1507-1"De combien de crises, suivies de sacrés savons, avais-je été témoin enfant, trop effrayé pour en tirer la conclusion qui s'imposait ? Et plus tard, adolescent, combien de fois avais-je chassé cette terrible idée : il y avait peut-être un truc qui clochait chez ma mère ? N'avais-je pas suspecté depuis toujours que d'autres membres de ma famille - mes grands-parents et ma tante au minimum - savaient eux aussi, mais refusaient d'en parler ? Maintenant, pour la première fois, je découvrais à quel point j'avais été seul avec mes peurs et mes soupçons, combien je m'étais senti abandonné avec le fardeau de ce savoir d'adulte auquel je n'aurais pas dû avoir droit".

Ce texte autobiographique relate la relation difficile entre Richard Russo et sa mère. Sujet qui aurait pu être plombant et qui s'est au contraire révélé passionnant d'un bout à l'autre. De superbes billets on déjà été écrits sur ce livre (liens à la fin), je n'en rajouterai donc pas trop.

C'était une première lecture de l'auteur pour moi et j'ai été captivée par la simplicité avec laquelle il exprime les évènements de la vie de sa mère et la clarté de son analyse. J'ai oscillé constamment entre l'exaspération pour une mère aussi exigeante et envahissante et la compassion vis-à-vis de cette femme courageuse, qui ambitionnait d'avoir une vie enfin digne de ce nom, "ailleurs". Par séquences successives, l'auteur revisite le passé et les différentes époques de sa vie, en explorant tous les aspects et approfondissant le caractère de sa mère. Si elle l'a poussé à réussir, elle l'a aussi enfermé dans une relation où il ne pouvait que ressentir de la culpabilité s'il ne la faisait pas passer en priorité. 

A ce propos, on ne peut avoir que de l'admiration pour la femme de l'auteur qui a accepté la situation avec patience et intelligence, bien d'autres aurait pris la fuite. Ce récit a été écrit après la disparition de sa mère, et la découverte qu'il a faite après son décès sur l'état mental dans lequel elle était est poignante, tout comme sa détresse de fils ne trouvant rien à dire au moment de disperser ses cendres.

D'autres éléments du livre sont extrêmement intéressants, la vie d'une petite ville des Etats-Unis dans les années 50, l'importance de la lecture et plus tard de l'écriture, Richard Russo s'apercevant qu'il a des livres, mais que sa mère, elle a une vraie bibliothèque, cohérente et élaborée année après année. Ce n'est pas un huis-clos entre mère et fils, de nombreuses personnes sont évoquées, les grands-parents, les oncles et tantes, cousins, les enfants de l'auteur, sa femme etc ..

Un texte sensible, touchant, impressionnant, à découvrir absolument. Bien sûr, j'ai maintenant l'intention de lire les romans, dont les thèmes étaient influencés par ce que l'auteur traversait avec sa mère.

Un grand merci à ClaudiaLucia

L'avis de Cuné Keisha Valérie Winniethepooh

Richard Russo - Ailleurs - 259 pages
Quai Voltaire - 2013