lesbellesdanses1"J'ai aimé être l'un de ceux qui revenaient sur les pas d'un roi disparu et de son jardinier très aimé. J'ai cherché à retrouver ses traces, depuis l'orphelin menacé du Palais-Royal jsuqu'au roi vêtu d'or qui habitait Versailles. J'ai eu le sentiment de réenchanter un royaume enfoui, de ramener une magie morte à la vie. J'ai vécu dans un monde plus vaste que le mien. Ce pouvoir que donne le rêve sur le temps, je le partage avec ceux qui viendront flâner dans le bosquet".

Marie Desplechin a prêté sa plume à Jean-Michel Othoniel pour nous offrir ce bel album qui raconte la nouvelle création du bosquet du théâtre d'eau à Versailles. Le bosquet d'origine ne nous est connu que par des images, puisqu'il a été détruit depuis longtemps.

C'est le jardinier Louis Benech qui a contacté J.M. Othoniel pour lui demander de travailler avec lui sur cette resurrection d'un bosquet, non pas à l'identique, mais en respectant l'esprit du lieu. C'est l'occasion pour l'artiste de replonger dans ses souvenirs de Versailles, une première visite oubliée lorsqu'il avait trois ans, une deuxième à sept ans, avec un appareil photo, source de son admiration pour le jardin.

"Les belles danses" est le récit de l'élaboration et de la réalisation du bosquet, un aller-retour entre passé et présent. L'artiste cherche à approcher au plus près du jeune roi soleil, passionné de danse, de beauté, de fêtes "il faut de l'enfance répandue partout" disait-il.

J.M. Othoniel nous le connaissons tous, ne serait-ce que par la station de métro en perles de verre du Palais Royal à Paris. "Toutes les oeuvres que j'ai imaginées sont en perles de verre. Elles jouent avec la lumière venue du ciel. Elles la partagent avec l'eau, les frondaisons, les massifs de fleurs. Elles ajoutent à l'enchantement des jardins qui sont des images du paradis".

L'artiste dessine des sculptures-fontaines sur la base des différents pas de danse créés par Raoul-Auger Feuillet, chorégraphe du Roi, qu'il avait retranscrits en imaginant une écriture du mouvement. 

"A Murano, en Italie, et à Bâle, en Suisse, des maîtres verriers soufflent pour moi mille sept cent cinquante et une grosses perles de verre qui sont posées sur une armature de métal faite de cinquante-deux tronçons.
Chacune de ses perles est unique. Aucune n'est parfaitement ronde. Chacune garde la trace du travail du verrier, de son geste, de son souffle.
Elles sont comme les pas du danseur, à la fois très solides et un peu fragiles. Et leur beauté vient de ce que les voit toutes ensemble.
Elles apparaîtront dans un brouillard de gouttelettes qui les cachera et les découvrira selon le mouvement de l'eau."

L'album est très agréable à lire et à regarder, avec des cartographies, des toiles de l'époque, des photos du nouveau bosquet et du travail des perles. Le texte de Marie Desplechin est simple, limpide, élégant. La continuité entre les jardiniers et artistes d'hier et ceux d'aujourd'hui est palpable.

Il convient aussi bien aux adultes qu'aux enfants curieux.

Il me reste maintenant à aller sur place, contempler le résultat final.

Merci à Masse Critique, de Babelio        Masse critique

Une interview de J.M. Othoniel en vidéo

 

 

Jean-Michel-Othoniel-le-magicien-du-roi©Paris-Match

 

Marie Desplechin et Jean-Michel Othoniel - Les belles danses - 80 pages
Editions Courtes et Longues - 2015