plus ou moins de bonheur, sous l'oeil effaré et inquiet de ses trois enfants. A quarante-huit ans, il n'est pas facile de se relancer sur le marché de la séduction et de relations sociales nouvelles.

Pendant la lecture, on oscille constamment entre émotion et fou-rire. La difficulté d'une rupture à l'approche de la cinquantaine est parfaitement bien décrite, on reconnaît souvent des situations vues autour de soi ou vécues, mais les parades trouvées par Diane sont tellement particulières que le rire reprend vite le dessus. La langue québécoise très imagée en rajoute dans la jubilation, je commence à bien la saisir (merci le mois québécois !).

C'est ma deuxième lecture de Marie-Renée Lavoie, après "La petite et le vieux" qui était déjà excellent. A noter que ce roman est paru précédemment sous le titre "Autopsie d'une femme plate".

Ne pas s'arrêter à la couverture peu flatteuse, c'est un roman à ne pas négliger.

L'avis de Cathulu Cuné

Marie-Renée Lavoie - J'irai danser (si je veux) - 256 pages
J'ai lu - 2018