img1c1000-9782361660185"Marie est assise à Patmos, dans sa chambre, devant la fenêtre ouverte. Aujourd'hui est une journée sans vent, tous les voiliers retenus au port depuis plusieurs jours se sont échappés comme des oiseaux d'une volière. Elle les compte. Une vingtaine. Un par un, elle les repique sur sa feuille blanche. Après, sous eux, elle fera la mer. Une mer très profonde.
D'un bleu dont on ne peut toucher le fond".

Marie est de retour à Patmos pour la première fois depuis la mort de Jean, son mari. C'est avec appréhension qu'elle retrouve la maison et ses souvenirs. Elle est accompagnée de ses deux jeunes enfants, Louise et Philippe, et de Grégoire, fils d'une précédente union de Jean.

Si les enfants reprennent vite leurs marques, il n'en est pas de même pour Marie, confrontée à un passé un peu compliqué, entre Jean son mari et Pierre, son amant volatile. Le hasard fait qu'Augustin, le frère de Pierre est également sur l'île et Marie découvre que Pierre lui-même va le rejoindre.

Le roman se déroule au présent et remonte les années au fil des pages, en commençant par la rencontre de Marie et Pierre au théâtre. Elle est costumière, il est metteur en scène. C'est la passion et un jour le départ de Pierre, sans explication. Une liaison interrompue qui reprendra pendant le mariage de Marie, les rendant tous malheureux.

Je commence par ce que j'ai aimé, l'écriture fluide, la description de l'île de Patmos, le soleil, le port, la mer, la vie des Grecs qui connaissent Marie depuis longtemps, une convivialité et une chaleur humaine qui donnent envie de lever l'ancre tout de suite.

Ce qui m'a gênée, c'est la froideur des personnages principaux. Marie n'est pas attachante, elle ne m'a pas touchée. En règle générale, j'ai du mal avec les femmes qui vont buter inlassablement contre les hommes qui les détruisent. Pierre n'est pas plus aimable, le genre à prendre ce qui lui convient et à jeter dès qu'il est lassé. Seul Jean, le mari patient et aimant apporte une note plus sympathique et suscite l'empathie.

En résumé, un roman que j'ai lu sans déplaisir, sans enthousiasme non plus.

Des avis plus positifs chez Anne Eimelle Krol Miriam

 

Challenge grec

 

Patricia Emsens - Retour à Patmos - 187 pages
Editions des Busclats - 2013