the-end-couv

J'ai lu cette BD il y a plus de deux mois et le souvenir que j'en ai est encore vif, surtout à cause des dessins, superbes. Je venais de regarder la Grande Librairie avec Zep et Francis Hallé (l'inspirateur du Professeur Frawley), j'avais trouvé leurs propos passionnants.

Le jeune Théodor Atem se rend en Suède pour faire un stage auprès du Pr Frawley, botaniste chevronné, spécialiste des arbres. Intrigué par la manière de travailler du Professeur, peu convaincu d'abord, Théodor observe cependant de curieux phénomènes, comme ces champignons toxiques qui se multiplient au pied des arbres.

L'usine Pharmacop, implantée non loin d'ici en est-elle responsable ? Ferait-elle des expériences douteuses et dangereuses ? Par ailleurs, peu de tems auparavant, 32 personnes sont mortes soudainement en Espagne, dans une forêt, sans explication.

Le professeur Frawley poursuit lui ses travaux sur la communication des arbres entre eux, en écoutant les Doors à tue-tête (surtout "the end"). Il prétend qu'ils détiennent toute la mémoire de la terre dans leur ADN, à travers un codex qu'il s'évertue à décrypter.

Ce qui m'a le plus intéressée dans cette histoire, ce sont les recherches actuelles autour des arbres, de leur faculté à communiquer et à réguler leurs réactions face aux agresseurs potentiels, thèses séduisantes, pistes de réflexions plus ou moins réalistes et déjà confirmées pour certaines.

A partir de là, l'auteur déploie une histoire catastrophe (ou pas) ou les arbres ont décidé de se débarrasser de leurs plus néfastes prédateurs, les hommes. La terre peut vivre sans eux. Seule une poignée d'entre eux s'en sortira. Que feront-ils face à cette situation de début d'un monde ? Je laisse la suite à votre imagination.

Les dessins sont magnifiques je le répète, les planches bichromiques apportent une atmosphère belle et étrange. L'histoire me paraît plus destinée à un jeune public, elle manque un peu de complexité pour un adulte. C'est néanmoins un album à découvrir pour ses qualités graphiques et pour le message qu'il faut marteler puisque collectivement, nous ne semblons pas avoir compris à quel point le danger est grand pour les générations futures.

L'avis d'Antigone Brize Noukette

zep-the-end-arbres

Zep - The end - 92 pages
Editions Rue de Sèvres - 2018