9782266250627"Alors, la princesse elle est sacrément désabusée. La princesse, elle a envie de dire merde à cette moitié de l'humanité qui pense que la testostérone donne des droits à disposer de l'autre moitié".

Julie, caissière dans un supermarché n'a pas eu la vie facile jusqu'à présent. Elle ne croit plus guère aux contes de fées. Son unique rayon de soleil est Lulu, bambin de trois ans qu'elle élève seule. Un odieux petit chef la harcèle, elle n'arrive pas à joindre les deux bouts, elle est fatiguée Julie. Mais voilà que passe par là un client pas ordinaire. Un homme, Paul, dont la femme est partie et qui n'a pas encore retrouvé ses marques. Il sent chez Julie une vitalité et une joie de vivre qui lui manque.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il propose à Julie de l'emmener en vacances dans sa maison en Bretagne, en tout bien tout honneur. D'ailleurs, son fils Jérôme les accompagnera. Jérôme mal en point lui aussi depuis le suicide de sa femme et qui voit d'un très mauvais oeil la tocade de son père, persuadé que Julie le plumera.

Julie hésite, se demande à qui elle a affaire, mais offrir à Lulu deux semaines au bord de la mer, c'est tellement tentant. Les voilà donc partis tous les quatre un beau matin, dans la voiture de Paul, direction le bord de mer, loin de leur Alsace et de leurs habitudes, dubitatifs sur la manière dont ils vont cohabiter.

Je n'irai pas plus loin dans l'histoire, il est important de ne pas la dévoiler. J'ai des sentiments partagés sur cette lecture. Je cherchais un roman réconfortant, dans une première partie il l'est, presque trop même. Une jeune femme en détresse, un homme qui a les moyens et veut lui en fait profiter sans arrière-pensée, le grand fils Jérôme qui va enfin se détendre, Lulu l'adorable petit garçon, ébloui devant la mer, Julie à la fois heureuse et angoissée par cette bulle de sécurité, tout ça est trop parfait.

Puis il y a un tournant et le conte de fées tourne court. Nous entrons dans une autre dimension, tendue et dramatique. Et je n'ai pas réussi à faire coller les deux parties, j'ai senti une dysharmonie, une rupture qui m'a fait perdre le contact avec l'histoire. Je ne peux pas dire que je n'ai pas été touchée, il y a des pages criantes de vérité et d'émotion qui bouleversent, mais qui s'insèrent mal avec le reste. Les derniers chapitres renouent avec un côté lisse où tout finit par s'emboîter un peu trop parfaitement.

Une lecture en demi-teinte, qui me donne quand même envie de découvrir un autre titre de l'auteure, l'écriture est séduisante. Et il y a de nombreux avis nettement plus positifs que le mien. Allez les voir.

Prix Maison de la Presse 2013

Challenge Asphodèle

L'avis de Alex Clara Emma Leiloona Sandrine Saxaoul Stéphie Un autre endroit pour lire

Agnès Ledig - Juste avant le bonheur - 327 pages
Pocket - 2014